Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison (11 rue Manuel)

Dossier IA37005731 inclus dans Amboise : rue Manuel réalisé en 2006

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 11 rue Manuel

Située du côté non aligné de la rue Manuel, au sein du faubourg Saint-Denis, la maison avait été choisie parmi cinq autres par Jacqueline Melet-Samson pour représenter l'architecture de la fin du Moyen Âge à Amboise. La maison n'a pas pu être visitée. Sa façade a été relevée par photogrammétrie.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : Epoque contemporaine

La maison présentant sa façade de rive (6,25 m) sur la rue s'élève sur deux niveaux, plus un niveau de comble à surcroît. Il est fort possible qu'il ait perdu sa lucarne. Le toit aujourd'hui couvert en partie basse en ardoise devait l'être en tuile plate, comme le haut du toit. Le bas du toit est percé de deux velux. Le pan de bois à grille présente un hourdis de briques dont la mise en oeuvre est soignée. Au rez-de-chaussée, les trois poteaux élargis répartis le long de la façade ont été tronqués, si bien qu'ils ne reposent plus au sol. Le colombage comme le hourdis sont à présent cachés sous un crépi qui ne laisse discerner aucun détail. La porte d'entrée prend place à gauche de la façade et une grande baie aux proportions correspondant à celles d'une croisée éclaire la pièce. Sous la baie se trouve un soupirail qui indique la présence d'une cave. On se trouve en effet dans un secteur assez éloigné de la Masse. Le premier étage et le surcroît qui se trouve à son aplomb sont en encorbellement sur le rez-de-chaussée. La technique mise en oeuvre se retrouve plusieurs fois à Amboise, à savoir : deux sablières superposées reposant sur des poteaux élargis. Les sablières sont moulurées d'une succession de tores et de cavets dont le profil est d'inspiration gothique. À l'étage, le pan de bois à grille est contre-venté de deux longues écharpes placées aux extrémités. Au-dessus de chaque écharpe se trouvent un petit jour. Celui au-dessus de la porte respecte l'espace ménagé entre deux colombes et pourrait correspondre à un jour d'escalier. La situation de l'escalier en vis, placé juste derrière la porte d'entrée de la maison, a été rencontrée à plusieurs reprises (40 place Michel Debré, 20 rue Newton ou 92 rue Victor Hugo). Au centre de la façade, une ancienne croisée est source de lumière. Le haut de son meneau apparaît encore sous le linteau de l'ouverture, dont la hauteur a été réduite pour la pose de menuiseries neuves. Un niveau de potelets, encadrés de deux décharges aux extrémités, marque la présence d'un comble à surcroît. On peut supposer que la maison est couverte d'une charpente à pannes et à fermes, avec probablement faîtage et sous-faîtage reliés par des liens ainsi qu'entrait, faux-entrait et poteau. Les bois présentent une longueur moyenne de 3 mètres, ce qui est plutôt faible face à la moyenne des bois de la ville qui s'élève à 5,60 mètres. La peinture qui recouvre les bois empêche toute observation minutieuse mais leur largeur moyenne de 14,6 cm pourrait correspondre à celle de bois de brin. Enfin, les bois sont assez rectilignes.

Murs brique
crépi
pan de bois
Toit tuile plate, ardoise
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à deux pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, 81/037/0010. Édifices de la ville d'Amboise. Rapports des restaurations de la tour de l'Horloge (1937 et 1983) ; dossier sur le manoir de La Menaudière (1947) ; dossier sur le Logis des Pages (1947) ; dossier sur la maison du Grenier à sel (1947) ; dossier sur le manoir dit « Le Sauvage » (1947) ; dossier sur les vieilles maisons en pan de bois : 11,13 et 15 rue Manuel (1959), (maison dont l'adresse est incorrecte ?) (1946), 52 et 60 rue Victor Hugo (1947) ; hôtel Joyeuse (1949).

Bibliographie
  • MELET-SAMSON, Jacqueline. Le développement historique de la ville d'Amboise des origines à la fin du XVIIIe siècle. Paris : Thèse de l’École des Chartes, 1972, 3 vol., 425 p., 40 p. et 63 p. (photographies sur microfilm), [manuscrit dactylographié conservé aux Archives nationales : AN, AB XXVIII (543) ].

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie