Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pavillon Payen

Dossier IA45002428 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations hôpital
Aire d'étude et canton Commune d'Orléans - Orléans-Carmes
Adresse Commune : Orléans
Adresse : 1 rue Porte-Madeleine
Cadastre : 1994 AY 2

Le pavillon ou fondation Payen fut construit à l'est de l'hôtel-Dieu, à l'angle formé par les rues Porte-Madeleine et Stanislas Julien. On y accédait par une cour d'entrée indépendante ouverte sur la rue Porte-Madeleine. Il fut édifié grâce au docteur Payen (1797-1878), médecin-chef dans le service des Aliénés, qui fit un legs important destiné à la construction d'un hôpital pour enfants (legs daté du 28 mars 1877). Les plans furent présentés le 22 novembre 1881 devant la commission des Hospices civils par Noël, architecte des Hospices, mais durent être modifiés, le legs étant insuffisant pour couvrir la dépense. L'édification commença en octobre 1883 sous la direction de Dupin, nouvel architecte des Hospices nommé depuis le 21 juillet précédent, et s'acheva à l'automne 1885 ; la construction fut soldée en 1886. L'inauguration eut lieu le 3 novembre 1885 et les premiers enfants y furent admis dès le lendemain ; l'établissement pouvait en accueillir une cinquantaine. En 1911, le rez-de-chaussée était occupé par les services de chirurgie et de médecine enfantine jusqu'à 15 ans. Le pavillon isolé, appelé pavillon du croup, au sud du bâtiment principal, était occupé par les enfants contagieux ; en 1931 on y soignait les enfants atteints de diphtérie. Le 6 mars 1951, le service des prématurés y fut créé, dont le personnel était constitué d'un médecin-chef assisté d'un interne et d'une religieuse secondée d'auxiliaires-puéricultrices. Le matériel se composait d'incubateurs et d'isolettes donnés par l'organisation internationale d'aide à L'Enfance, et d'un poste d'obus d'oxygène. 26 enfants y furent immédiatement accueillis. Le service des prématurés quitta le pavillon Payen pour la Maison de l'Enfance en 1959. Actuellement, le pavillon est encore partiellement dédié aux enfants avec un service de consultation au premier étage.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1885, daté par source
Auteur(s) Auteur : Noël, architecte, attribution par source
Auteur : Dupin, architecte, attribution par source

Le pavillon Payen est constitué du bâtiment principal parallèle à la rue Porte-Madeleine, auquel on accède par un perron, et de deux ailes courtes en retour, organisés autour d'une cour d'entrée pavée et fermée par une grille. Il est construit en pierres de tailles et percé de fenêtres alternativement rectangulaires surmontées d'un fronton et en plein cintre. Il est complété par un petit bâtiment isolé situé au sud, perpendiculairement à la rue Stanislas Julien et séparé du pavillon principal par une cour. Celui-ci se compose d'un rez-de-chaussée, d'un premier étage et d'un étage de combles du côté de la cour seulement, contenant à l'origine 4 salles de 8 lits chacune dans le bâtiment principal et 4 salles de 3 lits chacune dans les ailes, auxquelles s'ajoutaient les chambres des surveillants et des préposés. Le pavillon isolé, composé d'un seul niveau, comprenait 2 salles de 4 lits et 2 chambres de service. L'électricité fut installée en 1915 dans le pavillon.

Murs enduit
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan régulier
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à deux pans
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant
Statut de la propriété propriété d'un établissement public

Annexes

  • Docteur Jean Louis Narcisse Payen

    Le docteur Jean Louis Narcisse Payen naquit à Orléans le 4 décembre 1797. Interne des hôpitaux de Paris dans le service du docteur Jean-Etienne Esquirol (1772-1840) à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, il s'installa en 1826 à Orléans. Le 24 octobre 1837, il fut nommé médecin des aliénés des Hospices civils ; le 4 avril 1843, médecin-chef et le 19 juillet 1844 médecin en chef du service des aliénés, service qu'il renouvela et transforma entièrement. Il mourut à Orléans le 17 février 1878.

    Dans son testament daté du 28 mars 1877, il fit de la Ville d'Orléans son légataire universel " à la condition d'employer tout ce qu'elle recueillera par ce legs universel, à la fondation d'un hôpital pour le traitement des maladies de l'enfance". L'acte précise que " seront reçus dans cet hôpital les enfants de 3 à 15 ans, affectés de maladies aigües. Mais ne devront qu'y être admis les enfants atteints d'affections chroniques telles que scrofule, teigne, dartre, phtisie à sa dernière période. Cet établissement sera créé à Orléans, ou assez près de la ville pour en rendre l'accès facile. Il sera administré par un Conseil dont les membres seront nommés par M. le Préfet. Il comprendra dès son origine, et sauf les adjonctions qu'il conviendra d'y faire plus tard, indépendamment des jardins et préaux des bâtiments pour cinquante à soixante lits. Le service médical sera confié à un docteur de la faculté de Paris, ayant été quatre ans, interne dans les hospices de cette ville dont une année au moins dans un hôpital d'enfants. Il sera pourvu selon les besoins à l'installation d'une aumônerie, de religieuses, de domestiques, d'un commis aux écritures...". Plus loin il est noté : " si l'actif produit par mon legs universel est reconnu insuffisant pour la fondation dont il s'agit, la fondation pourra être établie comme annexe et dans un quartier des hospices d'Orléans mais ce quartier devra être distinct. Il sera alors administré par la même commission générale des hospices mais la nourriture y sera préparée exclusivement et les autres services y seront faits par un personnel spécial, sauf cependant les instructions religieuses lesquelles pourront être données par un des aumôniers des hospices, dans leur chapelle, de même les préparations et fournitures pharmaceutiques seront passées à la pharmacie de l'établissement".

    La fondation Payen fut finalement construite à l'est de l'hôtel-Dieu auquel elle fut administrativement rattachée conformément aux termes du testament.

    Le docteur Payen est représenté de profil dans un médaillon en bronze apposé sur la façade du bâtiment principal, et qui porte l'inscription J.L.N. PAYEN.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Loiret. Série H dépôt 10/1L/3 (1880-1882).

    Archives départementales du Loiret : Série H dépôt 1/1L/3
  • AD Loiret. Série H dépôt 10/2N/92. Legs Payen, legs universel destiné à la fondation d'un hôpital pour le traitement des maladies de l'Enfance (1877).

    Archives départementales du Loiret : Série H dépôt 10/2N/92
  • AD Loiret. Série H dépôt 10/3O/1. Pavillon Payen.

    Archives départementales du Loiret : Série H dépôt 10/3O/1
  • AD Loiret. Série H dépôt 10/3O/43. Aménagement (1881, 1900) et (1936-1937).

    Archives départementales du Loiret : AD Loiret. Série H dépôt 10/3O/43
Bibliographie
  • Compte moral administratif des Hospices Civils d'Orléans : Exercices 1883, 1884, 1885, 1886, 1915, chapitre IV - Bâtiments des Hospices, Orléans, 1884, 1885, 1887, 1917.

  • GAILLARD, Louis (abbé). Notes sur l'Hôtel-Dieu, l'Hôpital général et les autres établissements hospitaliers qui existaient autrefois à Orléans. Orléans, 1981.

    p. 65
  • NOËL, A. Études sur la construction d'un hôpital d'enfants à Orléans. Orléans : Jacob, 1882.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Jouanneaux Françoise