Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison (52 rue Rabelais ; 1 rue Destouches)

Dossier IA37005692 inclus dans Amboise : rue Rabelais (41 à 64 rue Rabelais) réalisé en 2006

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 52 rue Rabelais , 1 rue Destouches

Cette maison a été épargnée par les plans d'alignement de la rue. Des clichés anciens la présente recouverte d'un enduit qui ne laissait apparaître que ses structures les plus en relief, à savoir les sablières moulurées et les poteaux corniers. La maison appartenant à plusieurs propriétaires, il n'a pas été possible de visiter le comble.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : Epoque contemporaine

Cet édifice restauré présente au nord une façade à rive donnant sur la rue Rabelais, et à l'ouest un pignon sur la rue Beaubrun. La maison s'élève sur quatre niveaux dont un niveau de caves et un niveau de combles. Une arrière-cour accueille l'entrée de la tourelle d'escalier dans-oeuvre qui dessert l'ensemble de l'édifice, des caves au grenier. Le pignon est construit en pierre de taille et brique. Si le rez-de-chaussée présente un moyen appareil qui pourrait être médiéval, le pan de mur construit à son aplomb est constitué de pierres dont le module parfaitement calibré laisse supposer un travail de l'époque contemporaine. Il n'est pas à exclure qu'à l'origine les étages aient été construits avec une ossature bois ; ainsi une sablière serait venue s'assembler dans le poteau cornier qui fait l'angle des rues Rabelais et Beaubrun comme nous le suggère une encoche, aujourd'hui maçonnée, se trouvant au niveau de la sablière de plancher. Au rez-de-chaussée la façade est percée d'une baie et au premier étage de deux autres. Le sommet du pignon élevé en brique montre un aspect neuf et les dispositions de la charpente y sont peu lisibles. Il doit s'agir d'une charpente à fermes et à pannes. La ferme prise dans le pignon présente un poinçon liant le faîte à l'entrait. La façade du mur gouttereau donnant sur la rue Rabelais est plus authentique. Le rez-de-chaussée est encore en partie enduit. Un poteau central divise la façade en deux moitiés prises entre deux poteaux corniers. Ces poteaux élargis présentent une ornementation caractéristique, à petites colonnettes octogonales surmontées de chapiteaux géométriques bagués. Les bases des poteaux sont également octogonales et séparées du fût par deux moulures toriques superposées. On remarque d'ailleurs que les colonnettes reposent sur une pierre. Le secteur des Marais étant humide, il semble que dès l'origine, des soubassements lithiques aient supporté les poteaux de bois. Sur ces poteaux prennent appui les deux sablières superposées formant l'encorbellement. Les sablières portent une mouluration d'inspiration gothique, semblable à celle du 2 rue Joyeuse, constituée de doucines et de cavets séparés par des baguettes. À l'aplomb de la sablière de chambrée, s'élèvent les colombes contenant un hourdis constitué de grossiers moellons enduits. Au sein du pan-de-bois à grille deux longues écharpes symétriques contreventent la structure et deux baies percent le mur. Le niveau est divisé en deux par un large poteau se trouvant dans le prolongement du poteau central du rez-de-chaussée. Ce poteau, qui trouve également son prolongement dans un potelet au niveau du comble à surcroît, correspond, au premier et au second niveaux, à la poutre recevant les abouts des solives ainsi disposées parallèlement à la rue Rabelais. Dans le comble, à l'aplomb du poteau se trouve sans doute la ferme centrale. La toiture a été restaurée dans son matériau d'origine, la tuile plate. L'aspect extérieur de la lucarne ne permet pas de déterminer son authenticité, mais d'une manière générale les maisons amboisiennes de la fin du Moyen Âge disposent bien d'une lucarne placée au centre de la rive sur rue. À l'intérieur, seule la place de l'escalier a pu être attestée. La vis occupe une tourelle dans-oeuvre, plaquée contre le mur gouttereau arrière, couverte d'un toit qui lui est propre. La vis en bois tourne autour d'un noyau tors. Les dispositions de cette maison sont à rapprocher de celles du 54 place Michel Debré. Rien n'empêche de penser qu'elle présentait la même distribution avec un mur de refend central à présent disparu.

Murs brique
enduit
pierre de taille
pan de bois
moellon
Toit tuile plate
Étages 1 vaisseau, sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements voûte en berceau segmentaire
Couvertures toit à deux pans
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis
Statut de la propriété propriété privée
Protections inscrit MH, 1948/06/01

Références documentaires

Bibliographie
  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, ville royale : maisons et hôtels des XVe et XVIe siècles, Indre-et-Loire. photogr. Hubert Bouvet, Thierry Cantalupo, Mariusz Hermanowicz ; llus. Anne-Marie Bonnard, Myriam Guérid. Lyon : Lieux-Dits, 2010. (Parcours du patrimoine, n°355).

  • GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie