Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port au Bois

Dossier IA37005040 réalisé en 2010
Précision dénomination port de pied de coteau
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Amboise
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Amboise
Adresse : quai du Général De-Gaulle

Désigné sous le nom de « port Saint-Simon » (XVe siècle), de "port Saint-Sauveur" (XVIIIe siècle) de « port de la ville d'Amboise » (1788), de « port de l'isle Convers » (1802) ou de port au Bois (1807, 1835, 1851), le site du port au Bois existe depuis l'époque médiévale. En 1787, on projette de creuser un canal longeant le port depuis l'Amasse pour l'usage de la manufacture royale d'aciers fins établie à la Noiraye. Il ne semble pas y avoir de suite à ce projet. Un texte de 1802 précise que le port au Bois s'étend depuis le jardin de l'Hôpital d'Amboise (proche de l'embouchure de l'Amasse) et jusqu'à la manufacture de la Noiraye et qu'il a été refait à neuf du temps du duc de Choiseul, dans les années 1770 (une autre source confirme ce fait : le port aurait été agrandi après la destruction par une crue en 1755 du couvent Saint-Sauveur). A la fin du XVIIIe siècle, ce port « considérable par son étendue était le dépôt des vins et des bois de la forêt d'Amboise. Il était sûr et tous les négociants pouvaient y déposer avec confiance leurs marchandises ». En 1802, le port est en très mauvais état en raison des dégâts causés par la crue de 1790 (port inabordable, affouillement, accumulation de sable). En outre, les marchands de bois déposent leurs marchandises trop près du bord de la Loire sans respecter le chemin de halage malgré les nombreux avertissements. On déplore également que le port au Bois est trop éloigné de la ville et de ce fait exposé à la proie des malveillants. Les eaux du fleuve ayant pris leur cours du côté du quai des Violettes (rive gauche, amont du pont), les négociants et les commissionnaires font bâtir sur ce quai des maisons et des magasins et font creuser des caves dans le coteau voisin. Cependant, sur le port au Bois, deux cales anciennes sont encore utilisées en 1802, malgré leur largeur réduite et leur abord malcommode. Les utilisateurs réclament à cette date la réparation de ces deux cales ainsi que le rétablissement du port. On ne sait pas quelle suite a été donnée à ces réclamations. On peut penser que l'abreuvoir figurant sur les plans de 1835, 1848,1852 et 1855 a probablement été réalisé durant le premier quart du XIXe siècle. Par la suite, des travaux importants sont réalisés au cours du troisième quart du XIXe siècle, au moment des travaux de défense contre les inondations de la Loire et de l'Amasse. Lors de ces travaux, l'abreuvoir est remplacé par la grande cale en tablier à quai incliné actuelle.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle

Le port au Bois est établi sur la rive gauche, en aval de l'embouchure de l'Amasse. Il comprend une cale en tablier à quai incliné et deux cales abreuvoirs simples.

Typologies port de pied de coteau : port aménagé côté val sur la pente du pied de coteau
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre sur papier, 1819. Par Cormier (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2087). (cf. illustration n° IVR24_20113701860NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. de 300 toises, 87 x 22, détail de la 14ème feuille, milieu XVIIIe siècle. (archives départementales d'Indre-et-Loire, C 277). (cf. illustration n° IVR24_20063700032NUCA).

  • Encre et aquarelle sur pelure collée sur papier, 58 x 22 cm, détail, non daté (probablement 1851). (archives nationales, F 14 6615). (cf. illustration n° IVR24_20073700458NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1786. Par Bussa (ingénieur géographe du roi, architecte). (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701883NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, non daté (vers 1787). (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701879NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1788. (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701882NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1788. (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701881NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, planche de 103 x 64 cm, détail, non daté (milieu XIXe siècle). (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700120NUCA).

  • Encre et aquarelle sur pelure collée sur papier, 58 x 22 cm, détail, probablement 1851. (archives nationales, F 14 6615). (cf. illustration n° IVR24_20113701874NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, 63,5 x 88,5 cm, 1807, détail. (archives départementales d'Indre-et-Loire, Plan n° 185). (cf. illustration n° IVR24_19903700239Z).

  • Encre sur papier, 1819. (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2087). (cf. illustration n° IVR24_20113701861NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1835. (archives municipales d'Amboise, O 210). (cf. illustration n° IVR24_20073700826NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, 1835. (archives municipales d'Amboise, O 210). (cf. illustration n° IVR24_20073700825NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 1/10 000e, détail, 1855. (archives municipales d'Amboise, O 219). (cf. illustration n° IVR24_20113701918NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. de 30 ' toises métriques ', non daté (vers 1816). (archives municipales d'Amboise, O 219). (cf. illustration n° IVR24_20113701917NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, détail, 1852. Par Harmani (conducteur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 4937). (cf. illustration n° IVR24_20113702782NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail, non daté (vers 1787). (archives nationales, F 14 1202). (cf. illustration n° IVR24_20113701880NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie