Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Plessis : ferme

Dossier IA28000201 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées étable, toit à porcs, grange, four à pain, écurie, laiterie, cellier
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional du Perche - Thiron-Gardais
Adresse Commune : Thiron-Gardais
Lieu-dit : Le Plessis
Cadastre : 1814 B4 474, 475 ; 2013 ZK 27
Précisions

Le Plessis est signalé une première fois en 1666 comme métairie dépendant de la seigneurie de Panet. En 1759, le Plessis appartient à la seigneurie de Gardais et figure sur le plan géométrique réalisé par Canuël cette même année. La métairie est alors tenue par la famille Ribotte. A la Révolution et au début du 19e siècle, la propriété passe entre les mains de la famille Guyot qui en fait un rendez-vous de chasse.

Si plusieurs dépendances et la maison de maître figurent sur le plan de Canuël (formant la cour ouverte carrée), le bâtiment principal de la ferme ainsi que la grange n'y sont pas. Ils ont été construits avant 1814 - date du cadastre ancien sur lequel ils apparaissent - pour le bâtiment principal (probablement quatrième quart du 18e siècle ou au premier quart du 19e siècle) ; à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle pour la grange. A cette même époque semblent avoir été reconstruits les dépendances et la maison de maître qui forment une cour carrée. Au début du 20e siècle, le bâtiment principal a été augmenté d'un corps de bâtiment à usage de dépendance au nord.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle, limite 19e siècle 20e siècle, 18e siècle
Dates

La ferme du Plessis comprend 4 bâtiments dont 3 sont disposés en U autour d'une cour ouverte.

- Au nord, le bâtiment principal abrite le logis (salle, chambre et cellier) ainsi que plusieurs dépendances dont une écurie, une laiterie et un toit à porc. Un appentis, placé contre le mur est du bâtiment, est compartimenté en trois volumes : la laiterie voûtée en pierre, la voûte du four à pain (dont l'entrée se fait par la cheminée de la salle) et le toit à porcs. Les vestiges d'un évier (en pierre à l'origine) surmonté d'un placard mural sont visibles dans la salle. La cheminée à piédroits légèrement saillant et consoles moulurées en pierre de taille est associée à la porte d'entrée de la laiterie. Un escalier droit placé contre le pignon ouest donne accès au comble à usage de grenier.

- A l'ouest, un bâtiment sert d'étable. Toutes ses ouvertures sont disposées au nord.

- Au sud-est, une grange de dimensions importantes est associée à un toit à porcs.

- Au sud, une grange et une étable complètent l'ensemble.

4 petits poulaillers ont été construits tardivement au nord du lieu-dit, ainsi que deux hangars et une stabulation.

Les murs sont en moellons de calcaire et/ou de silex couverts d'un enduit plein ou en pan de bois hourdé en maçonnerie de silex (grange sud). Les encadrements des baies, les chaînages d'angle, la corniche en quart de rond du bâtiment principal sont en pierre de taille calcaire (à l'exception de quelques pierres de chaînage d'angle en pierre de taille de grès ferrugineux dit roussard). Les encadrements d'ouvertures et chaînages d'angle des autres bâtiments sont en brique.

Les toits à longs pans sont couverts en tuile plate.

Murs silex moellon enduit
terre pan de bois enduit
calcaire moellon enduit
Toit tuile plate
Étages rez-de-chaussée
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
États conservations menacé
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.

Documents figurés
  • Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2075).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : G 2075
(c) Parc naturel régional du Perche ; (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Maillard Florent