Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port de Guihut

Dossier IA45002815 réalisé en 2009
Précision dénomination port de levée
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Jargeau
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Jargeau
Adresse : rue du 71ème-Bataillon-de-Chasseurs-à-pieds

Au milieu du XIXe siècle, la ville de Jargeau afferme le port de Guihut par bail de trois ans. Le début du fermage remonte à 1660. Le port pourrait dater du XVIIIe siècle, époque à laquelle a été construit le mur de quai séparant la Loire de la ville. Il faut distinguer le port de Guihut proprement dit (terre-plein) de l'arche Barrault (rampe d'accès au port de Guihut). Le terre-plein était semble-t-il situé dans l'axe et au sud de l'arche Barrault jusqu'aux années 1820. Les plans le localisent ensuite à l'ouest de cette arche. En 1822, l'ingénieur ordinaire Gretry propose, suite à la demande des habitants, de construire une rampe d'abordage vis à vis l'arche Barrault et d'élargir cette dernière, ceci pour améliorer l'accès du bac. En 1852, la surface du port de Guihut est de 3,5 ares. La nature des marchandises débarquées consiste en charniers, lattes, houille, carreaux, tuiles, merrains, planches de sapin et de chêne, toutes destinées à l'approvisionnement de la commune. Aucune marchandise n'est embarquée, le port étant élevé et mal commode. Les droits de dépôt sont perçus conformément au tarif prescrit par la loi du 28 juillet 1834.

Période(s) Principale : 18e siècle

Situé rive gauche, le port de Guihut est constitué d'une rampe perpendiculaire au fleuve (l'arche Barrault) assurant le lien entre la ville et la Loire et d'une esplanade destinée à recevoir les marchandises (le port proprement dit). Les dimensions de l'esplanade ne semblent pas avoir changé depuis le milieu du XIXème (25 x 15 mètres). L'arche mesure environ 25 mètres de long sur 5 mètres de large. Côté ville, en haut de la rampe, des coulisses permettaient de placer des batardeaux pour arrêter les eaux en cas de crue. En complément de ce dispositif, côté Loire, l'arche est munie d'une feuillure qui permettait probablement aussi de l'obturer (une planche de bois pouvait être maintenue par la pression de l'eau).

Typologies port de levée : port situé au pied du perré de la levée

Port non mentionné dans la base DIREN.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 300 m, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf. illustration n° IVR24_20094500305NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 0,15 m pm, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf. illustration n° IVR24_20094500304NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 50 m, détail, 1822. Par Gretry (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 85). (cf. illustration n° IVR24_20094500303NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier collé, Ech. 1/1000e, 60 x 31, 1889. Par Guillon (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30872). (cf. illustration n° IVR24_20064500256NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, détail, 1900. (archives municipales de Jargeau, 11 O 4). (cf. illustration n° IVR24_20094500273NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie