Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Madères : château dit des Madères

Dossier IA37004727 réalisé en 2010

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Vallée de la Brenne - Vouvray
Adresse Commune : Vernou-sur-Brenne
Lieu-dit : Les Madères
Cadastre : 1817 G 3259 ; 2009 AK 204

Ancien fief, appelé Les Madères ou La Folière, il relevait de la prévôté de La Rochère (Noizay) et de la châtellenie de Pocé. Le corps de logis, du milieu du 17e siècle, a été agrandi d'une aile en retour d'équerre au sud en 1793 pour Alexandre Gidouin. Le pigeonnier passe également pour avoir été construit en 1793, mais il ne figure pas sur le cadastre napoléonien (1816).

En 1844, Les Madères deviennent la propriété de Jean-Antoine Ostrowski, sénateur palatin et général de la garde nationale de Varsovie, exilé en France après l'échec de l'insurrection polonaise face à la Russie en 1830-1831. C'est lui qui fit construire la chapelle en 1845.

Une écurie, une remise et une sellerie (parcelle G 3257) ainsi qu'une maison (parcelle G 3264) sont construites en 1876.

Le château est acquis en 1932 par Robert Debré, père de la pédiatrie moderne. Après son décès en 1978, il devient la propriété de ses enfants, dont son fils Olivier, artiste-peintre, qui installe son atelier dans les caves troglodytiques.

Le pigeonnier et la chapelle, présents à l'est de la propriété, sont situés sur la commune de Noizay.

Période(s) Principale : milieu 17e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1793, daté par travaux historiques
1845, daté par travaux historiques

Corps de logis avec une aile en retour d'équerre au sud. L'aile sud se compose d'un bâtiment à un étage carré et étage de comble édifié sur une terrasse. L'édifice est construit en pierre de taille et couvert d'un toit à longs pans et croupes en ardoise. L'étage de comble est éclairé par trois lucarnes à frontons triangulaires.

La chapelle néo-classique possède une façade surmontée d'un fronton triangulaire avec l'inscription "Ad te clamamus exules" ("Nous crions vers toi, exilés") extraite du Salve Regina qui rappelle l'origine du commanditaire (exilé polonais) et la dédicace de la chapelle à la Vierge.

Des caves et habitations troglodytiques sont creusées dans le coteau, au nord de la propriété.

Murs pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
croupe
Statut de la propriété propriété privée
Sites de protection site classé
Protections
Précisions sur la protection

La propriété est classée au titre des sites par décret du 29 septembre 2017.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire. 3 P3 2860. Registre présentant les augmentations et diminutions survenues portées sur les matrices cadastrales. 1827-1914.

Documents figurés
  • Carte postale. (Collection communale, Mairie de Vernou-sur-Brenne).

  • Cartes postales de Touraine : Vernou-sur-Brenne. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 270).

  • Vernou-sur-Brenne, plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1817. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 270).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • FAUNY, Béatrice, LIOT Clotilde. Rapport de présentation du projet de classement au titre des sites des Madères, propriété du peintre Olivier Debré, à Vernou-sur-Brenne et Noizay. DREAL Centre, juin 2014, 80 pages.

  • JEANSON, Denis. Sites et monuments du Val de Loire. vol. 1. Tours : chez l'auteur, 1977.

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. 4e éd. Mayenne : Joseph Floch, 1968.

  • VAGNINI, Hélène. Naissance d'un bourg ligérien au coeur de la Touraine, Vernou-sur-Brenne. Monts, 2005.

Périodiques
  • DESBUQUOIS, Georges. Robert Debré et la Touraine. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1985, t. 41, p. 265-287.

  • SKORKA, Line. Il y a 150 ans arrivaient en Touraine les premiers émigrés polonais. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1984, t. 40, p. 1075-1083.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud