Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port de la Faïencerie

Dossier IA45002723 réalisé en 2006

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination port de rive
Appellations port de la Faïencerie
Parties constituantes non étudiées cale
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Gien
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Gien
Adresse : quai Guérin

La faïencerie de Gien, fondée en 1821, utilise dès 1822 les rives de la Loire comme lieu de dépôt de marchandises. C'est probablement la proximité de la Loire qui a incité l'anglais Hall à implanter sa manufacture à cet emplacement. A partir de 1828, la faïencerie dispose de la cale abreuvoir simple située en aval du quai de Gien. En 1846, la crue emporte une partie de la rive sur plus de 100 m vis à vis de la faïencerie et le chemin de halage devient impraticable ainsi que l'abordage des bateaux. En 1847, l'ingénieur en chef Coumes propose de rétablir le chemin de halage. Pour porter le chemin de halage le moins possible sur les propriétés riveraines et pour éviter la démolition de plusieurs bâtiments ainsi que l'expropriation de terrains, il suggère de remplacer la cale aval du quai de Gien (construite en 1828) par une autre cale présentant une direction opposée, et de raccorder à un même niveau le chemin de halage et le quai (4,60 m au-dessus de l'étiage) au moyen d'un plan incliné de 36 m de long. Le projet est accepté et les travaux réalisés en 1848. La cale abreuvoir amont (reconstruction) et le perré de rive reliant les deux cales datent de cette campagne. Le port présente alors une surface de 29 ares. A cette époque, les terrains appartiennent à des propriétaires privés ce qui engendre de nombreux problèmes, notamment des réclamations de droits exorbitants. En 1850, on estime qu'il est urgent de remédier à ce problème et l'achat des terrains par l'Etat est envisagé. La création du port de la faïencerie est considérée comme étant d'utilité publique par le conseil municipal de Gien. En 1851, un projet propose de transformer en port sec une partie du chemin de halage à l'extrémité aval du quai de Gien (un détour et des transports considérables sont en effet imposés aux matières premières et aux produits finis de la manufacture). Les travaux consistent à exhausser et niveler le chemin de halage à la hauteur des quais et à réaliser une rampe d'accès à la Loire à l'extrémité inférieure du port (travaux sur 135 m). La cale abreuvoir simple située en aval du port pourrait dater de la décennie suivante (elle ne figure pas encore sur un plan daté de 1854). En 1852, le port de la Faïencerie sert principalement au débarquement des matières premières et à l'embarquement des marchandises de la fabrique de faïence (houille, terres, sablon, briques et faïence) mais il n'existe aucun chemin direct entre la fabrique et le port à cette date. D'autres marchandises, telles que du bois de construction, du bois à brûler, des fagots et des écorces, transitent par ce port. En 1854, le port de la faïencerie consiste en une pente douce qui part du sommet du quai et s'avance dans le lit de la Loire. Cette construction force les bateaux chargés à rester à une assez grande distance du bord et il faut aller chercher les matières qu'ils contiennent en passant sur des planches qui rendent le travail plus long et ne sont pas sans danger pour les ouvriers. On souhaite établir un quai à pic pour faire accoster les bateaux et décharger et charger les marchandises à l'aide d'une grue. En 1875, la manufacture achète tous les terrains en bord de Loire et le chemin de halage devient une rue à laquelle on donne le nom de quai Guérin (ancien directeur de la faïencerie mort en 1870).

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Dates 1847, daté par source
1851, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Coumes, ingénieur, attribution par source

Le port de la faïencerie (rive droite) est composé de deux cales abreuvoir simples reliées par un perré de rive. Sur le tiers amont du perré de rive, les plans de 1849, 1850 et 1854 mentionnent une petite avancée en maçonnerie de forme arrondie, sans doute utilisé pour faciliter l'accostage. Il semble que cet ouvrage existe encore mais il est complètement recouvert par les alluvions et la végétation.

Typologies port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, 1848. (archives départementales du Loiret, 3 P 155 A). (cf. illustration n° IVR24_20074500202NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2500e, 1827. (archives départementales du Loiret, 3 P 155 A). (cf. illustration n° IVR24_20074500200NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, détail, 1850. Par Boeckh (conducteur) ; Coumes (ingénieur). (archives départementales du Loiret, Liasse 46881). (cf. illustration n° IVR24_20084500774NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, 47 x 36 cm, 1849. Par Coumes (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 53). (cf. illustration n° IVR24_20074500234NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, 47 x 36 cm, 1849. Par Coumes (ingénieur). (archives départementales du Loiret, 2 S 53). (cf. illustration n° IVR24_20074500233NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, 1850. Par Boeckh (conducteur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30917). (cf. illustration n° IVR24_20064500766NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,001 m pm, 1854. Par Boeckh (conducteur). (archives départementales du Loiret, Liasse 30917). (cf. illustration n° IVR24_20064500765NUCA).

  • Section CS, ech. 1/1000e, 1990. (cf. illustration n° IVR24_20064500745NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie