Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, actuellement établissement administratif (1bis rue Saint-Euverte)

Dossier IA45003199 inclus dans Quartier Saint-Euverte réalisé en 1989

Fiche

Destinations établissement administratif
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 1bis rue Saint-Euverte
Cadastre : 2012 BN 407, 408, 409, 166

Jusqu'au 19e siècle, l'espace situé devant l'ancienne abbaye Saint-Euverte était une place. Parfois identifiée en tant que place Saint-Euverte, elle apparaît déjà bien délimitée sur le plan de Fleury de 1640. En 1839, M. Brossard de Nogent, alors propriétaire des n° 1 et 3 rue Saint-Euverte, demande et obtient que la Ville d'Orléans lui concède une partie du terrain de la place située devant les deux maisons qu'il possède.

Par superposition du cadastre actuel avec le cadastre napoléonien de 1823, on se rend compte que l'emprise au sol de l'édifice actuel correspond grossièrement avec le périmètre de deux maisons qui le précédaient. On ne sait pas si ces deux dernières ont été entièrement détruites ou si elles ont été partiellement réutilisées (notamment les caves) pour faire place au bâtiment actuel, qui a probablement été construit entre 1839 (et l'acquisition d'une partie des terrains de la place par M. Brossard de Nogent) et les années 1870. Les sources indiquent qu'en 1877 la maison appartenait à M. Brossard de Corbigny et qu'en 1879 elle disposait d'un jardin, d'écuries et d'une remise. Une partie d'une ferme de la charpente est visible au niveau du mur de la façade orientale, ainsi qu'une maçonnerie de brique.

Les Pères et Frères Montfortains (Compagnie de Marie) auraient habité dans ce bâtiment de 1920 à 1960 d'après l'article de 1987 de l'abbé Louis Gaillard dans le Bulletin de la société d'archéologie et d'histoire de l'Orléanais. Les fiches auxiliaires cadastrales conservées aux Archives municipales d'Orléans ne mentionnent toutefois pas leur présence.

Au cours du 20e siècle, des services vétérinaires occupaient les lieux. Lors de l'étude, en 2014, la DIRECCTE (DIrection Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi du Centre) y était installée. C'est probablement au cours du 20e siècle qu'ont été construits les bâtiments situés à l'arrière de l'édifice et qui longent la rue de l'Ételon.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle , daté par travaux historiques
Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates

Ce vaste édifice est construit en maçonnerie de moellons enduite à un étage carré et un étage de comble à lucarnes. La couverture est à longs pans brisés et le toit est en ardoise. Le bâtiment comporte, au nord, une aile en retour en maçonnerie enduite et, au sud, une autre aile en matériaux contemporains. Celles-ci possèdent un étage carré et sont manifestement postérieures au bâtiment principal dont la travée la plus à l'est a disparu, du fait de leur construction. Du côté de la rue Saint-Euverte, l'édifice est précédé d'une cour délimitée par une grille et un muret en maçonnerie enduite. La parcelle étant traversante, l'arrière de la maison est également accessible depuis la rue Desfriches.

L'ensemble du bâtiment principal présente une homogénéité dans son parti architectural grâce à ses travées ordonnancées sur les façades antérieures et postérieures et à l'alternance de lucarnes et d'oeils-de-boeuf au niveau de l'étage de comble. Sur la façade nord, la porte centrale comporte un encadrement architecturé. Deux pilastres à chapiteaux ioniques supportent une corniche dotée de frises à motifs de feuilles et de palmettes. Les fenêtres des deux façades sont en outre agrémentées de chambranles moulurés.

La façade postérieure a, par ailleurs, été profondément remaniée. On observe ainsi que trois portes-fenêtres devaient initialement être présentes au rez-de-chaussé, mais qu'elles ont été transformées en fenêtres. Inversement, la porte aujourd'hui visible devait faire office de fenêtre à l'origine.

Deux cages d'escalier sont en outre visibles de l'extérieur, de part et d'autre de la travée centrale. Une cave à double niveau a par ailleurs été mentionnée par l'un des usagers de l'établissement administratif occupant désormais les lieux, mais est inaccessible pour des raisons de sécurité lors de la réalisation de l'étude.

Murs moellon enduit
calcaire pierre de taille
maçonnerie enduit
brique enduit partiel
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans brisés
Escaliers escalier dans-oeuvre
Statut de la propriété propriété de l'Etat
Sites de protection zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales d'Orléans. Série O : dossier 114. Voirie. Alignements et autres travaux. Rue Saint-Euverte. an XI-1878.

  • Archives municipales d'Orléans. Série G : 4 G 728. Fiches auxiliaires cadastrales. Rue Saint-Euverte. 1863-1984.

  • Archives municipales d'Orléans. Répertoire des caves de l'agglomération établi par les services de la défense passive.

Documents figurés
  • Figure de la ville d'Orléans / Jean Fleury. 1640. (Bibliothèque municipale d'Orléans, Rés ZHOO34).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Pouvreau Pascale - Boscal de Reals Aude - Cornilleau Florence