Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jallanges : château dit château de Jallanges

Dossier IA37004697 réalisé en 2010

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Vouvray
Adresse Commune : Vernou-sur-Brenne
Lieu-dit : Jallanges
Cadastre : 1817 C1 639, 640 ; 2009 C 1528, 1452

Ancien fief relevant d'Amboise, mentionné en 1213 comme appartenant à René du Perray, chevalier banneret. Dans le dernier quart du 15e siècle, il semble que le domaine de Jallanges ait été partagé ou détenu en indivision par plusieurs familles : de Saint-Paul, Houdan des Landes, de Sainte-Marthe, Ruzé et Gaudin. Jallanges a été érigé en châtellenie en 1631 par union avec les domaines de la Galinière, Rochereau et Villemoreau. De 1672 à la Révolution, période au cours de laquelle Jallanges est vendu comme bien national, le château est la propriété de la famille Lefèvre de la Falluère. Plusieurs familles se succèdent aux 19e et 20e siècles : de Bizemont, de Contades, Gailleton, Meignan, Maggiar. En 1966, le château est transformé en centre de rééducation pour enfants avant d'être racheté par une société immobilière en 1974. Un incendie a détruit une partie des archives du château en 1981. La famille Ferry-Balin, propriétaire depuis 1984, a entrepris d'importants travaux de restauration et transformé une partie des dépendances en salle de réception.

Le corps de bâtiment central aurait été édifié au début du 16e siècle pour Nicolas Gaudin, "marchand à Tours" en 1494, puis "notaire et secrétaire du roi, receveur des aides et tailles du Loudunois, seigneur de Jallanges et Montifray" en 1502. Ce corps de logis est prolongé de deux ailes au 17e siècle.

L'édification des communs s'est échelonnée du début du 16e siècle (le passage en anse de panier possède des pilastres Renaissance, datés vers 1520) au milieu du 18e siècle.

La chapelle dédiée à saint Joseph date de la fin du 17e ou du début du 18e siècle. Des restaurations sont réalisées au 19e siècle par Jules-Gaspard-Amour de Contades et son épouse Adèle-Alexandrine Amys du Ponceau dont les blasons sont représentés sur des culots ; puis Victor Meignan qui fait restaurer la chapelle (vitraux Lobin de 1865, voûte en plâtre) et ajouter la sacristie.

Les intérieurs du château ont totalement été remaniés aux 19e et 20e siècles.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : milieu 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

Ensemble de bâtiments construits en brique et pierre et couverts de toits en ardoise.

Au sud de la cour d'honneur, le bâtiment central, s'élevant sur trois niveaux, est couvert d'un toit à pignons débordants. Trois lucarnes interrompant l'avant-toit à frontons triangulaires surmontés de fleurons, éclairent les combles. La tour d’escalier hors-oeuvre, placée devant la façade, a été construite postérieurement : elle cache en partie une baie et une lucarne. Cette tour polygonale est surmontée par une chambre haute, dont l'accès se fait par une tourelle accolée. Deux ailes moins élevées, construites sur le modèle du corps central, furent ajoutées de part et d'autre du logis. Les angles de ces ailes abritent un escalier en vis dont la cage forme un pavillon à lucarne au niveau du toit.

A l'est de la cour d'honneur, les communs forment un quadrilatère dont les angles sud-est, nord-est et nord-ouest sont flanqués de tourelles à damier de brique et pierre. L'aile ouest des communs est percée par un passage surmonté d'un arc en anse de panier et accostée de pilastres sculptés, reliant la cour d'honneur à celle des communs. Cette aile est liée à l'aile est du logis par un corps de bâtiment en rez-de-chaussée. Les communs en rez-de-chaussée et étage de comble sont couverts d'un toit à longs pans en ardoise à pignons découverts.

La chapelle qui occupe l'angle nord-ouest de la cour d'honneur est construite en moellon enduit et pierre de taille. La façade est ornée d'un fronton courbe couronné d'une croix. La porte d'entrée en plein cintre est surmontée d'une inscription latine indiquant qu'elle était dédiée à saint Joseph et d'une niche hémisphérique. La sacristie est située dans un pavillon accolé au mur nord.

Au-delà du jardin, un ensemble de bâtiments est dominé par une tour en brique abritant une éolienne. Ces bâtiments, ainsi qu'une tourelle et un colombier qui dépendaient du château, se trouvent aujourd'hui dans des propriétés voisines.

Murs brique
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
croupe
noue
pignon découvert
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis
Techniques sculpture
ferronnerie
Précision représentations

La porte d'entrée de la tour d'escalier est surmontée d'un gâble à crochets et pinacles latéraux. Chaque pinacle repose sur un culot figurant un ange tenant un blason. Au-dessus du gâble, une niche abrite une statue de femme protégée par un dais.

Les grilles en fer forgé, à l'entrée de la cour d'honneur et à l'entrée du jardin, sont surmontées d'un fronton avec les initiales I (ou J) et C entrelacées (pour Jules de Contades propriétaire à partir de 1836 ?).

Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH partiellement, 1946/06/22

Références documentaires

Documents figurés
  • Vernou-sur-Brenne, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1817. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 270).

  • Cartes postales de Touraine : Vernou-sur-Brenne. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 270).

  • Carte postale. (Collection communale, Mairie de Vernou-sur-Brenne).

Bibliographie
  • BOURON, Morgane. Le château de Jallanges. Tours : Mémoire de première année de Master : Université François Rabelais, CESR : 2008.

  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • CRON, Eric. Le manoir en Touraine de 1450 à 1550 : caractéristiques distributives et architecturales. Tours : Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art et d'archéologie : Université François Rabelais, CESR : 1997.

  • JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire, vol. 1. Tours : D. Jeanson, 1977 (2e édition).

  • MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Quatrième série. CLD, 1979.

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. 4e éd. Mayenne : Joseph Floch, 1968.

  • VAGNINI, Hélène. Naissance d'un bourg ligérien au coeur de la Touraine, Vernou-sur-Brenne. Monts, 2005.

Périodiques
  • AUDARD, E. Les Gaudin seigneurs de Jallanges, de Montifray et de la Bourdaisière. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1940, t. 27, p. 347-352.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud