Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison (44 rue Rabelais)

Dossier IA37005634 inclus dans Amboise : rue Rabelais (41 à 64 rue Rabelais) réalisé en 2006

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 44 rue Rabelais

Cette maison se trouvait hors les murs de la ville. Au début du XXe siècle, un forgeron s'y installa. On ignore si le lieu fut alors adapté pour le forgeron ou si c'était bien là sa fonction première. La maison est bordée d'une étroite ruelle, la rue Belle-Poule. Dans les comptes de la ville, des « clos de vignes » sont signalés au « clos Belle poule ». Le secteur ne semble pas avoir été urbanisé avant le début du XVIe siècle et la structure de la maison n'est pas incompatible avec une telle datation. Cette maison constitue toutefois un exemple de maison très difficile à dater.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : Epoque contemporaine

La maison s'élève sur trois niveaux dont un niveau de comble aménagé récemment. Elle présente son pignon sud-ouest sur la rue Rabelais. Le rez-de-chaussée est bâti en pierre et ouvert d'une large baie dont les huisseries métalliques relèvent d'une création récente. La sablière marquant la séparation du rez-de-chaussée et du premier étage a été remplacée par une poutre métallique. Le pignon présente un pan-de-bois à grille avec deux écharpes installées asymétriquement au premier étage. Aucune recherche de symétrie n'apparaissant, les baies, sans meneau ni traverse, ne se superposent pas et sont décentrées. La façade du mur gouttereau oriental, longée de la rue Belle Poule, est construite en moellon de tuffeau. Le rez-de-chaussée est aveugle et le premier étage présente seulement deux petites baies. Le toit à deux pans reçoit une couverture de tuiles plates. Au centre du mur gouttereau oriental, le toit de la tourelle d'escalier dépasse. Enfin, derrière la maison prend place une cour très longue, fermée de murs de clôture. La façade sur cour est enduite. À l'intérieur, le rez-de-chaussée est divisé par un mur de refend central créant deux pièces, à la jonction desquelles prend place la cage d'escalier. La pièce donnant sur la rue Rabelais accueille l'ancienne forge. La pièce ouvrant sur la cour, surélevée est accessible après trois marches. Cette surélévation a permis la création d'une cave semi-enterrée dans un secteur pourtant très humide. Une vis en bois au noyau circulaire dessert les étages. Le noyau d'escalier prend place dans un cage carrée de 2 mètres de côté. Il mesure 16 cm de diamètre et présente un aspect ancien. Au premier comme au deuxième étage, se trouvent deux pièces selon le plan du rez-de-chaussée. La charpente de comble a été consolidée mais ses dispositions d'origine sont restituables. L'essence des bois employés est le chêne. Les chevrons de 12 cm de côté, qui sont restés apparents, présentent des traces de scie correspondant à un débitage en quartiers. Les bois des fermes en revanche sont des bois de brin de 15 cm à 16 cm de côté. Les pannes, très flachées, sont beaucoup plus importantes avec 20 cm de diamètre. Certaines pannes présentant des traces d'anciennes mortaises incohérentes avec le reste de la charpente sont issues de bois de remplois. Quelle que soit la section des bois, leurs flaches sont nombreuses. L'ensemble des assemblages se fait à tenon-mortaise. À fermes et à pannes, la charpente possède un poinçon, montant de fond depuis l'entrait, et un faux-entrait constitué de deux éléments. Longitudinalement, un faîtage et un sous-faîtage raidis par des liens contreventent la structure. L'entrait porte les solives de plancher et les pannes sont calées sur des échantignolles assemblées aux arbalétriers. Le mur de refend se trouve à l'aplomb de la ferme centrale.

Murs brique
pierre moellon
bois pan de bois
Toit tuile plate
Étages rez-de-chaussée, entresol, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à deux pans
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, ville royale : maisons et hôtels des XVe et XVIe siècles, Indre-et-Loire. photogr. Hubert Bouvet, Thierry Cantalupo, Mariusz Hermanowicz ; llus. Anne-Marie Bonnard, Myriam Guérid. Lyon : Lieux-Dits, 2010. (Parcours du patrimoine, n°355).

  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie