Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Montpoupon : château de Montpoupon

Dossier IA37005173 réalisé en 2009

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Canton de Bléré - Bléré
Adresse Commune : Céré-la-Ronde
Lieu-dit : Montpoupon
Cadastre : 2010 OE 376

L'établissement d'une tribu germanique, les Poppo, au IXe siècle, serait à l'origine du nom de Monpoupon (Mons Poppo). Une charte de l'abbaye de Villeloin, datée de 1228, cite Montpoupon comme siège d'une châtellenie relevant de Montrichard et appartenant à Richard de Beaumont. On ne connaît pas la disposition de ce château primitif, mais la grosse tour cylindrique qui se dresse à l’angle nord-ouest de l’actuel corps de logis correspond au donjon. Celui-ci, élevé en moellons, au XIIIe ou au XIVe siècle sur une base peut-être plus ancienne, a été remanié au XVe siècle avec le percement de croisées. De cette époque date également le chemin de ronde dont les mâchicoulis en pierre de taille portent un décor de petits arceaux brisés.

Vers 1320, Philippe de Prie était seigneur de Montpoupon : cette famille reste en possession du château jusqu'en 1650. Durant la guerre de Cent Ans la forteresse est incendiée et, vers 1460, Antoine de Prie et Madeleine d'Amboise font relever la muraille d'enceinte. A l’occasion de travaux réalisés en 1920, sont apparues des traces de remaniements importants qui auraient eu lieu au XVe siècle : traces d’incendie, fenêtres masquées ou coupées par des étages suggèrent une reconstruction au moins partielle du corps de logis. En 1484, Louis de Prie rend hommage au roi pour sa seigneurie de Montpoupon. Les Prie, fidèles aux Valois, reçoivent des charges importantes, notamment Aymar de Prie, grand maître des arbalétriers en 1523. C’est lui qui fait construire le châtelet d’entrée vers 1515, d'après la tradition, et avant 1527, date de sa mort. A l'angle nord-est du corps de logis, un corps de bâtiment accosté à la tour d'escalier est construit au XVIe siècle. Dans la salle à manger, le plafond peint commandé à la fin du XVIIe siècle par Françoise de Saint-Gelais de Luzignan, fut découvert également en 1920. En 1763, Nicolas Tristan, capitaine au régiment de Richelieu, achète le château et ses dépendances (son fils Nicolas Marie Tristan devient le premier maire d'Orléans de 1789 à 1794.) La terre de Montpoupon comprend à cette époque 420 ha d'un seul tenant. Les Tristan font démolir la tour d'escalier en vis du corps de logis, modifient les fenêtres à meneaux et font installer des plafonds sous les poutres polychromes du XVe siècle. La chapelle, détruite en 1793, s’élevait entre l’ouvrage d’entrée et la tour d’angle. Les murs d'enceinte, vraisemblablement démantelés à la Révolution, ont été partiellement remontés au XIXe siècle, tels qu'on les voit de nos jours.

Le 8 octobre 1836, Lancelot Granier de Farville acquiert la terre de Montpoupon. Vers 1840, il fait dévier la route d'Espagne qui passe ainsi devant le châtelet d'entrée et fait construire les grands communs actuels, qui englobent un colombier préexistant. En 1857, les anciens bâtiments de la basse-cour sont démolis lors de l'acquisition de Montpoupon par la famille de La Motte Saint-Pierre. A partir de 1872, Émile Léon de La Motte Saint-Pierre (maire de Céré pendant 36 ans) entreprend la restauration du château et le reboisement de sa propriété. En 1873, il fonde l'équipage cynégétique de Montpoupon. Le domaine compte alors 770 hectares et s’agrandit jusqu’à 1000 hectares en 1928, dont 880 d'un seul tenant. En 1920, une partie des souterrains est déblayée à mi-hauteur. De nos jours le château est ouvert à la visite et abrite un musée de la vénerie. Le parc constitue un site classé depuis 1944.

Période(s) Principale : 2e quart 13e siècle
Principale : 1er quart 14e siècle
Principale : 1er quart 16e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1793, daté par source
1885, daté par source
1920, daté par source

Le site est implanté au confluent de deux vallées déterminées par les ruisseaux de l’Aigremont et du Moulin Brouillon, qui forment un petit éperon boisé à la pointe duquel se dresse le château. La haute cour est précédée d'un châtelet d'entrée. Celui-ci est constitué d'une tour carrée en pierre de taille, à double porte charretière et piétonne, haute de deux étages et flanquée de deux tourelles d’angles aux toits coniques. En façade, deux croisées superposées sont ornées d’un décor de pilastres, chapiteaux et agrafes caractéristiques de la première Renaissance. Sous la première figurent les armes des De Prie «De gueules à trois tierces feuilles d’or», tandis que celle du comble est surmontée d’un fronton trapézoïdal orné d’un médaillon timbré d’un profil de chevalier. Côté nord, une tourelle d’angle polygonale hors-œuvre renferme l’escalier en vis qui dessert l’étage et le comble.

L'angle nord-ouest de l’actuel corps de logis est cantonné d'une grosse tour cylindrique qui correspond au donjon de la forteresse primitive. Ce donjon, élevé en moellons, a été remanié au XVe siècle avec le percement de croisées et est couronné par un chemin de ronde dont les mâchicoulis en pierre de taille portent un décor de petits arceaux brisés.

Au sud de l'enceinte subsiste une ancienne tour circulaire en moellons, d’où partent les vestiges des murs qui la reliaient au châtelet et au logis. Dans la cour, le puits provient d'un monastère.

Murs enduit
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Couvertures toit à longs pans
toit conique
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1930/05/01
classé MH, 1966/01/26

Références documentaires

Documents figurés
  • Deux cents châteaux et gentilhommières d'Indre-et-Loire, Tours 1934/ Reillé, Karl (dessinateur). Reproduction d'une illustration à l'aquarelle. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, Tours).

  • Montpoupon, le plan de tout le lieu - planum totius loci /gravure de B. de Jankowsky. In VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de France : la Touraine. Paris : F. Contet, 1928.

Bibliographie
  • BABELON, Jean-Pierre. Châteaux de France au siècle de la Renaissance. Flammarion : Picard, 1989.

  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880.

  • LA MOTTE SAINT-PIERRE, Solange de. Le château de Montpoupon (Indre-et-Loire). Vieilles maisons françaises, n°51, 1972, p. 7-12.

  • MEUNIER, Jean-Marie. Histoire étymologique du nom du château de Montpoupon. Corbigny : Sacré-Coeur, 1921.

  • NUSSARD, Robert. L'héraldique médiévale en Touraine. Paris : Le Léopard d'or, 1989, p.119-121.

  • VACQUIER, Jules. Les anciens châteaux de de France. La Touraine. Paris : F. Contet éditeur, 1928.

Périodiques
  • GARANDERIE, B. de la. Histoire généalogique de la maison de Prie. Bulletin de la Société archéologique de l'Orne, Tome XXXVIII, premier bulletin, janvier 1919.

    p. 18-99
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.