Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Marché couvert, actuellement cantine universitaire

Dossier IA41000743 inclus dans Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois réalisé en 2010

Fiche

Dénominations marché couvert, cantine
Aire d'étude et canton Val de Loire et Reconstruction
Adresse Commune : Blois
Lieu-dit : rive droite
Adresse : 10-12 rue Anne-de-Bretagne , rue des Jacobins
Cadastre : 2010 DN 362

Avant la guerre, le marché était installé dans une halle métallique construite dans les années 1890 par l'architecte Albert Renou sur le côté sud de la place Louis-XII. Elle fut épargnée par les destructions de 1940. La poissonnerie, située rue du Commerce, fut elle légèrement endommagée. Cependant, alors que les deux bâtiments étaient réparables, leur réunion en un bâtiment unique fut envisagée dès 1940. La construction d'un nouveau marché s'inscrit en effet dans un contexte plus large que la seule reconstruction. Dès 1915, Arsène Lafargue avait appelé de ses vœux la réunion du marché et de la poissonnerie et cette idée avait par la suite été intégrée au Plan d'Aménagement, d'Embellissement et d'Extension de la ville (PAEE) à la fin des années vingt. L'idée de réunir et déplacer ces équipements ressurgit donc à plusieurs reprises dès les prémices de l'élaboration d'un plan de reconstruction. La commission qui se réunit dès août 1940 suggéra que le marché, démontable, soit déplacé. Paul-Robert-Houdin préconisa de reconstruire un bâtiment plus grand au sud de la place Louis-XII à la place du marché et du collège Augustin-Thierry disparu en juin 1940. Il fut ensuite suivi par Charles Nicod, nommé architecte en chef de Blois par le commissariat à la reconstruction immobilière début 1941. Au vu des vœux exprimés par la ville lors de la mise à l'enquête de son projet, le marché dut être déplacé afin de laisser place au sud de la place Louis-XII à un îlot d'habitation et une salle des fêtes. Il fut dès lors établi que marché et poissonnerie seraient détruits et reconstruits sur un terrain de compensation derrière le théâtre et l'école Louis-XII, à la place des pompes funèbres et de la bourse du travail. Plusieurs architectes furent successivement nommés pour ce projet. En 1944, le Commissaire à la Reconstruction, Muffang, retint, sur proposition de la ville, l'équipe Charles Nicod - Paul Cantais. Après la Libération, la ville nomma en 1946 l'architecte Gavalda. Ce fut finalement l'architecte blésois Marc Paget qui donna les plans du marché. Par délibération du conseil municipal de Blois du 6 juin 1956, son avant-projet de marché couvert fut approuvé. Il avait été fixé par arrêté que certains immeubles qui n'avaient pas été détruits - bourse du travail, halle, pompes funèbres et théâtre - seraient considérés comme détruits par faits de guerre et financés par la Reconstruction. De fait, la construction du marché dont le coût s'élevait à 60 millions de francs, fut pris en charge par l’État au titre des dommages de guerre à hauteur de 40 millions de francs. Le lancement des travaux de construction fut retardé à cause de longueurs dans les procédures financières : étant donnée l'importance de l'équipement, la ville était tenue de produire un dossier d'équilibre financier pour pouvoir lancer le financement par dommages de guerre. La ville eut notamment recourt à l'emprunt pour financer la partie non couverte par les dommages de guerre. Le permis de construire fut finalement délivré à titre exceptionnel avant la reconnaissance définitive de l'équilibre financier par arrêté du 2 janvier 1958. Le marché fut mis en service en août 1961 après des travaux marqués notamment par l'importance des fondations : des puits de cinq à dix mètres de profondeur reliés par des longrines. La halle était divisée en deux parties respectivement attribuées au marché et à la poissonnerie. Dans la cour située entre le marché et la bourse du travail, un petit bâtiment était prévu pour abriter les sanitaires et des débarras. Le marché périclita dans les années quatre-vingt dans le contexte du fort développement des grandes surfaces installées en périphérie. Depuis le bâtiment est occupé par le CROUS, notamment par un restaurant universitaire. Il a été pour cela cloisonné et sa première fonction marchande n'est plus du tout lisible. Les qualités spécifiques du bâtiment conçu comme un équipement public sont ainsi en partie perdues : son accessibilité du fait d'entrées multiples situées sur les différents côtés du bâtiments et sa grande luminosité, obtenue par la baie zénithale en dalles Saint-Gobain d'une superficie de 150 m².

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1958, daté par source
Auteur(s) Auteur : Paget Marc, architecte, attribution par source

L'ex-marché de Blois devenu dans les années quatre-vingt bâtiment du CROUS se signale dans son quartier d'implantation, rue des Jacobins, par son caractère massif : il mesure en effet 60 mètres sur presque 14 mètres. Son vaste espace intérieur est aujourd'hui cloisonné afin de pouvoir accueillir des services du CROUS et notamment le restaurant universitaire. Comme pour les autres édifices de la reconstruction, il y est fait usage du béton armé pour les éléments de structure, ossature et charpente, et ce matériau est associé à des matériaux et des mises en œuvre locaux, comme la maçonnerie de moellons apparents et la couverture en ardoises d'Angers.

Murs béton armé
moellon
Toit ardoise
Statut de la propriété propriété publique
Sites de protection secteur sauvegardé

Annexes

  • Marc Paget (1907-2006)

    Né à Cellettes en 1907, Marc Paget étudia à l'école des beaux-arts de Paris avant d'entrer au cabinet de l'architecte blésois Lafargue.

    Actif pendant la reconstruction de Blois, il dessina notamment l'intégralité de l'îlot E.

    Il est également l'auteur à Blois de plusieurs équipements : l'école maternelle de la rue du Foix, l'école primaire des Sarazines, le bâtiment des archives de la caisse des dépôts et consignations rue du prêche et l'église Saint-Joseph, du quartier Kennedy.

    Il y a aussi travaillé pour des commanditaires privés, il a conçu par exemple la Banque Régionale de l'Ouest, rue Gallois.

    Après son décès en 2006, ses archives professionnelles furent versées aux archives départementales de Loir-et-Cher (fond 125 J). Le fond n'était pas consultable au moment de l'étude.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Samedi matin, le nouveau marché couvert de Blois est entré en service. La Nouvelle République, 28-08-1961.

  • AD Loir-et-Cher. Série Fi : 176 FiV 65. Blois, projets d'aménagement et de reconstruction de Paul Robert-Houdin 1931-1958.

  • AD Loir-et-Cher. Série J : 127 J, fonds Paul Robert-Houdin : 127 J 70. Le plan de reconstruction. Les études architecturales qui s'y rapportent. La place Louis-XII, les remparts, le déplacement du marché couvert et la construction d'une salle des fêtes appelée à remplacer le théâtre. La dépêche. 30 avril 1943.

  • AD Loir-et-Cher. Série O : 18 O6 VII 30. Blois, reconstruction du marché couvert. 1956-63.

  • AD Loir-et-Cher. Série W : 1029 W 89. Blois, reconstruction du quartier sinistré, voirie définitive. 1946-56.

  • AD Loir-et-Cher. Série continue : 93/30. Reconstruction. Plan d'Aménagement et de Reconstruction, Blois. 1941-54.

  • AD Loir-et-Cher. Série continue : 93/28. Reconstruction. Retards dans Reconstruction.

  • AD Loir-et-Cher. Série continue : 7/10. Reconstruction de Blois, Affaires diverses. 1945-48.

Documents figurés
  • Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte). (Ville de Blois, service du cadastre, Blois). (cf. illustration n° IVR24_20104100574NUC2A).

  • Photog., n. et b., 24,5 x 18 cm. Auteur inconnu. (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 1029 W 89). (cf. illustration n° IVR24_20104100880NUC2A).

  • détail de carte postale, cliché ERVU. Auteur inconnu. (Collection particulière, B. Guignard). (cf. illustration n° IVR24_20124100232NUC2AB).

  • plan et façades, sur papier, 1956. Par Paget, Marc (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 18 O6 VII 30). (cf. illustration n° IVR24_20114100162NUC2A).

  • plan sur papier, échelle 0,01 p.m. Par Paget, Marc (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 18 O6 VII 30). (cf. illustration n° IVR24_20114100163NUC2A).

  • plan sur papier, échelle 0,01 p.m. Par Paget, Marc (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 18 O6 VII 30). (cf. illustration n° IVR24_20114100164NUC2A).

  • plan sur papier, échelle 0,01 p.m. Par Paget, Marc (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 18 O6 VII 30). (cf. illustration n° IVR24_20114100165NUC2A).

  • plan sur papier, échelle 0,02 p.m. Par Paget, Marc (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 18 O6 VII 30). (cf. illustration n° IVR24_20114100166NUC2A).

  • plan de reconstruction (détail), sur papier, octobre 1940. Par Robert-Houdin, Paul (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100150NUC2A).

  • photog. noir et blanc. Auteur inconnu. (Archives communales, Blois, 2 Fi 22). (cf. illustration n° IVR24_20114100391NUC2AB).

  • carte postale, éditeur Etoile, 1907. Auteur inconnu. (Collection particulière, B. Guignard). (cf. illustration n° IVR24_20124100263NUC2AB).

Bibliographie
  • LAFARGUE, Arsène. Ce qu'on aurait pu faire à Blois depuis cinquante ans. Blois : imp. C. Migault, 1915.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - De Decker Aurélie