Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port de Chouzé

Dossier IA37005051 réalisé en 2010
Précision dénomination port de rive
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Bourgueil
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Chouzé-sur-Loire
Lieu-dit : le Bourg

Au début du XIXe siècle, le bourg de Chouzé est équipé de deux petites cales opposées (type cale abreuvoir double à tablier haut) situées au niveau de l'église. Cet état est bien visible sur le cadastre napoléonien de 1830. En 1832, les habitants de Chouzé se plaignent des ensablements installés vis à vis de la commune et craignent que le port ne devienne impraticable. Selon eux, ces ensablements sont en grande partie dus à la présence des épis établis à proximité de Chouzé en 1825. Ils demandent que ces épis soient coupés pour éviter l'accumulation de sables mais l'administration refuse et propose au contraire d'établir de nouveaux ouvrages dans le lit de la Loire. Les digues complétentaires sont terminées en 1841. La même année, l'ingénieur Cormier expose que les deux cales du port de Chouzé ne suffisent pas aux besoins de la localité (embarquement de vins de Bourgueil, grains, bois) et propose un projet de nouveau port. Les travaux sont adjugés le 25 juin 1841 et réalisés en 1841 et 1842. Ils consistent en l'établissement d'un "avant-port" constitué d'une longue cale permettant de charger et décharger les bateaux à tous niveaux d'eau (hors les cas de grandes crues seulement, le quai n'étant pas insubmersible). En 1842, l'ingénieur en chef Lemierre rapporte que le bourg de Chouzé était autrefois éloigné de près de 300 mètres de la voie navigable en été et qu'il se trouve, grâce aux travaux d'endiguements qui y ont été faits, longé par un beau chenal en toutes saisons. Il précise également que le nouveau port est équipé de "moyens d'accessions à la rivière pour le chargement et l'exportation des produits". En 1843, les habitants sollicitent la continuation du port en aval mais aucun projet n'a été retrouvé. La carte de Coumes (1848) figure cependant une section maçonnée en aval de la cale en tablier. Il est difficile de savoir si cette section date effectivement du milieu des années 1840. Ce dont on est sûr c'est que cette partie du port sert en 1844 de lieu de garage pour les bateaux vides qui attendent un nouveau chargement à l'abri des courants. Le port de Chouzé figure parmi les ports de Loires sur les listes de 1825, 1857 et 1862. En 1863, on projette de construire une nouvelle cale d'abordage pour le bac, en amont de la cale située au niveau de l'église. Cet ouvrage n'est finalement pas réalisé. La partie aval du quai de Chouzé est exhaussée et élargie en 1873 suite à un projet approuvé par décision ministérielle du 24 juillet 1866 (la commune manque d'argent en 1866 mais peut financer les travaux en 1873). Le projet détaillé n'a pas été retrouvé mais un courrier du ministre des Travaux publics daté de 1866 précise que les dispositions sont les mêmes que celles adoptées lors des travaux du port de Chouzé en 1842. Enfin, en 1911, l'ingénieur ordinaire Seignobos propose de prolonger le port vers l'aval suite à la demande du conseil municipal (réclamations des propriétaires dont les terrains sont continuellement emportés par les crues). Le projet se compose d'un perré de défense en maçonnerie de moellons ordinaires. L'administration refuse de participer à la défense car les travaux ne présentent aucun caractère d'intérêt général et ne concerne pas la navigation. Rien ne se fait. Le port de Chouzé a été réhabilité en 1999 (restauration). Dans le cadre de la politique de valorisation des ports de Loire menée par le Conseil général d'Indre-et-Loire, des travaux de valorisation du port de Chouzé ont été réalisés en 2010-2011.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Dates 1841, daté par source
Auteur(s) Auteur : Cormier, ingénieur, attribution par source

Situé sur la rive droite, vis à vis du bourg (en amont), le port de Chouzé comprend une cale en tablier à quai incliné et trois cales abreuvoir simples.

Typologies port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte postale ancienne. (collection particulière). (cf. illustration n° IVR24_19783701565XB).

  • Encre et aquarelle sur papier, 20,5 x 13 cm, 1844. Par Cormier (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2037). (cf. illustration n° IVR24_20113702805NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, 42,5 x 32,5 cm, Ech. 1 mm pour 2,50 mètres, 1835. Par Dubrac (ingénieur). (archives nationales, F 14 6613). (cf. illustration n° IVR24_20073700447NUCA).

  • Document imprimé avec ajouts à l'encre, 1912. Par Seignobos (ingénieur). (archives départementales d'Indre-et-Loire, S 2056). (cf. illustration n° IVR24_20113702761NUCA).

  • Documents imprimé, ajouts à l'encre, 1848-1858. Par Coumes (ingénieur) ; Collin (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30936). (cf. illustration n° IVR24_20113702757NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, section G 2, Ech. 1/1250e, 1830, détail. (archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P 2/074/14). (cf. illustration n° IVR24_20113702756NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie