Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin Guillaume : moulin puis ferme, actuellement maison

Dossier IA28000138 réalisé en 2009

Fiche

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées grange, étable
Dénominations moulin, ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Nogent-le-Rotrou
Hydrographies Berthe la
Adresse Commune : Argenvilliers
Lieu-dit : Le Moulin Guillaume
Cadastre : 1811 A 146, 147 ; 1992 ZA 20
Précisions Communauté de communes du Perche

Le moulin a probablement été construit (ou reconstruit) en 1762, comme le montre la date portée sur une pierre de taille. Plusieurs bâtiments - dont trois principaux - sont présents en plan sur le plan cadastral de 1811. A la fin du troisième quart du 19e siècle, l'ensemble des bâtiments subit des remaniements : en attestent les dates 1872 et 1873 portées sur la porte charretière de la dépendance pour la première, sur la lucarne du moulin pour la seconde. L'examen des matrices cadastrales fait état de la conversion du moulin en "bâtiment rural" pour François Letertre en 1890. Dès lors, le moulin devient une ferme jusqu'à sa restauration et sa transformation en maison au quatrième quart du 20e siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1762, porte la date
1872, porte la date
1873, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Letertre François, commanditaire, attribution par source

Cet ancien moulin isolé, qui utilisait la force motrice de la Berthe, comprend plusieurs bâtiments dont les deux principaux sont organisés en équerre : - Le bâtiment nord-est abrite sous le même toit le moulin (à l'est, au niveau de l'étage de soubassement) et le logis du meunier (à l'ouest, au rez-de-chaussée). Les ouvertures sont quadrangulaires, à l'exception de la porte et de la fenêtre de l'étage de soubassement, qui sont en arc segmentaire. Une fenêtre du rez-de-chaussée surélevé est surmontée d'une pierre gravée de la date 1762 : celle-ci est comprise dans un décor sculpté figurant deux cœurs retournés se terminant par une croix. Au même niveau d'élévation, un oculus est lui aussi surmonté d'une pierre sculptée du monogramme "IHS" et d'une croix. - Le second bâtiment, organisé perpendiculairement au premier, accueille la grange et l'étable. En rez-de-chaussée, il possède trois ouvertures en anse de panier (une porte charretière et deux portes piétonnes). Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit à pierre vue, à l'exception d'une partie de la grange-étable, en pierre de taille de calcaire. Les encadrements des baies et les chaînages d'angle sont en pierre de taille de calcaire. Une corniche en brique souligne la descente de toit du moulin. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate et interrompus par des lucarnes à jouées et à frontons en pierre de taille moulurés.

Murs calcaire
enduit partiel
moellon
pierre de taille
Toit tuile plate
Étages en rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Typologies moulin à eau
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations croix latine
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 165 - 3 P 167. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Delaitre, préfet ; M. Sanmar, directeur des contributions ; M. Gasselin, maire ; M. Terrier, ingénieur en chef ; M. Morlet, géomètre du cadastre.

Documents figurés
  • Cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers, section A. 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3562).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Casses Laetitia - Maillard Florent