Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin Gaillard : moulin

Dossier IA28000053 réalisé en 2013

Fiche

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées grange, étable, toit à porcs, écurie, remise, poulailler, fournil
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Hydrographies Foussarde la
Adresse Commune : La Croix-du-Perche
Lieu-dit : Le Moulin Gaillard
Cadastre : 1814 C1 16 ; 2013 ZM 62
Précisions

Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière, commanditaire de sa reconstruction ou son agrandissement (inscription sur le linteau et mention dans les tables des propriétaires des matrices cadastrales). Peu de temps après, le moulin, faisant partie d’un vaste domaine comprenant plusieurs bâtiments et 250 ha de terre, est vendu à la famille Silvy. D’après l’examen des matrices cadastrales, un des membres de cette famille, Camille Silvy, fait reconstruire le moulin en 1863 en conservant la partie nord de l’édifice (fenêtre datée et chaînage d’angle en pierre de taille calcaire). Les dépendances (fournil et bâtiment secondaire) datent probablement du quatrième quart du 19e siècle ou du premier quart du 20e siècle. En activité jusqu’après la seconde guerre mondiale, le moulin pouvait encore fonctionner dans les années 1990. Tout son mécanisme reste intact, dans un état de conservation rare.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle, 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle
Dates 1830, porte la date
1863, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Rivière François, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Silvy Camille, commanditaire, attribution par source

Le Moulin Gaillard se situe à environ un kilomètre à l’ouest du bourg, en bordure de l’étang de Gaillard. Le lieu-dit comprend trois bâtiments dont deux, en vis-à-vis, délimitent une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite le moulin et le logement du meunier. Il s’élève sur deux niveaux accessibles de plain-pied (à l’est pour l’étage de soubassement, à l’ouest pour le rez-de-chaussée surélevé). Alimenté par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le pignon sud du bâtiment principal. Les mécanismes (arbre, engrenage, etc.) ainsi que le logis du meunier (pièce unique) se trouvent au niveau inférieur. Les trémies, meules et trieuses se situent au rez-de-chaussée surélevé et sous le comble à surcroît. Un escalier en vis en bois, suspendu et sans mur de cage, placé au centre du bâtiment, dessert chaque niveau. Les murs, couverts d’un enduit plein à la chaux, sont en moellons de silex à l’exception du rehaussement côté est en pan de bois hourdé en terre. Les chaînages d’angle et les encadrements des baies sont en brique à l’exception d’une fenêtre et d’une partie de chaînage en pierre de taille calcaire. En plein cintre côté ouest, les ouvertures en brique sont en arc segmentaire sur les autres façades. Une lucarne pendante en bâtière donne accès au comble à surcroît.

Le bâtiment secondaire, à l’est du premier, sert de dépendances. Du nord au sud, il abrite des clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La charpente repose sur des poteaux en bois placés sur des socles en pierre de taille de grès (ou grison) ou maçonnés. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein ou à pierre vue à la chaux. Les encadrements des baies sont en brique, souvent surmontée d’un linteau en bois. Deux lucarnes pendantes en bâtière permettent l’accès au comble à usage de grenier.

Un fournil, associé à un toit à porcs, se situe au sud de l’ensemble. Ses murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein à la chaux. Ses ouvertures et chaînes d’angles sont en brique. Les toits sont à longs pans couverts en ardoise (bâtiment principal) ou en tuile plate.

Murs silex moellon enduit
terre pan de bois enduit
brique
Toit tuile plate, ardoise
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvrements
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, suspendu
États conservations bon état

Dans un très bon état de conservation (tout le mécanisme est en place, peu de remaniements, bonne lisibilité des bâtiments) ce moulin constitue un témoignage assez unique à l’échelle du Parc du Perche quant au fonctionnement de ce type d’édifice à forte valeur ethnologique. Il mérite une étude plus approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et paysage (avec l’étang de Gaillard) de premier ordre à l’échelle communale (voire supra).

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 971 - 973. Matrices cadastrales.

Bibliographie
  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent - Casses Laetitia