Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pillette : manoir (5 rue de la Forêt)

Dossier IA37005529 réalisé en 2017

Fiche

Appellations La Pilette
Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Chisseaux
Lieu-dit : La Pillette
Adresse : 5 rue de la Forêt
Cadastre : 1824 C1 1315-1316

Le domaine de la Pilette dit également Grand-maison de Vauldran est un ancien fief relevant de Chissé (actuellement Chissay, Loir-et-Cher). Il est mentionné en 1401 pour un différend qui oppose son propriétaire à celui du moulin de la Pilette. Entre 1496 et 1565, il appartient à la famille de Hollefeuille. La famille Brochard en est propriétaire au cours de la seconde moitié du 18e siècle. Les époux Reverdy-Ribot se rendent acquéreur du domaine de la Pilette le 21 mai 1792, puis du moulin de la Pilette en 1804, moulin qui avait toujours constitué une propriété séparée du manoir depuis le 15e siècle (actuellement détruit). Sur le plan cadastral de 1824 figurent un bâtiment orienté nord-sud (logis) d’où partent deux allées d’arbres, un bâtiment orienté est-ouest (dépendances) au sud duquel est tracé un petit bâtiment carré (pigeonnier). Toutes ces parties existent encore de nos jours dans l’enceinte du domaine où une nouvelle maison a été construite en 1850-1851.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 14e siècle , (?)
Dates 1851, daté par tradition orale

Le manoir est actuellement divisé en deux propriétés mais les dispositions d'ensemble sont identiques à celles qui figurent sur le premier plan cadastral (à l'exception de la maison construite au milieu du19e siècle). Le corps de bâtiment orienté est-ouest n'a pas été vu. Le corps de logis orienté nord-sud, bâti en moellons de calcaire enduits est séparé d'un pré en contrebas par un mur en gros moellons. Ce corps de logis est élevé d'un étage carré. A l'est, il s'ouvre au rez-de-chaussée par une porte en arc brisé chanfreiné, en pierre de taille, surmontée à l'étage d'une demi croisée. A sa gauche, une fenêtre à meneau (sans croisillon), dont l'encadrement et l'appui ont été refaits, semble avoir conservé ses proportions d'origine. Le pignon sud, élevé en moellon et dont les rampants sont dépourvus de pierre de taille, est percé d'une fenêtre à meneau et croisillon surmonté d'une petite baie à arc en accolade éclairant le comble. Le logis a été agrandi au sud-est sur la moitié de sa longueur totale. Le comble et la charpente n'ont pas été vus. Le toit à longs pans est couvert en ardoise, sauf une partie du versant est, en tuile plate. A l'ouest, un pigeonnier de plan carré en moellons de calcaire est couvert d'un toit en pavillon en tuile plate. Il possède des boulins en pierre de taille sur ses quatre faces, mais les six derniers rangs sont des pots en céramique. La maison construite vers 1850 est édifiée au sud du pigeonnier. Construite selon un plan rectangulaire, en moellons avec parement en pierre de taille, haute d'un étage carré, elle présente trois travées. Le toit à longs pans et croupe est couvert en ardoise.

Murs calcaire moellon enduit
Toit ardoise, tuile plate
Étages 1 étage carré
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
Techniques sculpture
Représentations accolade
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.