Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Orléans : jardin d’agrément dit parc floral de la Source

Dossier IA45003276 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Parc floral de la Source, Orléans-Loiret
Parties constituantes non étudiées serre, pavillon, château, bassin, fabrique de jardin, glacière, restaurant, moulin, ménagerie
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Orléans-La Source
Hydrographies Loiret (Le) Dhuy (Le)
Adresse Commune : Orléans
Adresse : Avenue Parc floral
Cadastre : 2018 EI 28, 61

Les moines de Micy exploitent les sources et la partie supérieure du Loiret. En 1569, L’ensemble du domaine est vendu à Jehan Le Voix. Le château date de la première partie du 17ème siècle. À partir des années 1630, les jardins sont agrandis et redessinés selon un plan régulier. C’est à l’occasion de ces travaux menés par Jacques de Meulles que les résurgences du Loiret sont modifiées : la source de l'Abîme est comblée accidentellement et les eaux rejaillissent au Bouillon, qui devient la source principale avec une grande gerbe bouillonnante. Les deux sources, valorisées par des bassins de marbre, sont réunies par un canal rectiligne (détruit) et entourées de parterres réguliers que l’on pouvait observer depuis les terrasses du château. Entre 1712 et 1734, Catherine Guymont épouse séparée de Michel Bégon, loue le domaine de la Source par bail à vie à Henri Saint-John, vicomte de Bolingbroke, alors en exil. Il prône la simplicité rustique et le retour à la nature, conformément aux idées des Lumières. Des importants aménagements qu'il réalisa, il reste une pierre avec une inscription latine (qui a été placée au-dessus de la porte du château côté nord) et la glacière. Catherine Guymont vend l’ensemble du domaine en 1735 à un riche financier, Simon Boutin. Il agrandit considérablement sa propriété, embellit le parc, dont les parterres avaient conservé leur tracé régulier, érige une orangerie et fait planter de très nombreux arbres, dont des pins maritimes. A sa mort en 1768, son fils, Simon-Charles, fait de la Source un lieu de détente champêtre en supprimant l’ordonnance classique des jardins pour leur donner une allure irrégulière. Le domaine de 370 hectares accueille une orangerie, des pépinières, des pièces d’eau, des avenues et des allées plantées de charmes, des salles vertes, des grottes, etc. Il est vendu en 1784 au riche commerçant Thomas-Tobie de Montaudoin qui fait planter de vastes surfaces de son domaine en pins d’Ecosse. En 1813, le domaine revient à l’une de ses filles, épouse du baron Pierre Marie Sébastien Bigot de Morogues. Agronome et philanthrope, il transforme définitivement les parterres réguliers en un parc à l’anglaise planté de nombreux arbres : cèdres, mûriers blancs, chênes liège, marronniers d’Inde et acacias. A partir de 1810, la Source devient un domaine modèle et les nombreuses plantations de pins maritimes et sylvestres servent à des essais expérimentaux. Le propriétaire laisse son parc en accès libre aux promeneurs. Le domaine est vendu à sa mort en 1840 à Henri Boucard, botaniste et naturaliste. Ses héritiers, les Dreux-Boucard, vendent en 1959 le domaine de 700 hectares, faute de moyens pour l’entretenir. Ce domaine dépasse largement le périmètre du parc et englobe le quartier de La Source. La Ville, aidée du Conseil général achète le domaine. Le maire d’Orléans Roger Secrétain souhaite créer une ville-satellite permettant de développer Orléans et d’en faire la capitale de la région. En 1961, il est décidé à faire du parc la vitrine de l’activité horticole environnante. Une société d’économie mixte est chargée de créer et gérer le parc dont la réalisation est confiée en 1964 à Albert Poyet, ingénieur horticole. Un pavillon est construit en 1964 par Louis Arretche avec Jean Prouvé comme collaborateur. Un second pavillon est édifié. Face au succès de fréquentation du parc, en 1967 des Floralies internationales sont organisées : elles accueillent des créations florales, des pépiniéristes, Pendant 6 mois, le parc accueille 2 300 000 visiteurs. Le parc est ensuite délaissé jusqu’à la fin du 20ème siècle où des projets de réaménagement sont entrepris entre 1994 et 2000 : le jardin de la source par Brigitte Barbier, le potager en 1999 par les élèves d’établissements horticoles, le jardin de dahlias en 2002, le jardin d'iris créé en 1997 par Jean Grelier et redessiné en 2015, la serre aux papillons conçue par Felice Fanuele inaugurée en 1997 et la roseraie du miroir réalisée en 2000 par Eric Ossart et Arnaud Maurières et entièrement rénovée entre 2013 et 2015. Au début des années 2000 sont également aménagés le jardin de formes, le jardin de rocaille et le jardin de fuchsias.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : limite 20e siècle 21e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e quart 17e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 2e moitié 18e siècle , daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Poyet Albert
Auteur : Grelier Jean
Jean Grelier

