Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison à boutique (70 rue des Carmes)

Dossier IA45001419 inclus dans Rue des Carmes réalisé en 2006

Fiche

Précision dénomination maison à boutique
Parties constituantes non étudiées boutique
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 70 rue des Carmes

Le bâti a été remanié au cours du temps. La pente modifiée du toit sur rue, plus douce que l'autre versant, certainement original, suggère une surélévation d'un étage, peut-être au 18e siècle. La façade est une des rares dans la rue à n'avoir pas été touchée par l'opération d'alignement planifiée en 1813.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : limite 18e siècle 19e siècle

La maison à boutique avec enseigne du numéro 70 occupe une parcelle étroite et profonde à l'angle de la rue des Carmes et de la rue des Grands Champs. L'édifice a subi des remaniements au cours du temps. Il s'agit d'une maison à boutique avec devanture - une pharmacie - qui s'élève sur deux étages carrés à trois travées régulières, avec un toit à longs pans recouvert d'ardoise. Le rez-de-chaussée est occupé intégralement par la boutique - on remarque à l'intérieur du commerce, à l'extrême droite, le trumeau qui servait anciennement à délimiter la porte piétonne. L'angle a été refait : il est recouvert de pierre reconstituée, mais l'opération est indépendante du plan d'alignement qui a épargné la façade. Aujourd'hui, on accède à la partie privative par une porte piétonne en bois au 2 rue des Grands Champs ; on aperçoit plus en profondeur dans la rue une porte de garage. La façade est entièrement appareillée en pierre de taille. L'étage noble est composé de trois baies avec chambranle mouluré sommé, en surface de façade, d'une plate-bande, recevant des portes-fenêtres à deux battants protégées à l'intérieur par des volets en bois à deux portes brisées à panneaux. Le balconnet filant en métal à motifs de croisillons réunit les trois baies. Celles de l'étage supérieur sont de dimensions plus petites ; elles reçoivent le même encadrement auquel s'ajoute un seuil de fenêtre composé d'une bande encadrée par une moulure et soutenu décorativement à ses extrémités par un dé-console mouluré. Les fenêtres sont protégées par des volets intérieurs en bois de même type qu'à l'étage noble ainsi que par un store extérieur. L'entablement, finement travaillé à deux fasces surmontées par un réglet, une frise vierge, puis une corniche moulurée, témoigne du soin apporté à l'ensemble. Le pignon sur la rue des Grands Champs montre un gabarit caractéristique de la première Renaissance. Les baies sur rue y révèlent un traitement d'encadrement en pierre de taille, de même que sur la façade sur cour, qui laisse apercevoir des modifications postérieures - telle cette lucarne à croupe sur le toit. Le plan d'alignement de 1813 montre que les numéros 68 et 70 formaient un unique ensemble - sans doute un bâti bourgeois relié par un escalier à vis qui desservait entre autres certainement les logements des domestiques.

Murs pierre de taille
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Typologies Maison à boutique.
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mosseron Maxence