Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison (14 rue Mirabeau ; 35 quai des Marais)

Dossier IA37005708 inclus dans Amboise : rue Mirabeau réalisé en 2006

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 14 rue Mirabeau , 35 quai des Marais

Sur le plan cadastral dit napoléonien - où le tracé de l'enceinte apparaît encore - plusieurs maisons sont accolées aux murs de la ville. Les dispositions étriquées de cette maison (6,50 m x 6,50 m au sol) s'expliquent par son assiette première. La toiture propre à la façade en pan de bois ne mesure à présent que 3 m. En arrière de celle-ci, s'élevait le mur de la ville ; lorsqu'il fut abattu, il fut remplacé par l'extension de la maison accessible par le 35 quai des Marais réalisé à la fin du XIXe siècle ou du début du XXe suivant. Les caractéristiques constructives de la façade laissent supposer une construction de la fin du Moyen Âge.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : Epoque contemporaine

Aujourd'hui seul le pignon nord peut faire l'objet d'une analyse architecturale, pour la fin du Moyen Âge. La maison a été construite en pan de bois à grille, à pignon sur rue et avec un encorbellement à solives débordantes des deux étages sur le rez-de-chaussée. La peinture des bois restreint les observations, mêmes les assemblages sont pour la plupart cachés. Ceux qui demeurent visibles sont à tenon-mortaise. Les bois sont fortement flachés et noueux. La façade s'étend sur 6,50 m de large pour 11,20 m de haut. La longueur moyenne des bois est de 5 m et leur largeur moyenne atteint 13,9 cm, ce qui d'après nos observations serait compatible avec la largeur de bois de brin. Au rez-de-chaussée, les colombes neuves de droite, particulièrement écartées, correspondent probablement à l'emplacement de l'ancienne porte. À gauche, une écharpe traverse la structure et au centre s'ouvre une baie. Bien que celle-ci ait perdu tout caractère médiéval, il est possible qu'elle ait existé, puisque à son aplomb se tiennent les anciennes croisées des étages supérieurs. Sur la sablière de plancher reposent les solives débordantes dont les abouts sont taillés en quart-de-rond. Elles supportent, en encorbellement, la sablière de chambrée dans laquelle sont pratiqués, sur sa face inférieure, des embrèvements solidarisant les solives. À l'aplomb de la sablière de chambrée, s'élèvent le premier étage et le comble à surcroît. Les poteaux corniers sont remplacés, dans le prolongement des murs gouttereaux, par deux consoles de pierre moulurées soutenant l'encorbellement. Au premier étage, la baie de droite se prolongeant au-dessus de la sablière est une création récente. La baie centrale (1,11 m x 1,76 m) a été murée, mais les potelets de son allège et son meneau restent visibles. Enfin, à gauche, une longue écharpe traverse le pan de bois, le rendant ainsi asymétrique. Le jour situé entre l'écharpe et la sablière semble d'origine mais il a récemment été prolongé vers le haut. Le niveau de potelets pris entre la sablière et l'entrait de la ferme du pignon prouve qu'à l'origine le comble était à surcroît. Ceux-ci sont simplement contrebutés de petites décharges obliques aux extrémités de la façade. Les dispositions du pignon révèlent le type de charpente à fermes et à pannes couvrant en partie la maison. Ces dernières reposent sur des échantignolles assemblées à l'extérieur des arbalétriers. Tandis que le faîtage repose sur le poinçon sans enfourchement, le faux-entrait, composé de deux éléments, prend place de part et d'autre du poinçon montant de fond. La baie qui éclaire actuellement le comble n'est pas authentique, puisqu'elle ne correspond pas avec l'ancien niveau de sol. La fenêtre d'origine se trouvait à droite du poinçon, son linteau et son meneau apparaissant sous le volet de la fenêtre actuelle. La façade ne présente aucun ornement et ce type d'encorbellement sur solives débordantes n'a été rencontré à Amboise, en façade principale, qu'au 46 rue Victor Hugo. Si le patrimoine médiéval amboisien est largement amputé, la typologie générale des pans de bois du Val de Loire permet toutefois de dater cette façade de la fin du Moyen Âge.

Murs enduit
pan de bois
Toit ardoise
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à deux pans
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, ville royale : maisons et hôtels des XVe et XVIe siècles, Indre-et-Loire. photogr. Hubert Bouvet, Thierry Cantalupo, Mariusz Hermanowicz ; llus. Anne-Marie Bonnard, Myriam Guérid. Lyon : Lieux-Dits, 2010. (Parcours du patrimoine, n°355).

  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie