Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pont dit de bois (détruit, rue Saint-Laurent)

Dossier IA28000315 inclus dans La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne réalisé en 2010

Fiche

Appellations de bois
Dénominations pont
Aire d'étude et canton Nogent-le-Rotrou - Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou
Adresse : rue Saint-Laurent
Cadastre :

Les historiens percherons datent la construction du pont de bois entre le 12e et le 13e siècle.

Il aurait été reconstruit au 16e siècle avant d’être de nouveau détruit et remplacé à plusieurs reprises au cours des 19e et 20e siècles.

Les textes concernant le pont de bois sont très peu nombreux et ne le documentent qu’indirectement. Ce dernier est ainsi fréquemment mentionné au côté des moulins du pont de bois à partir du 16e siècle, sans qu’il ne soit donné plus de renseignements à son sujet. Selon Lepareur, Jousselin et Pegray, le pont aurait été reconstruit en pierre en 1577, cependant la source originale n’ayant pas été identifiée, l’information reste invérifiable.

La seule mention recensée dans les textes date de 1690. Le doyenné de Saint-Denis déclare alors détenir le droit de péage sur toutes les marchandises ou denrées qui passent sur le pont d’Huisne anciennement appelé Pont de Bois, ce qui fait des moines de Saint-Denis les propriétaires du pont. « […] Item nous avons et nous appartient le droit de péage ou travers de toutes les marchandises ou denrée qui passent sur le pont d’Huigne en nostre seigneurie lequel se nommeroit autrefois le pont de bois […]. » (in Déclaration et dénombrement de Saint-Denis (1690), AN. P938).

Le pont est reconstruit une première fois en 1857, puis une seconde fois en 1883, puis enfin une troisième fois en 1944, ne laissant aucun vestige antérieur au 19e siècle.

Malgré le terminus ante quem assez tardif du pont-de-Bois, il y a fort à penser qu’il ait existé un pont sur l’Huisne à cet endroit avant le 15e siècle. Le fait que les moines de Saint-Denis soient titulaires d’un droit de péage invite à situer l’origine de son obtention sous les Rotrou, les seigneurs de Nogent et leur familia étant les pourvoyeurs quasi exclusifs des droits et privilèges seigneuriaux octroyés aux moines. Le premier « pont-de-bois » pourrait donc être daté entre le 11e siècle et le 13esiècle. Cette hypothèse reste néanmoins à étayer.

L’information selon laquelle le pont aurait été reconstruit en 1577 coïncide avec les marqueurs stylistiques et techniques observés sur le pont représenté au 19e siècle. Cependant si l’hypothèse est plausible, elle reste là encore à prouver.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Selon le plan de l’ingénieur Joly et le tableau de Moulin, le pont dit de Bois est construit en pierre. Son tablier marque un dos d’âne et repose sur quatre arches en plein cintre de tailles différentes. Celles-ci sont supportées par des piles dotées de bec.

Murs pierre

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n°2.

  • Archives Municipales de Nogent-le-Rotrou. Registres des délibérations (1857 et 1883). p.157.

Bibliographie
  • JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions Alan Sutton, 2011.

  • LEPAREUR, Florence. Droits banaux et infrastructures préindustrielles. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de cent ans. Nogent-le-Rotrou : 2004. p 50-53.

    p 50-53
  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.

  • MERLET, Lucien. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Eure-et-Loir, archives ecclésiastiques, Série H. Chartres : Impr. Garnier, 1897 (réédition de 1978).

Périodiques
  • LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe siècle. Cahiers Percherons, n°147, 2001.

    p. 19
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Université François-Rabelais de Tours - Rozier Hadrien