Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Jardin de Beaune-Semblançay

Dossier IA37004995 inclus dans Îlot G réalisé en 2010

Fiche

Appellations jardin de Beaune-Semblançay
Parties constituantes non étudiées élévation, chapelle, fontaine
Dénominations jardin public
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction - Tours-Centre
Adresse Commune : Tours
Lieu-dit : Quartier sinistré nord
Adresse : jardin de Beaune-Semblançay
Cadastre : 2010 DY 187

Compte tenu des importantes destructions du quartier nord, les restes de l'hôtel de Beaune-Semblançay ont fait l'objet d'une attention particulière dans les projets de reconstruction. La question de leur valorisation au sein d'un jardin est posée dès décembre 1940, dans un article publié par le quotidien local La Dépêche. Reprise par les architectes Camille Lefèvre et Jean Dorian qui proposent la création d'un square face à la Chambre de commerce, cette idée fait l'objet d'une étude plus poussée de Pierre Patout en décembre 1948. Le service des Monuments historiques, qui a protégé la chapelle de Beaune-Semblançay en août 1941, classe le pan d'élévation de l'ancienne galerie de l'hôtel en octobre 1947. Tandis qu'un transfert des vestiges au château du Plessis (La Riche) envisagé en 1950 est abandonné, il est proposé de les intégrer à un nouveau bâtiment administratif destiné aux services de la Direction de l'Architecture. L'architecte des Monuments historiques Bernard Vitry établit à cet effet des plans restés sans suite. À partir de juin 1954, Pierre Patout et Pierre Labadie reprennent ensemble les études d'aménagement du cœur de l'îlot G, afin de créer un espace "organisé et offrant des vues intéressantes sur les monuments conservés" qui sera dénommé "jardin de Beaune-Semblançay" sur une proposition du conseil municipal en juin 1956. Au centre de leur composition, ils intègrent la fontaine de Beaune-Semblançay, rapatriée depuis la place du Grand-Marché. Les travaux sont entamés dès l'achèvement des immeubles de l'îlot G, au dernier trimestre de l'année 1956 et la fontaine est installée en juillet 1957. Le jardin de Beaune-Semblaçay a été réaménagé en 2005 par l'architecte-paysagiste Philippe Herlin et complété par une œuvre de l'artiste tourangelle Cécile Pitois.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 21e siècle , daté par source
Dates 1956, daté par source
2005, daté par source
Auteur(s) Auteur : Labadie Pierre, architecte, attribution par source
Auteur : Patout Pierre,
Pierre Patout (1879 - 1965)

Architecte et décorateur. Représentatif des mouvements Art nouveau, Art déco, Mouvement moderne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Herlin Philippe, architecte paysagiste, attribution par source
Personnalité : Pitois Cécile, artiste
Auteur : Vitry Bernard,
Bernard Vitry

Architecte des Monuments Historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte des Monuments historiques, attribution par source

Installé au cœur de l'îlot G, ce jardin de forme régulière réunit et met en valeur trois éléments liés à la famille de Beaune-Semblançay. Il est pour le promeneur doublement accessible : à l'ouest, par un passage d'entrée rue Nationale, et à l'est, grâce à une large interruption du bâti rue Jules-Favre. Dans la partie nord du jardin, s'élève sur deux niveaux la façade Renaissance de l'hôtel de Beaune-Semblançay. Elle est confortée sur l'arrière par un soubassement de béton agrémenté d'arbres plantés. Constituant un décor ajouré, cette élévation fait face à la fontaine de Beaune-Semblançay, disposée au centre de l'espace aménagé. Initialement prévu dans l'axe reliant la rue Nationale à la Chambre de Commerce, l'édicule est implanté plus au sud afin de dégager entièrement la vue sur la façade de l'établissement. La chapelle de Beaune-Semblançay est le dernier élément constitutif de l'ensemble. Entièrement restaurée par le service des Monuments historiques lors de la reconstruction de l'îlot, elle est englobée dans une parcelle à l'extrémité sud-ouest du jardin. Elle accueille le prolongement d'une boutique au rez-de-chaussée et une pièce réservée à l'habitation au premier étage. L'espace vert en lui-même est composé d'un parterre planté disposé en U dans la partie sud. Il est complété par deux plates-bandes rectangulaires situées à l'entrée de l'îlot rue Jules-Favre, le long de chaque pavillon en retour. Légèrement en contrebas, la partie centrale du coeur d'îlot est revêtue d'un dallage de pierre. Cet espace de circulation piétonne est constitué de pavés en calcaire placés en chevrons. Tournés vers la façade de l'hôtel, trois bancs en teck encadrent la fontaine.

Plans jardin régulier
Jardins parterre
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1886/07/12
classé MH, 1941/08/09
classé MH, 1947/10/21

Annexes

  • Extrait de LAVIGNE, Jean. "Urbanisme et vandalisme. Vieux hôtels disparus et retrouvés. L'élargissement de la rue Nationale et la création d'un square de Beaune". "La Dépêche", 6 décembre 1940.

    [...] il n'en est pas de même pour l'hôtel de Beaune-Semblançay. L'incendie en a fait disparaître de fort beaux morceaux qui avaient échappé à l'alignement, mais il en reste encore, du plus haut intérêt, et qui étaient inconnus de la plupart des Tourangeaux. La chute des maisons bordant la rue Nationale a révélé, à l'angle de la rue Colbert, une pittoresque façade de briques et de pierres, avec une charmante tourelle ceinturée d'une cordelière qui rappelle celle de la maison dite de Tristan Lhermitte. L'architecture est celle du château du Plessis. Les voûtes à nervures, les motifs sculptés, sont de la fin du XVe siècle. C'est la partie la plus ancienne de l'hôtel patrimonial des de Beaune. Contre l'ancienne église Saint-François-de-Paule, convertie en cinéma, s'aperçoit aussi, derrière une cloison qui l'a heureusement protégée du feu, une façade qui est une des plus ravissantes dentelles et broderies de la Renaissance. C'est la chapelle que Jacques de Beaune, baron de Semblançay, commanda en 1507-1508 à Guillaume Besnouard, architecte de la ville de Tours.

    Ces vestiges précieux sont classés par les Monuments historiques. Ils ne sont d'ailleurs pas très atteints par l'élargissement de la rue Nationale, tel qu'il est prévu par les Travaux publics. L'expropriation de 10 mètres supplémentaires (5 mètres de chaque côté) pour porter la rue de 15 à 25 mètres, imposera des opérations, certainement fort délicates, de démembrement et de remembrement des terrains limitrophes et voisins. Ceux qui touchent à l'Hôtel de Beaune pourront donc être réservés pour l'utilité publique. Si la reconstruction identique des façades régulières est décidée, un bâtiment neuf pourra être édifié en bordure de la rue, à la condition qu'il n'ait que peu de profondeur. Un passage sous porche permettra d'aller de la rue Nationale dans un square compris entre les jolis vestiges de l'Hôtel disparu et retrouvé. La charmante fontaine de marbre blanc, souvent si mal traitée sur la place du Grand-Marché, reprendra, dans le cadre le plus convenable, un emplacement voisin du carroi où Jacques de Beaune avait fait élever sa grâce exquise, digne de Michel Colombe.

    Ce square, bien à l'abri des vents et des brouillards, qui, à la mauvaise saison, rendent intenables les petits jardins publics au bord de la Loire, dégagera le Palais du Commerce et son architecture remarquable par sa sobriété et son élégance. Comme l'écrit M. Paul Vitry, "sans excès de fantaisie rococo, ni de sévérité classique, elle se tient dans la plus juste mesure entre l'art dit Louis XV et l'art dit Louis XVI".

    Cette mise en valeur du Palais du Commerce est de première importance au point de vue de la beauté de la ville et aussi de l'intérêt du commerce même. [...]

  • Ville de Tours - Îlot G - A.S.R. Tours-Nord. Aménagement d'un espace vert. Note de l'architecte, 30 juillet 1956 (AC Tours. 149 W 16).

    "Je soussigné Pierre Labadie Architecte en chef de groupe de l'Îlot G déclare avoir été chargé par la Ville de Tours de l'aménagement de l'espace vert créé au centre de cet îlot. Celui-ci est érigé du côté Est de la rue Nationale, voie principale de la Ville, et compris entre les rues Colbert au Nord, Berthelot au Sud et Jules-Favre à l'Est. Cette situation prend un caractère exceptionnel du fait de la présence de monuments anciens et d'un caractère architectural et historique indiscutable. Au Nord l'îlot est bordé de la rue Colbert par l'Eglise St-Julien, monument roman avec certaines parties gothiques, plus récentes. A l'Est aspecté rue Jules-Favre, la Chambre de Commerce. Enfin à l'intérieur même de l'îlot, il existe du côté Sud la Chapelle de l'Hôtel de Beaune-Semblançay, charmante construction Renaissance avec un élégant portique à colonne et du côté Nord, les ruines de la façade intérieure de cet Hôtel constitué par une ordonnance à rez-de-chaussée et à premier étage, percée de très larges baies à meneaux.

    Dès les premières études, le remembrement et la reconstruction de cet îlot ont été faits pour mettre en valeur la façade de la Chambre de Commerce et conserver les vestiges de l'Hôtel de Beaune. Sous les directives de Monsieur Patout Architecte en Chef et avec sa collaboration, l'îlot a été très largement ouvert du côté Est pour dégager la façade de la Chambre de Commerce encadrant celle-ci de pavillons assez bas, d'architecture classique et coiffée de toits à la Mansart. La Chapelle de Beaune entièrement restaurée par les soins des Monuments Historiques a été englobée dans une parcelle reconstruite où elle constitue au rez-de-chaussée un local commercial, au premier étage un volume habitable. Bien entendu ces utilisations seront faites sans porter atteinte au caractère de ce monument. Enfin le mur de la façade de l'Hôtel de Beaune, après une confortation, a été volontairement laissé à l'état de vestige à l'intérieur de l'îlot, formant une sorte de décor ajouré. Enfin deux passages publics ont été aménagés au rez-de-chaussée des façades de la rue Nationale pour permettre une vue et un accès facile à l'intérieur de l'îlot.

    Ainsi toutes les dispositions architecturales ont été prises pour créer au centre de l'îlot un espace organisé et offrant des vues intéressantes sur les monuments conservés, alors que jadis ils étaient presque invisibles, se trouvant englobés dans des cours d'immeubles ou dans des rues étroites.

    [...] Il paraît souhaitable de créer à côté de la voie principale de Tours et à l'abri de la circulation et du bruit, ce petit jardin qui permettrait de jouir en paix de monuments valables et pleins de souvenirs historiques ajoutant ainsi à la Ville un lieu d'intérêt touristique et réalisant la synthèse de la Ville ancienne et de la ville reconstruite. On peut d'ailleurs envisager que ce petit square bénéficie un jour d'un éclairage mettant en valeur des vestiges de Beaune et la Chambre de Commerce, et qu'il puisse servir à des spectacles ou auditions de musique ancienne, devant le décor constitué par la façade de Renaissance."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Tours. 3 N 1. Fontaine de la place du Grand-Marché, 1881-1957.

  • AC Tours. 2 R Monuments historiques, boîte 265. Classements M.H. (dossiers Ancien hôtel de Beaune-Semblançay, Ancienne chapelle du XVIe siècle de l'ancien hôtel de Semblançay, Déclassement et radiation de l'inventaire supplémentaire, Hôtel de Beaune-Semblançay), 1940-1947.

  • AC Tours. 2 R Monuments historiques, boîte 266. Hôtel de Beaune-Semblançay, 1950-1954.

  • AC Tours. Reconstruction de l'entrée nord de la ville 149 W 16. Îlot G, 1951-1956.

Documents figurés
  • Photogr. pos. : n. et b., [1948]. Par Vitry, Bernard (architecte des Monuments historiques). (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire, Fonds Vitry). (cf. illustration n° IVR24_1975373219X).

  • Photogr. pos. : n. et b., [1948]. Par Vitry, Bernard (architecte des Monuments historiques). (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire, Fonds Vitry). (cf. illustration n° IVR24_1975373218X).

  • Tirage : plan dressé le 3 avril 1956. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702611NUCA).

  • Tirage : plan dressé le 30 juin 1954 et modifié le 1er août 1956. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 16, îlot G). (cf. illustration n° IVR24_20103702610NUCA).

  • Calque : plan dressé en juin 1954. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 22). (cf. illustration n° IVR24_20103702493NUCA).

  • Photogr. pos. n. et b., [3e quart 20e siècle]. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, Fonds Espoir, 104 Fi 237). (cf. illustration n° IVR24_20103700304NUCA).

  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., d'après un dess. de Jacquemin. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 11 Fi 9.1669). (cf. illustration n° IVR24_20103700303NUCA).

  • Impr. photoméc. (carte postale) n. et b., [1er quart 20e siècle]. Par N D (photographe). (archives municipales de Tours, 11 Fi 4.597). (cf. illustration n° IVR24_20103700302NUCA).

  • Calque : relevé effectué en août 1941. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 2 R Monuments historiques, S 3174). (cf. illustration n° IVR24_20103701860NUC2A).

  • Calque : plan dressé le 13 décembre 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 23). (cf. illustration n° IVR24_20103701708NUC2A).

  • Photogr. pos. : n. et b., [1948]. Par Vitry, Bernard (architecte des Monuments historiques). (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire, Fonds Vitry). (cf. illustration n° IVR24_1975373225X).

  • 47. Tours. La place du Grand-Marché / ND phot. [1er quart du 20e siècle]. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AC Tours. 11 Fi 4.597).

  • Hôtel de Beaune-Semblançay (XVe et XVIe siècles) d'après un dessin de Jacquemin / Auteur inconnu. S. d. 1 impr. photoméc. (carte postale) : n. et b. (AC Tours. 11 Fi 9.1669).

  • [Plan d'implantation de l'hôtel de Beaune-Semblançay et de ses abords] / Auteur inconnu. 1:200. Août 1941. 1 relevé sur calque (AC Tours. 2 R Monuments historiques, S 3174).

  • Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme. Ville de Tours. Rue Nationale. Square de la Chambre de Commerce / Pierre Patout. 1:200. 13 décembre 1948. 1 calque : plan d'aménagement du jardin (AC Tours. 149 W 23).

  • Tours. ASR. Îlot G. Le jardin / Pierre Patout et Pierre Labadie. [1:200]. Juin 1954. 1 calque : plan d'aménagement du jardin (AC Tours. 149 W 22).

  • A.S.R. Tours Nord. Îlot G. Aménagement voirie et jardin / Pierre Patout et Pierre Labadie. 1:200. 3 avril 1956. 1 tirage rehaussé aux crayons de couleur : plan, coupes et détails d'aménagement du jardin (AC Tours. 149 W 16).

  • ASR Tours Nord. Îlot G. Façades intérieures et espace vert / Pierre Labadie. 1:100. 30 juin 1954, modifié le 1er août 1956. 1 tirage : élévations des façades intérieures est et sud (AC Tours. 149 W 16).

  • [Vues des ruines de l'hôtel de Beaune-Semblançay] / Bernard Vitry. Non daté. 3 photogr. pos. : n. et b. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre-Val de Loire, Fonds Vitry).

  • [Vue du jardin depuis la chapelle de Beaune-Semblançay] / Auteur inconnu. [3e quart 20e siècle]. 1 photogr. pos. : n. et b. (AC Tours. Fonds Espoir, 104 Fi 237).

Bibliographie
  • CHEVEREAU, Sébastien. Tours reconstruit : des bombardements à la renaissance. Saint-Cyr-sur-Loire : Alan Sutton, 2003 (Provinces mosaïques).

    ill. p. 75, 78
  • LABUSSIÈRE, Jeannine, PRAT, Elisabeth. Tours cité meurtrie juin 1940. Chambray-lès-Tours : Éditions C. L. D., 1991.

    p. 162, 164
  • MASIYA, Nguba. Pierre Labadie. Reconstruire et rénover, construire et aménager : l'oeuvre d'un architecte-urbaniste de Touraine de 1941 à 1973. 2 vol. Maîtrise : Histoire de l'art : Université François-Rabelais de Tours : 2004.

    p. 22-24
  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire. 5e édition. Mayenne : J. Floch, 1971.

    p. 25-26
Périodiques
  • LAVIGNE, Jean. Dans les ruines de Tours : pertes et découvertes archéologiques. La Dépêche, 4 août 1940.

  • LAVIGNE, Jean. Urbanisme et vandalisme. Vieux hôtels disparus et retrouvés. L'élargissement de la rue Nationale et la création d'un square de Beaune. La Dépêche, 6 décembre 1940.

  • L'histoire, les monuments et la reconstruction à travers les quartiers détruits. La Nouvelle République, 4 octobre 1950.

  • La reconstruction dans le Nord de la ville : un parterre de verdure encadrera les ruines de l'hôtel de Beaune. La Nouvelle République, 17 et 18 juillet 1954.

  • L'espace vert de l'îlot G portera le nom de Beaune-Semblançay. La Nouvelle République, 27 juin 1956.

  • Autour des vestiges de l'hôtel de Beaune-Semblançay, un "espace vert" va naître... La Nouvelle République, 6 septembre 1956.

  • DUTACQ, Jean. J'ai retrouvé la fontaine de Beaune.... L'Echo de Touraine, 5 juillet 1957.

  • S. J. Beaune-Semblançay : le jardin dissimulé. La Nouvelle République, 29 septembre 1990.

  • CLAVIER, Martin. Un nouveau square de Beaune-Semblançay. La Nouvelle République, 4 et 5 juin 2005.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Fourchet Marie-Luce