Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Immeubles dits opération Pasteur (ensemble de 9)

Dossier IA37004655 inclus dans Secteur urbain concerté du Sanitas réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Quelques repères historiques

L'opération Pasteur constitue l'ultime prolongement de l'aménagement du secteur urbain concerté du Sanitas par Jacques Henri-Labourdette. Son emprise, à l'extrême sud du quartier, était occupée par des industries pétrolières directement embranchées sur la ligne ferroviaire Tours-Nantes. La récupération de ces terrains n'était pas prévue lors de la mise en place du secteur industrialisé, en 1954. Dans le but d'offrir une cohérence à l'ensemble du quartier, l'architecte tourangeau Michel Marconnet fut chargé, à l'été 1962, d'une première étude d'urbanisme. Demeurée sans suite, elle prévoyait la poursuite de la trame orthogonale des deux premières tranches, avec la construction d'une nouvelle tour en R+15 (quinze étages au-dessus du rez-de-chaussée) parachevant la composition nord-sud dans l'axe du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Jacques Henri-Labourdette réalisa ensuite, à l'automne 1963, une esquisse fondée sur le système de bâtiments en plots en R+4 déjà éprouvé à Sarcelles.

Avant-projet par Michel Marconnet - 23 juillet 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 10).Avant-projet par Michel Marconnet - 23 juillet 1962. (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 10).

L'Office HLM relança les études au printemps 1965, une fois réglée la question foncière. L'opération Pasteur était alors considérée comme la cinquième tranche du Sanitas ; elle fut par la suite différenciée dans le but de la distinguer de l'image générale du quartier, qui tendait déjà à devenir négative auprès des Tourangeaux. Le premier projet comptait onze bâtiments, presque tous groupés dans un quadrilatère délimité par la rue Jules-Guesde au nord, Théophane-Vénien à l'est, du Sanitas à l'ouest, et par les voies SNCF au sud. Labourdette y reprit le modèle des bâtiments 21 à 25, avec des immeubles en R+4 joints par des porches, dégageant de petites cours intérieures isolées de la circulation routière. Le plan fut sensiblement remanié au début de l'année 1967 par l'extension au nord du périmètre de l'opération : 17 bâtiments étaient alors prévus, l'esprit général de la composition restant le même. Des bâtiments en R+6 apparurent toutefois. La partie sud du nouveau projet fut à nouveau reprise, à l'été de la même année, la ville de Tours ayant décidé la création d'un collège de 600 élèves en limite sud du quartier. Le nombre de bâtiments prévus fut ramené à treize, dont une tour en R+12 dans l'axe médian du boulevard de Lattre-de-Tassigny. Le permis de construire de l'opération Pasteur fut accordé par arrêté préfectoral du 21 août 1968. Une ultime modification au plan survint à l'été 1969, la fusion des bâtiments l et k étant décidée par mesure d'économie, et la tour étant rehaussée de deux niveaux.

Plan-masse définitif - 1969.Plan-masse définitif - 1969.

Le chantier de la première tranche (bâtiments d, e, f, g et h) débuta fin 1968, suivi l'année suivante par la seconde tranche (bâtiments i, j, k et m). La faillite de l'entrepreneur Créola, pilote de l'opération, stoppa les travaux plusieurs mois durant, au printemps 1970, alourdissant le bilan financier d'une opération déjà jugée difficile par l'Office HLM. La troisième tranche (bâtiments a, b et c) ne fut dans ces conditions jamais lancée. Son emprise laissée en friche fut ultérieurement réutilisée pour le jardin de la place Meffre, inauguré seulement le 22 juillet 1979. L'ensemble des menuiseries bois des immeubles, peintes en marron, fut remplacé en 2008-2009 par des menuiseries PVC blanches. L'OPAC de Tours a enfin engagé, début 2011, un programme de rénovation pour l'ensemble des bâtiments, notamment caractérisé par la dépose des panneaux de grès cérame sur les murs pignons, et leur remplacement, après isolation extérieure, par des fresques.

Continuité esthétique

Initialement dénommée cinquième tranche du quartier du Sanitas, l'opération Pasteur reprend l'esthétique et l'organisation spatiale des deux tranches précédentes. Située au sud du grand ensemble, elle forme un secteur relativement distinct, puisque n'étant directement raccordé sur aucune des deux voies structurantes du quartier du Sanitas. L'opération Pasteur ne constitue donc pas une voie de passage pour les habitants de l'agglomération de Tours, seuls les résidents ayant vocation à y accéder. Elle ne comporte en outre pas de commerces ou d'équipements intéressant la population, à l'exception du collège Pasteur, situé à l'angle sud-ouest de l'opération, en bordure du tissu urbain primitif.

Vue de la façade ouest du bâtiment g.Vue de la façade ouest du bâtiment g.L'articulation des bâtiments y est davantage variée que dans le reste du quartier, notamment suite à l'absence de répétition de plans-types. Les espaces de stationnements sont dispersés en petits lots immédiatement au pied des immeubles, marquant l'amorce d'un retour à la rue. De la même manière, la rue Jules-Guesde forme, au cœur de l'opération Pasteur, une petite place quadrangulaire dont le caractère intimiste rappelle l'espace urbain traditionnel, tout en ménageant le prospect1 de la tour h. La multiplication des porches et des passages piétons permet en outre un raccordement plus souple à l'extérieur de l'opération.

La typologie générale des logements constitue, pour les immeubles en R+4 et R+6, une évolution mineure du modèle développé à partir de la troisième tranche. La surface moyenne des chambres et des pièces à vivre s'accroit encore légèrement, conférant à l'opération Pasteur une réputation privilégiée au sein du quartier du Sanitas. L'évolution esthétique se fait tout aussi discrète, les bâtiments en R+4 ne se démarquant que par la suppression des trumeaux en façade arrière, de légères modifications des dimensions des éléments de façade et le changement de la couleur des carreaux de grès cérame utilisés pour le parement des allèges. Une nouvelle enveloppe extérieure est en revanche dessinée pour les bâtiments en R+6, dont les façades de jour, abritant les pièces à vivre, sont marquées par une grille formée par les balcons venant en surimpression de la façade. La tour h, en R+14, constitue enfin le signal de l'ensemble du quartier, étant son seul élément architectural visible depuis le boulevard de Lattre-de-Tassigny. Son plan en croix grecque la distingue aisément des formes monolithiques des cinq tours en R+15 réalisées dans le cadre de la deuxième tranche.

1Distance minimale autorisée par les règlements d'urbanisme et de voirie entre les bâtiments, calculée pour un éclairement naturel satisfaisant de chacun d'eux.
Appellations opération Pasteur
Dénominations immeuble
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Est
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier du Sanitas
Adresse : rue Jean-Aubry , rue Maurice-Bedel , rue Jules-Guesde , rue Théophane-Vénien
Cadastre : 2010 CV 415 ; 2010 CV 416 ; 2010 CV 417 ; 2010 CV 453 ; 2010 CV 459 ; 2010 CV 460

En 1962, suite à l'annonce de la libération de nouveaux terrains au sud du secteur urbain concerté du Sanitas, un premier architecte, le Tourangeau Michel Marconnet, est chargé de réaliser une étude d'urbanisme pour la construction de logements supplémentaires à cet emplacement. Laissé sans suite ce dossier n'est relancé qu'à l'automne 1963 et est finalement confié à l'architecte-urbaniste du Sanitas, Jacques Henri-Labourdette. Plusieurs projets sont ensuite conçu jusqu'à l'émission d'un permis de construire en août 1968. Celui-ci prévoit l'édification de 13 bâtiments, dont les premiers sont construits dès la fin de cette année 1968. Suite à une ultime modification du plan-masse et à la faillite de l'entrepreneur, l'opération Pasteur comprend finalement 9 immeubles.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1970, daté par source
1971, daté par source
Auteur(s) Auteur : Henri-Labourdette Jacques, architecte, attribution par source
Personnalité : Ville de Tours, OPMHLM, commanditaire, attribution par source
Auteur : Labadie Pierre, architecte, attribution par source

Reprenant l'esthétique et l'organisation spatiale des deux tranches précédentes, l'ensemble des neuf immeubles de l'opération Pasteur comprend une tour en R+14 (14 étages au-dessus du rez-de-chaussée), 5 bâtiments en R+4 et 3 en R+6. Ceux-ci sont organisés autour de la rue Maurice-Bedel qui forme une petite place quadrangulaire au milieu des immeubles. Si les bâtiments en R+4 reprennent globalement l'esthétique des immeubles des troisième et quatrième tranches, les R+6 présentent une nouvelle enveloppe extérieure avec des balcons en surimpression sur la façade. Quant à la tour H, elle reprend le plan en croix grecque de la tour U.

Murs béton armé
Toit béton en couverture
Couvertures terrasse
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété d'un établissement public communal

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 285. Pasteur : permis de construire, plans, correspondances.

  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 296.

  • Archives communales de Tours. Série W : 999 W 297. Pasteur : permis de construire modificatif.

Documents figurés
  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 285). (cf. illustration n° IVR24_20113701029NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 285). (cf. illustration n° IVR24_20113701030NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 117). (cf. illustration n° IVR24_20113701013NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 1257 W 10). (cf. illustration n° IVR24_20113701059NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701032NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701031NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701038NUC2A).

  • (Archives communales de Tours, section contemporaine, Série W, cote 999 W 297). (cf. illustration n° IVR24_20113701037NUC2A).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Massire Hugo