Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison : cave (7 montée de l'émir Abd-el-Kader)

Dossier IA37005643 inclus dans Amboise : montée Abd-el Kader réalisé en 2006
Dénominations maison, sous-sol
Aire d'étude et canton Amboise - Amboise
Adresse Commune : Amboise
Adresse : 7 montée de l'émir Abd-el-Kader

La maison du 7 allée Abd-el-Kader date de l'époque Louis-Philippe. Néanmoins, sa position au pied du château d'Amboise, ainsi que les vestiges que l'on peut observer dans la cave prouvent qu'il y a eu là une construction bien antérieure à celle que nous pouvons voir aujourd'hui. La maison dispose de deux entrées : l'une au 7 allée Abd-el-Kader et l'autre au 21 rue de la Concorde. L'une comme l'autre sont situées aux abords immédiats de la forteresse primitive d'Amboise. Le jardin de la maison prend place au pied de la tour Garçonnet, dont le fruit apparaît dans le jardin. Ce jardin est venu recouvrir les douves du château. La maison a été construite après l'élévation de la rampe montant au château, soit vers 1840 environ. À cette adresse, seule la cave date de l'époque médiévale, sans doute du XIVe siècle.

Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 14e siècle
Principale : milieu 19e siècle

On accède à la cave par un escalier droit récent qui descend parallèlement à la rampe d'accès au château. Outre plusieurs celliers d'époque contemporaine, une cave se trouve au bas de l'escalier. De plan rectangulaire, placée perpendiculairement et située sous le niveau de la place Michel Debré, la cave est voûtée d'un berceau en plein cintre. L'appareil en pierre de taille de tuffeau dressé au marteau taillant a conservé des traces de bretture. Le sol de la cave est en terre battue et le soupirail ouvrait à l'origine sur la place Michel Debré. La cave communiquerait avec celle de la chocolaterie située au 25 rue de la Concorde. S'il y avait bien une relation entre elles, cela s'avèrerait d'autant plus remarquable que l'on peut observer au 25 rue de la Concorde, d'une part, une voûte en plein cintre soutenue par des arcs doubleaux brisés et, d'autre part, une descente de cave ornée par cinq rouleaux datant sans doute du XIVe siècle. Sur la longueur de la cave, à gauche du soupirail, s'ouvre dans le mur une galerie. Trois arcs brisés jouant le rôle de doubleaux viennent étayer la structure partiellement troglodytique. Certains pans de mur sont également maçonnés en pierre de taille de tuffeau dressée à la laye. De 20 m de long, la galerie tourne à main droite avant d'être murée. Il semblerait néanmoins qu'elle passe sous l'allée Abd-el-Kader. Au niveau de l'inflexion, s'ouvre une niche maçonnée et condamnée. La galerie abrite aussi un puits, construit grossièrement en moellons de pierre froide. De forme cylindrique, il prend appui sur le côté droit de la paroi rocheuse, environ 2 m après l'entrée. Le voûtement en berceau brisé est à rapprocher de ceux des 17 et 25 rue de la Concorde ou du 12 quai Charles Guinot. La forme des arcs brisés et le type de construction permettent d'envisager une datation de l'époque médiévale. Il est probable que la galerie tournante ait été en premier lieu une carrière d'extraction comme en témoignent les parties troglodytiques qui ont conservé des traces du front de taille. La situation au pied du château, à proximité du carroir de la ville, au sein d'un des quartiers urbanisés très tôt, laisse supposer un usage en tant que carrière particulièrement ancien qui ne peut toutefois pas être daté avec précision.

Murs moellon
pierre de taille
Étages 2 vaisseaux, 2 étages de sous-sol
Couvrements voûte en berceau brisé
Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Gaugain Lucie