Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port de Saint-Dyé

Dossier IA41000792 réalisé en 2010
Précision dénomination port de rive
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Bracieux
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Saint-Dyé-sur-Loire
Lieu-dit : le Bourg

La proximité (environ 5 kilomètres) entre la ville de Saint-Dyé-sur-Loire et le château de Chambord construit entre 1519 et 1547 a entrainé le développement du port à cette période. La plupart des matériaux nécessaires aux travaux (notamment la pierre de Bourré, la pierre d'Apremont, les ardoises de Trélazé) transitaient en effet par Saint-Dyé, les routes terrestres étant peu nombreuses et la plupart du temps impraticables. En 1523, permission est donnée à Jean Caboche et à François Auxboeufs, plombiers, de faire mener à terre et par eau, de Rouen au port de Saint-Dyé, 100 milliers de plomb destiné à la plomberie de Chambord. En outre, François 1er essaye en vain de s'affranchir des quelques kilomètres le séparant du fleuve en convoquant en 1529 l'ingénieur hydraulicien Pietro Caccia pour savoir « la manière qu'il était besoing () pour faire passer () partye de la rivière de Loyre par ledict lieu de Chambord ». En 1750, un arrêt du Conseil d'Etat maintient les chanoines de Saint-Sauveur de Blois dans la propriété de la moitié du port et passage sur la Loire de Saint-Dyé, l'autre moitié appartenant au prieur de Saint-Dyé. La même année, le port de Saint-Dyé est en mauvais état et le maréchal de Saxe, auquel Louis XV a attribué Chambord en récompense de ses services, demande à Trudaine que des réparations soient effectuées pour le débarquement des approvisionnements de la subsistance de son régiment de cavalerie légère qui se trouve à Chambord. Le maréchal de Saxe meurt en 1750 et il faudra attendre le 6 septembre 1769 pour qu'un devis des ouvrages pour construire un nouveau port à Saint-Dyé soit rédigé par Robert Soyer ingénieur ordinaire du roi responsable des ouvrages des turcies et levées de la Loire. Les ouvrages sont adjugés le 7 septembre 1769 au sieur Simon Aurcoust entrepreneur demeurant à Blois. Le projet comprend notamment des travaux de "terrasses, battis, perrés et pavés" et la réalisation de deux rampes d'accès à la Loire. Les travaux à réaliser occupent une longueur d'environ 580 mètres (le point de départ amont semble correspondre à l'actuelle rue Creuse) et une largeur variant de 8 à 16 mètres. En 1806, l'ingénieur en chef propose de relier le port XVIIIe au "chantier" revêtu de perrés situé un peu plus en amont au moyen d'un quai de 180 mètres de long. Il projette également de construire une nouvelle cale d'accès à la Loire sur cette section. Les travaux sont réalisés. Il semble également que plusieurs cales soient construites durant le premier quart du XIXe siècle en amont et en aval du port mais nous n'avons aucune donnée historique précise à ce sujet. Un arrêté préfectoral d'approbation des tarifs de droits de stationnement sur le port de Saint-Dyé est signé le 20 octobre 1808 : le dépôt est gratuit la première journée et on doit ensuite payer 0,15 F par m² de terrain occupé. Les marchandises peuvent rester six mois après quoi le droit doit être de nouveau perçu. Le port a été affermé par la commune jusqu'en 1875 mais le quai servait encore (rarement) de dépôt de bois en 1905. En 1826, les ports de Muides et de Saint-Dyé étaient surveillés par le même garde port. Au milieu du XIXe siècle, l'ingénieur en chef Coumes précise que la ville de Saint-Dyé possède un port très commerçant et que des quantités considérables de vins et de bois de chauffage et de construction (les forêts de Sologne et de Chambord sont toutes proches) y sont embarquées chaque année. En 1860, le port mesure 930 m de long sur 8 m de large. Il est établi à 4,80 m au-dessus de l'étiage. A partir des dernières décennies du XIXe, le port est délaissé et s'envase peu à peu. Il est redécouvert durant l'hiver 1982, à la suite d'un étiage sévère durant lequel des structures apparaissent. En 1985, le port est dégagé, consolidé, rejointoyé, les cales sont restaurées.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1769, daté par source
1806, daté par source
Auteur(s) Auteur : Soyer, Robert, ingénieur, attribution par source

Le port de Saint-Dyé, situé sur la rive gauche de la Loire et en face du bourg, mesure un peu plus de 900 mètres de long. Il se compose de dix cales abreuvoirs simples (dont huit orientées vers l'aval) et d'une petite cale abreuvoir double à tablier bas. Le port est déconnecté de la Loire pendant la plus grande partie de l'année.

Typologies port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, 101 x 71, détail. (archives départementales du Loir-et-Cher, 116 Fi feuille 26). (cf. illustration n° IVR24_20104100497NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier pelure collé sur papier, 31 x 20,5, Ech. 0,01 m pour 50 m, 1860. (archives nationales, F 14 6629). (cf. illustration n° IVR24_20074100627NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 500 toises = 11 cm, 90,5 x 62,5, planche 7. (archives nationales, CP F 14 100 66/3, pièce 3). (cf. illustration n° IVR24_20074100592NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, 41 x 302, planche 19 (détail), 1835. Par Lemière (ingénieur). (archives nationales, CP F 14 100 66/1, pièce 3). (cf. illustration n° IVR24_20074100588NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, détail. Par Trudaine (ingénieur). (archives nationales, CP F 14 bis 8493, planche 7). (cf. illustration n° IVR24_20104100296NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, tableau d'assemblage, Ech. 1/10 000e, détail, 1826. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 P 2 208/1). (cf. illustration n° IVR24_20104100287NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, sans Ech., 42 x 30, 1852. Par Delaitre (ingénieur ordinaire). (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 163). (cf. illustration n° IVR24_20104100458NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, 74 x 49,5, 1851. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 334). (cf. illustration n° IVR24_20104100453NUCA).

  • Encre sur papier, détail, 1848-1851. Par Coumes (ingénieur) ; Delaitre (ingénieur). (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 S 334). (cf. illustration n° IVR24_20104100294NUCA).

  • Encre sur papier, détail, 1843. Par Lemière (ingénieur en chef). (école nationale des Ponts-et-Chaussées, Ms fol 1824). (cf. illustration n° IVR24_20104100293NUCA).

  • Carte postale ancienne. (archives départementales du Loir-et-Cher, 90 Fi 68). (cf. illustration n° IVR24_20104100292NUCAB).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, planche de 107 x 70 cm, feuille 26, détail. (archives départementales du Loiret, Carte Loire 41 : 12 Fi 7-26). (cf. illustration n° IVR24_20074100012NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie