Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lotissement concerté Sallé-Guyot

Dossier IA45002972 inclus dans Quartier Dunois réalisé en 2009

Fiche

  • Orthophotographie.
    Orthophotographie.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • maison
    • immeuble
    • jardin
    • cour
    • garage

Á rapprocher de

Œuvres contenues

La réalisation du lotissement Sallé-Guyot s'est effectuée en une quinzaine d'années au cours desquelles le projet initial s'est peu à peu modifié. L'ensemble des constructions présente néanmoins, excepté celles implantées côté sud de la rue des Villas, de nombreux traits architecturaux communs mettant en relief différents degrés de planification.

Immeuble, 70 boulevard de Châteaudun.Immeuble, 70 boulevard de Châteaudun.Les cinq unités, situées n° 70 à 78 boulevard de Châteaudun et construites par les entrepreneurs Sallé-Guyot et René Papion entre 1910 et 1913, composent une façade urbaine dont la cohérence s'appuie sur une élévation commune à deux étages carrés, l'alignement continu des baies, une toiture débordante ininterrompue établie à 10 m. de hauteur, des façades traitées en pierres appareillées pour le niveau de soubassement (surmonté d'un bandeau continu) et en brique rouge ou jaune pour les autres niveaux. Chaque façade est néanmoins traitée individuellement par une subtile variation des matériaux, une longueur de façade de deux à cinq travées, la forme des baies et les éléments de second-œoeuvre et de décor. Ainsi, les constructions de Sallé-Guyot (n° 70 et 72) présentent des piédroits en brique jaune, des archivoltes en accolade au dessus des baies ou des arcs segmentaires en brique rouge et jaune, des frises en damier régnant sur deux niveaux. Au n° 72, la façade se distingue par le balcon du 1er étage et les garde-corps métalliques.

Maison, 76 boulevard de Châteaudun.Maison, 76 boulevard de Châteaudun.Les deux maisons et l'immeuble construits pour des propriétaires différents par René Papion (n° 74 à 78) reproduisent les principales caractéristiques formelles des bâtiments précédents (gabarit, balcon, garde-corps en bois, motifs de croix en brique jaune) mais se différencient par les façades en brique monochrome ou rayées de bandeaux de briques jaunes et rouges (traitées en négatif aux n° 74 et 78), l'introduction de dents d'engrenage, de motifs de "V", d'un pan de bois plaqué sur le mur (n° 78) et de décors néoclassiques soulignant les baies et les entrées (cannelures, chambranles à crossettes, entablement, modillons à glyphes ou consoles supportant un balcon ou un fronton brisé).

La composition d'ensemble de ces cinq bâtiments, fréquent dans les groupes d'habitation construits par des entrepreneurs avant 1940 à Orléans, est à rapprocher des réalisations de Benoni Gaultier rue du Commandant-de-Poli, de Guillon dans le lotissement Dauvesse (avenue Dauphine et rue de Vaucouleurs) ou des maisons du lotissement Depallier rue du Faubourg Saint-Jean.

Hôtel de voyageurs, 80 boulevard de Châteaudun.Hôtel de voyageurs, 80 boulevard de Châteaudun.Dans les années 1920, les bâtiments de C. Sallé boulevard de Châteaudun (n° 86 à 90) reprennent les principaux éléments de décor du premier ensemble, en particulier les façades de briques soulignées par des dents d'engrenage, les portants en brique silico-calcaire, les motifs de "V" ou de "W", la frise en damier, les garde-corps en bois (identiques au n° 80 boulevard de Châteaudun et n° 11 rue des Villas). L'entrepreneur introduit ici les linteaux métalliques couronnés d'arcs avec remplissage en pierre et des garde-corps (n° 84 et 86) dont le motif, superposant une croix et un cercle, est largement répandu à Orléans des années 1900 aux années 1920.

Enfin, côté pair de la rue des Villas, les maisons mitoyennes composent un alignement continu derrière un jardin et partagent une élévation commune à un étage carré couvert à deux pans ou à longs pans brisés. L'homogénéité s'appuie ici davantage sur la répétition d'un module de façade (à deux travées) que sur la mise en oeuvre générale qui trahit une certaine standardisation opérée entre les années 1910 et 1920.

Appellations Sallé-Guyot
Parties constituantes non étudiées maison, immeuble, jardin, cour, garage
Dénominations lotissement concerté
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans
Adresse Commune : Orléans
Lieu-dit : quartier Dunois
Adresse : rue des Villas , pairs de 70 à 80, de 84 à 90 bis boulevard de Châteaudun
Cadastre : 2008 AO 497, 499 à 516, 518 à 521, 573, 610, 611, 627, 628, 755, 756

Le lotissement a été réalisé par Sallé-Guyot, entrepreneur de bâtiment et de monuments funèbres à Villeneuve-d'Ingré (Loiret) sur un terrain acquis auprès de Robineau-Breton, propriétaire d'une scierie boulevard de Châteaudun. Ce dernier avait envisagé l'ouverture d'une rue de 8 mètres en 1904 permettant de relier le boulevard à la rue de Châteaudun, ouverte une dizaine d'années plus tôt par l'industriel Delagrange. Finalement, il cède une grande parcelle de 3000 m² à Sallé-Guyot qui projette en janvier 1911 la construction de 25 habitations et soumet à la Ville d'Orléans un projet d'ouverture d'une rue de 5 mètres de large. Le 8 mars suivant, la demande de l'entrepreneur essuie un premier refus du bureau de voirie qui rappelle que toute nouvelle rue destinée à être classée comme voie publique doit mesurer au minimum 8 mètres de largeur (article 175 du règlement de voirie municipal, 1890). Malgré le refus de la Ville, Sallé-Guyot décide d'ouvrir la rue selon son projet et réalise lui-même la viabilisation. En décembre 1913, il adresse une nouvelle demande de classement qui est rejetée pour les mêmes motifs. À cette date, sept édifices sont construits boulevard de Châteaudun (n° 70 à 80) et rue des Villas (n° 1) et trois garages sont bâtis dans l'impasse desservant les fonds de parcelle des édifices du boulevard. Les constructions sont réalisées par René Papion, également entrepreneur à Villeneuve-d'Ingré (n° 74 à 80 boulevard de Châteaudun et n° 1 rue des Villas), et Sallé-Guyot (n° 70 et 72 boulevard de Châteaudun). La construction du lotissement se poursuit entre les deux guerres rue des Villas et boulevard de Châteaudun. C. Sallé, entrepreneur à Villeneuve-d'Ingré, construit cinq maisons sur le boulevard entre 1921 et 1925 (n° 84 à 92) et trois autres maisons rue des Villas en 1924 (n° 7 à 11). René Papion construit également un immeuble au n° 8 rue des Villas et l'entrepreneur Morlon bâtit une maison au n° 5 en 1933. L'architecte Beaufort s'installe à cette période rue des Villas où il établit sa résidence et son atelier aux n° 6 et 4 (1928). En 1926, conformément à la loi du 22 juillet 1912 relative à l'assainissement des voies privées, un syndicat de propriétaire se constitue afin de gérer l'entretien et la viabilité de la rue des Villas, auparavant pris en charge par l'entrepreneur Sallé-Guyot. La rue conserve son statut de voie privée jusqu'au 2 décembre 1947, date à laquelle le plan d'alignement et son classement sont approuvés. La construction du lotissement s'achève en 1956 avec la construction d'une maison sur une parcelle subdivisée au n° 92 boulevard de Châteaudun.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1910, daté par source
Auteur(s) Auteur : Sallé-Guyot, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Papion René, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Sallé C., entrepreneur, attribution par source
Auteur : Beaufort, architecte, attribution par source

Le lotissement Sallé-Guyot est situé dans le nord du quartier Dunois et comprend 24 lots desservis par le boulevard de Châteaudun et la rue des Villas. Boulevard de Châteaudun, un groupe d'habitations est formé par les immeubles et maisons bâtis des n° 70 à 78. Implantés à l'alignement et entre mitoyens, ces habitations se composent de deux étages carrés établis sur un niveau de soubassement ouvrant en façade postérieure sur un rez-de-jardin. Construits en brique et en brique silico-calcaire, ils sont couverts d'un toit à deux pans débordant en ardoise. Dans l'alignement de ce premier groupe, un hôtel de voyageurs est implanté à l'angle de la rue des villas. Il présente un pan coupé et une élévation à deux étages carrés et un étage de comble sous un toit à longs pans brisés en ardoise. Trois garages, construits en parpaings et couverts en tuile, complètent ce premier ensemble de logements. Les autres édifices du boulevard (n° 84 à 92) présentent une élévation inférieure au premier groupe. Construits en brique, en brique silico-calcaire ou en moellon enduit, ils ne comptent qu'un étage carré et un étage de comble couverts de toits à deux pans ou à longs pans brisés en ardoise. Côté impair de la rue des Villas (n° 1 à 11), six maisons, dont l'une à deux unités d'habitation juxtaposées (n° 9-11), sont implantées en fond de parcelle, derrière un jardin arboré fermé côté rue par des murs surmontés de grilles. Construites en moellon, souligné par des éléments de second-oeuvre et de décor en brique (arcs, corniche, piédroits, bandeaux), elles possèdent un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble couverts de toits à longs pans brisés ou à deux pans en ardoise. Les édifices bâtis côté pair de la rue des Villas ne présentent pas de caractéristiques homogènes. Implantés à l'alignement ou perpendiculairement à la rue (n° 2), ils sont construits en moellon enduit, en brique, en ciment et se composent d'un ou deux étages carrés couverts de toits à deux pans et croupe en tuile mécanique ou en ardoise.

Murs brique
brique silico-calcaire
ciment
enduit
moellon
Toit ardoise, tuile mécanique
Étages sous-sol, étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans brisés
toit à deux pans
croupe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Orléans, lotissement Sallé-Guyot, lettre du 24 janvier 1911.

    Extrait d'une lettre de M. Sallé-Guyot à M. le Maire d'Orléans, 24 janvier 1911 (Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 132) :

    "J'ai conçu un projet de construire sur cet emplacement, une cité à l'instar de celles existantes et qui devra comprendre l'édification d'environ vingt cinq maisons. Une rue devra être faite de manière à donner aux occupants ainsi qu'à ceux de vos concitoyens un libre passage pour leurs occupations journalières. Cette voie, établie et faite à mes frais, aurait pour conséquence la vitalité de ce quartier".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; Série D, non côté. Délibérations du conseil municipal. 1914.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans ; série O, dossier 132, cotation provisoire. Rue des Villas.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 304. Casier sanitaire des immeubles, rue des Villas. 1913-1933.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 155. Casier sanitaire des immeubles. Boulevard de Châteaudun, n° 79 à 113. 1908-1912.

  • Archives municipales et communautaires d'Orléans. Série J : 5 J 154. Casier sanitaire des immeubles, boulevard de Châteaudun, n° 10 à 78. 1904-1965.

Documents figurés
  • Lettre de Sallé-Guyot indiquant les propriétaires de la rue des Villas, 1926. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

  • Plan des terrains appartenant à Robineau-Breton et projet d'ouverture d'une rue, 1904. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

  • Projet de lotissement, 1911. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

  • Orléans, lotissement Sallé-Guyot, état en décembre 1913. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Voirie avant 1960. Dos 132).

  • Projet du lotissement, 1911. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

  • Plan du lotissement, décembre 1913 (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

  • Plan des terrains appartenant à Robineau-Breton et projet d'ouverture d'une rue, 1904. (Archives municipales et communautaires d'Orléans, Série O, dossier 132).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université de Tours - Launay Yann