Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Saint-Quentin (3 rue Saint-Hilaire)

Dossier IA28000353 inclus dans La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne réalisé en 2010

Fiche

Appellations maison Saint-Quentin
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Nogent-le-Rotrou - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou
Adresse : 3 rue Saint-Hilaire

La maison Saint-Quentin est attestée par les textes en 1190. Rotrou IV confirme alors la donation d’une maison située près du pont Saint-Hilaire à Payen de Saint-Quentin. Celle-ci est cédée à l’abbaye des Clairets en 1274. La maison est citée dans le cartulaire de l'abbaye en 1645, Elle constitue alors un fief urbain. La tradition locale reconnaît l’édifice situé au 3 rue Saint-Hilaire comme la maison Saint-Quentin mentionnée dans ces textes anciens. Ces documents ne mentionnant toutefois pas précisément son emplacement, il n’est pas possible de confirmer avec certitude cette hypothèse. Elle reste néanmoins probable puisque la maison est située près du pont Saint-Hilaire. Les premiers marqueurs stylistiques observés (linteau en accolade, porte moulurée de baguettes, fenêtre croisée, fenêtre simple et portes moulurées de chanfreins), associés à une tour d’escalier hexagonale demi-hors-œuvre contenant un escalier en vis, ont permis de dater la maison entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié du 16e siècle. La datation est confirmée par le type de charpente employée.

Période(s) Principale : 2e moitié 15e siècle, 1ère moitié 16e siècle , (?)
Auteur(s) Personnalité : Auteur inconnu
Personnalité : Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets
Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

La maison est implantée sur une parcelle étroite entre la rue Saint-Hilaire, une cour et un jardin donnant sur l’Huisne. Ses deux bâtiments sont disposés selon un plan en L, le premier ayant son mur gouttereau sur rue, tandis que le second se développe à la perpendiculaire du premier. Une tour d’escalier hexagonale demi-hors-œuvre occupe l’angle entre les deux bâtiments. L' édifice comporte deux niveaux d’élévation assis sur un niveau de soubassement. Les toits sont à deux versants (1 et 2) et croupe polygonale (3) à fortes pentes. On accède à la maison depuis une porte latérale sur rue. La distribution verticale est assurée par un escalier en vis. La cour, située en contrebas, est accessible par un escalier droit et par l'escalier en vis. Le soubassement n'est doté que d'un mètre sous plafond dans sa pièce est. Celle-ci possède une ouverture bouchée sur rue et une cheminée en partie détruite. L’escalier en vis est associé à des rampes droites afin de pouvoir desservir le second niveau. Une petite construction carrée est accolée au sud du bâtiment 2, avec laquelle il communique au second niveau. La façade sur rue est composée de trois travées ordonnancées prenant place sous une corniche en quart-de-rond et des rampants à crossettes sculptées. Les ouvertures sont dotées de plates-bandes et de piédroits moulurés de chanfreins. Sur cour, les ouvertures se font plus hétérogènes. On retiendra la présence d’un décor de baguettes sur la porte de l’escalier, et de deux linteaux sculptés d’une accolade et chanfrein au premier niveau du bâtiment 2 (pignon sud) et au second niveau de la tour d’escalier. Des placards muraux sont conservés au premier (bâtiment 1) et au second niveau (bâtiment 2). Deux portes en bois sculptées d’un décor de plis de serviette sont également conservées au second niveau de la tour d’escalier. Leur encadrement est composé d'un linteau et piédroit chanfreinés. Les bâtiments 1 et 2 sont dotés d’une charpente à chevrons formant fermes avec alternance de fermes à entrait et poinçon (ici bûchées) et de fermes à entrait retroussé, avec jambette et aisseliers. Elles sont contre-ventées par des pannes faitières et des croix de Saint-André.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
Toit tuile plate
Plans plan régulier en L
Couvrements
Couvertures toit à deux pans pignon découvert
toit polygonal
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit
Techniques décor stuqué
Représentations animal fantastique
Précision représentations

Les crossettes du bâtiment sur rue (1) sont sculptées. Un singe ou un chien à queue serpentine est visible sur la crossette nord-est tandis qu'un animal non identifié à la gueule béante est figuré sur la crossette sud-est.

Statut de la propriété propriété d'une société privée

Annexes

  • Charte de confirmation (1190).

    Charte de confirmation, 1190, cartulaire des Clairets, BNF. FONDS LATIN. L.7140.

    "Rotrodum videlicet Pertici comiten, Roberto Sanctii-Quintini [...] dedisse cum suis pertientiis domum, quam juxta pontem sancti-Hilarii."

    Confirmation accordée par Rotrou, comte du Perche, à Robert de Saint-Quentin de la donnation faite à Payen de Saint-Quentin, son père, par Rotrou comte du Perche, d'une maison size à Nogent-le-Rotrou, au nouveau bourg près du Pont-Saint-Hilaire.

    Transcription et traduction : DE SOUANCE, Hector Guillier. Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets : histoire et cartulaire, 1202-1790, Vannes, 1894. Charte I, p. 65-66.

  • Charte de donation (1274).

    Charte de donation, 1274, cartulaire des Clairets, BNF. FONDS LATIN. L.7140.

    " Guillelmus dominius Oesel & Johannes dominus OEsel frates [...] Ejustem domus, situa in villa de Nogento-Rotrodi, in burgo-novo, in censiva dictorum monialium, juxta domum defuncti Rodulphi Septorisex une parte et domum defunctae Latiase ex altera parte."

    Don par Guillaume et Jean Oesel, à l’abbaye des clairets, d’une maison sise à Nogent, dite maison Saint-Quentin.

    Transcription et traduction : DE SOUANCE, Hector Guillier. Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets : histoire et cartulaire, 1202-1790, Vannes : Impr. de Lafolye, 1894. Charte LVI, pp.141-143.

Références documentaires

Bibliographie
  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets : histoire et cartulaire, 1202-1790. Vannes : Impr. de Lafolye, 1894.

    charte I, LVI et CXXVII.
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Rozier Hadrien