Architecte-paysagiste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Ossart Eric, paysagiste, attribution par travaux historiques
Auteur : Maurières Arnaud, paysagiste, attribution par travaux historiques
Personnalité : Secrétain Roger,
Roger Secrétain (1902 - 1982)

Journaliste, résistant, député (1951-1955) et maire d’Orléans de 1959 à 1971, Roger Secrétain est à l’origine de nombreux projets qui ont bouleversé le paysage orléanais tels le quartier de La Source, l’université, le centre Charles-Péguy, le théâtre ou encore le Palais des sports.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Barbier Brigitte, paysagiste, attribution par travaux historiques
Auteur : Fanuele Felice
Auteur : Meulles (de) Jacques,
Jacques Meulles (de) (1640 (?) - 1703)

Chevalier seigneur de la Source, trésorier-général de la milice, conseiller du roi en ses conseils, grand bailli d'Orléans.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Saint-John Henri, dit(e) Vicomte de Bolingbroke,
Henri Saint-John , dit(e) Vicomte de Bolingbroke (1678 - 1751)

Homme politique et philosophe britannique.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Boutin Simon,
Simon Boutin ( - 1768)

Receveur général des finances de la généralité de Tours, Simon Boutin était seigneur de la Source, Cormes, Cornay et autres lieux, terres situées en périphérie d’Orléans.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Bigot Pierre-Marie-Sébastien, dit(e) Vicomte de Morogues,
Pierre-Marie-Sébastien Bigot , dit(e) Vicomte de Morogues (1776 - 1840)

Académicien orléanais.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur commanditaire, attribution par travaux historiques

Le parc de 35 hectares clos de murs ou de grillages rassemble deux unités paysagères : un coteau boisé naturellement de châtaigniers, charmes et chênes sessiles au Sud et la plaine alluviale du Val de Loire sur un vaste plateau engazonné d’est en ouest. Un réseau d'allées et de chemins perpendiculaires et courbes délimite la promenade. L’entrée au parc est mise en scène par une grande allée sablée bordée de pelouse sur laquelle sont installées des plates-bandes fleuries. Le jardin de formes s’inspire des traditions des jardins zen et est animé par des arbres taillés en nuages. Le jardin de rocaille mêle minéral et végétal dans une composition étagée structurée par une tourbière et une cascade. Il accueille des plantes carnivores, des saxifrages ou encore des plantes médicinales et arbustes aromatiques. Le jardin d’iris s’étale sur deux espaces : une étendue fleurie composée d’iris germanica dans un camaïeu de bleus et de blancs et le jardin accueillant la collection de divers coloris présentée dans des massifs de vivaces et d’arbustes. Le bâtiment de la serre aux papillons recrée les conditions climatiques d’un jardin tropical. Le verger prend place devant la serre aux papillons. Il est planté d’arbres fruitiers et de petits fruits. Ceint par un mur d’osier tressé, le potager accueille des légumes-feuilles, des tubercules violet queen, des légumes-tiges, des légumes-racines, des légumes-fruits ou encore des légumes-fleurs. Jouxtant la culture des légumes, un espace est dédié aux herbes aromatiques. Le jardin de la Source est une alcôve de verdure bordée par une végétation de milieu humide et présente des bambous, des pétasites, des vivaces, une trentaine des fougères, des rhododendrons et des azalées japonaises. Ce jardin évoquant un paysage de montagne fait la transition entre le parc et la source du Loiret dont les berges ont été rénovées, stabilisées et agrémentées d’iris des marais, de carex et de plantes semi-aquatiques. Entre le Loiret et la roseraie, la place des fuchsias présente 78 espèces horticoles et 20 espèces botaniques dans des gouttes de rosée métalliques disposées au sol ou en suspension. La roseraie disposée en arc de cercle autour du bassin du Miroir est desservie par une allée jalonnée de pergolas sur lesquelles grimpent rosiers et clématites. Les roses sélectionnées par André Eve sont des variétés anciennes, modernes ou botaniques et complétées par des plantes vivaces et des aromatiques. Les couleurs se déclinent successivement du blanc, au rose puis au rouge pour exprimer tour à tour l’innocence, le romantisme ou la passion. Un banc circulaire surplombe l’ensemble de la roseraie et offre un point de vue sur le bassin du Miroir et la broderie installée sur la pente du château. Un moulin construit en 1967 sous deux cèdres du Liban centenaires est visible derrière le banc. Présentés dans un jardin circulaire, les carrés de dahlias alternent avec des bandes de gazon. Le parc est agrémenté de deux aires de jeux et d’un mini-golf. Il accueille également une ménagerie sur le coteau, une zone tropicale sur la plaine alluviale recréant les ambiances exotiques des quatre continents d’où sont issus les oiseaux et un espace aux abords du Loiret dédié à une colonie de flamants roses. Six œuvres d’art sont dispersées sur le parcours de visite du parc. Le parc est riche d’une collection d’arbres de plus de 400 variétés, plantés pour certains au début du 19e siècle mais aussi à l'occasion des Floralies.

Murs
Plans jardin mixte
Élévations extérieures jardin accidenté
Jardins arbre isolé, groupe d'arbres, clairière ornementale, massif de fleurs, parterre en broderie, pelouse, plate-bande, prairie ornementale, rocaille de jardin
Techniques sculpture
ferronnerie
Précision représentations

De nombreuses sculptures ponctuent la promenade : La Source d’Antoniucci Volti, La Jeunesse de René Collamarini, La Tontine d’Eric Renault, Les Amants bleus de Woolfhart, Les Portes de Michèle Saint-Rémy et Le Cerf de Louis Leygue. Voir les annexes pour le détail de ces installations artistiques.

Le parc floral de la Source possède le label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. La collection d’Iris germanica est labellisée par le conservatoire des collections végétales spécialisées. Le parc s’est également vu attribuer le label "Architecture contemporaine remarquable" pour l’architecture de ces bâtiments, presque futuriste, reposant sur le progrès technique dont Jean Prouvé est l'un des artisans principaux. Créé en 2016, ce label est également décerné par le ministère de la Culture.

Statut de la propriété propriété de la commune
propriété du département
Propriété indivise de la Ville d'Orléans et du Conseil général du Loiret.
Intérêt de l'œuvre intérêt botanique
Sites de protection site inscrit, 1943/04/08
Protections
Précisions sur la protection

Le parc n'est pas protégé mais sont inscrits la serre, le pavillon, le restaurant construits en 1967 par l'architecte Louis Arretche et par l’ingénieur Jean Prouvé. La serre-restaurant en totalité et les façades et toitures des deux pavillons administratifs modulaires construits à côté de l'entrée de Gobson (cad. EI 61) sont inscrits au titre des monuments historiques.

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • LUCINGE, Françoise de. Premier Inventaire des parcs et jardins en région Centre : Orléans, Parc floral de la Source. Union Régionale des CAUE du Loir-et-Cher pour l'APJRC. Septembre 1991. [dossier].

  • MONTAIGNE, Viviane de. Inventaire des parcs et jardins en région Centre : Orléans, Parc Floral de la Source. [Dossier réalisé dans le cadre de ses études à l’Institut National d’Horticulture d’Angers]. APJRC. Juillet 2002.

  • ROYER-PANTIN, Anne-Marie. Si le Parc de la Source m’était conté… Livret édité à l’occasion du cinquantième anniversaire du Parc Floral de la Source, Orléans-Loiret. 2014.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire - Quentin Michèle
Michèle Quentin

Déléguée de l'association Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Potillion Charlène
Charlène Potillion

Chargée d'études (Association parcs et jardins de la Région Centre-Val de Loire)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.