Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison à boutique (80-82 rue des Carmes)

Dossier IA45001428 inclus dans Rue des Carmes réalisé en 2006

Fiche

Précision dénomination maison à boutique
Parties constituantes non étudiées boutique
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 80 rue des Carmes
Cadastre : 2006 BD 300

La maison du numéro 80 peut être datée du 16e siècle, avec des remaniements postérieurs (façade 19e siècle, bâti donnant sur la courette intérieure 20e siècle). Elle a été signalée sur la carte des bâtiments de grand intérêt architectural de la ZPPAUP (dossier établi par le cabinet Blanc-Duché, septembre 2006). La maison de l'ancien numéro 82, datable du 18e siècle, a elle aussi été l'objet de remaniements postérieurs, notamment par la disparition de son trumeau en façade.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle

La maison à boutique du numéro 80 - dite aussi Maison de l'Ange, car une tête de putto ailé sculptée y figure - présente une façade de deux étages carrés à deux travées et une demi-travée sous un toit à longs pans recouvert d'ardoise. Le rez-de-chaussée est occupé dans son intégralité par une boutique avec devanture - un établissement de pompes funèbres. L'entrée privative s'effectue par la ruelle fossilisée qui conduit à une courette intérieure et à une porte piétonne en bois, mais aussi à une venelle de desserte interne d'îlot - vers le jardin du numéro 78 mitoyen. Sur la rue chaque étage est séparé de l'autre par un bandeau très légèrement saillant. Les baies des deux niveaux reçoivent des fenêtres à deux battants et une barre d'appui en fonte ouvragée, à l'exception de la baie droite du second étage. Les fenêtres du premier étage sont protégées de stores en PVC, celles du deuxième, à petits carreaux caractéristiques du 18e siècle, ont des volets intérieurs en bois. L'encadrement des baies témoigne d'un raffinement certain : chambranle à trois fasces et tympan surmonté d'un réglet. Les seuils des baies du second étage s'inscrivent sur le bandeau séparateur. Leur tympan reçoit une frise de trois étoiles surmonté d'une corniche à cimaise. Les deux demi croisées sont en décrochement en hauteur par rapport à l'assise des deux autres baies. Elles présentent les mêmes caractéristiques : consoles en forme de dé aux extrémités du seuil, lequel reçoit une baie en plein cintre à trois fasces, avec clef passante faisant jointure avec un fronton mouluré. Deux différences sont toutefois perceptibles : au premier étage, la baie est en cul-de-four, donc aveugle, et présente un fronton curviligne. La baie du second étage est pourvue d'une fenêtre à petits carreaux et d'un fronton triangulaire. Une corniche moulurée couronne l'ensemble. Visiblement, le décor Renaissance a été remanié au début du 20e siècle dans un goût plus chargé et moins académique. La ruelle fossilisée donne accès à une courette intérieure. La façade postérieure du numéro 80 révèle un bâti en pan de bois, à l'instar de la tourelle qui a pu servir d'escalier à vis (aujourd'hui aménagé en pièce habitée) et conduit, via une passerelle, à un second corps de logis lui aussi Renaissance, avec encadrement de porte chanfreiné et moulure en doucine pour la baie. Un bar l'occupe aujourd'hui. On accède à la tourelle par une porte du même type, qui reçoit un encadrement en pierre calcaire de Beauce, de teinte rosée. Elle fut certainement remontée dans le courant des années 1970. La ruelle conduit aussi à une venelle interne. La paroi qui la borde, façade postérieure du second corps de logis mentionné plus haut, montre une disposition caractéristique de la Renaissance avec croisée et demi croisée ainsi qu'une porte chanfreinée et une fenêtre en plein cintre qui conserve les traces des trous ménagés dans la pierre pour les barreaux destinés à la protéger. La ruelle fossilisée, devenue privative, menait certainement à la rue d'Illiers. Elle s'inscrit dans le prolongement de la rue de l'Ange et a donc une origine médiévale. Elle a sûrement perdu sa fonction d'axe de circulation lors des opérations d'urbanisme liées au percement de nouvelles rues qu'entraîna la dernière accrue, et qui furent dirigées par Jean de Gourville et Yvon d'Illiers à la fin du 15e siècle. Le numéro 80 est également l'adresse fiscale d'un autre bâtiment, anciennement celui du 82. Celui-ci présente une façade régulièrement ordonnancée de deux étages carrés et trois travées ainsi qu'une structure en pierre de taille, sous un toit à longs pans recouvert d'ardoise. Le rez-de-chaussée est occupé par une boutique - un établissement de restauration rapide - en retrait par rapport à la ligne du front bâti. On accède à la partie privative en empruntant la ruelle fossilisée, par une porte piétonne en bois avec imposte et encadrement chanfreiné. Le soubassement révèle un appareillage en pierre de taille soutenu par un linteau bétonné. Le jeu des claveaux montre qu'un pilier, décentré sur la droite, a disparu. Les baies du premier étage carré - l'étage noble - reçoivent des portes-fenêtres protégées par un store en PVC, ainsi qu'un balconnet en fer ouvragé, caractéristique de la fin du 18e et du début du 19e siècles. Les baies du second étage, moins élevées, présentent les mêmes caractéristiques. Une corniche moulurée postérieure à la construction couronne l'ensemble La façade est sobre, sans décor, hormis la plate-bande qui somme les ouvertures et les deux bandeaux saillants qui séparent les trois niveaux, affirmant les horizontales.

Murs enduit
pan de bois
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés, 2 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
Typologies Maison à boutique.

La façade a également été retouchée au début du 20e siècle (décor). L'ancien numéro 82, plus tardif que le 80, date du 18e siècle : sa façade a été refaite dans la 1ère moitié 19e siècle.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mosseron Maxence