Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port du Poids de Fer

Dossier IA18003087 réalisé en 2012
Précision dénomination port de rive
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - La Guerche-sur-l'Aubois
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Jouet-sur-l'Aubois
Lieu-dit : le Poids de Fer

Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et jusqu'au milieu du XIXe siècle. En 1757, il appartient à l'évêque de Nevers qui y perçoit des droits de passage. Comme son nom l'indique, l'activité de ce port est étroitement liée à la métallurgie (minerai de fer, fontes et fers produits notamment dans les forges de Feularde, Torteron et Le Crottay). Des bateaux de chêne chargés de fonte provenant du port du Poids de Fer sont notamment mentionnés en 1810. Il semble que l'endroit était également réputé pour la construction de certains bateaux, notamment des bascules à poissons en chêne de 24 mètres sur 4 mètres. Ces embarcations servaient au transport des poissons provenant des étangs environnant et à destination de Paris. En 1840, l'ingénieur Ducros rapporte que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la levée ont rendu indispensable la construction d'un pavé en blocage en pierre de Fourchambault. Ce pavé (4 mètres sur 1560 mètres) étant en très mauvais état, il propose de le remplacer par un empierrement et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la partie qui sert aux arrivages d'une partie des produits à embarquer. Le rapport de l'ingénieur Ducros soulève plusieurs questions. La longueur de 1560 m ou 1920 m ne peut correspondre à celle du port du Poids de Fer. S'agit-il de la levée située en amont du port ? Des ports d'Aubigny, de Conscience et du Poids de Fer réunis (communes de Marseilles-les-Aubigny et Jouet-sur-l'Aubois) ? Seul un plan pourrait nous éclairer sur ce point. Le 22 juillet 1846, une ordonnance royale fixe les alignements du quai du Poids de Fer. Un plan dressé à cette occasion (15 mai 1845) par l'ingénieur Mutrécy-Maréchal figure les équipements du port. De l'amont vers l'aval : une cale simple orientée vers l'amont, une petite cale simple (piétonière ?) orientée vers l'aval, une cale simple orientée vers l'aval de 5 mètres de large, une cale simple orientée vers l'aval de 2 mètres de large, une cale double à tablier haut (piétonière). Beaucoup plus en aval (plus de 300 mètres), une autre cale simple orientée vers l'aval de 5 mètres de large figure sur ce plan mais il semble qu'elle appartienne au port de Conscience situé plus en aval. Mises à part les deux premières cales, ces ouvrages sont également représentés sur la carte de la Loire dressée par Grenier en 1851. En 1857, l'ingénieur en chef du Service de la Loire demande l'autorisation d'exécuter certains travaux de défense sur le quai du Poids de Fer (lisse = clôture ?) afin d'éviter les accidents dus à "la fréquence des voitures". L'ouverture à la navigation du canal de Berry (1837 pour la section Sancoins / Marseilles-les-Aubigny) et du canal latéral à la Loire (1838) provoque à la fois l'essor commercial de la commune de Jouet et le déclin progressif du port sur la Loire. Malgré l'existence d'un chemin reliant directement le port du Poids de Fer au port de la Mine sur le canal latéral (voir carte Grenier de 1851) et la présence encore en 1861 de neuf mariniers et deux charpentiers à bateaux habitants au Poids de Fer, il semble que le port soit abandonné au cours du troisième quart du XIXe siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle

Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était équipé (de l'amont vers l'aval) de deux cales abreuvoirs simples orientées vers l'aval (l'une de cinq mètres de large, l'autre piétonière) et d'une cale double à tablier haut (piétonière). Ces ouvrages n'ont pas été retrouvés sur le terrain.

Typologies port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve. Il n'y a pas de levée et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations

Non repéré par la Diren.

Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/2000e, feuille 102, détail, 1851. Par Grenier, Auguste (ingénieur civil) ; Zeiller (ingénieur des Ponts-et-Chaussées). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800734NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, section A1, Ech. 1/2500e, 1834, détail. (archives départementales du Cher, 119/02). (cf. illustration n° IVR24_20121800737NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 0,005 m pm, détail, 1845. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives nationales, F 14 6550). (cf. illustration n° IVR24_20121800764NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 0,005 m pm, détail, 1845. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives nationales, F 14 6550). (cf. illustration n° IVR24_20121800763NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 0,005 m pm, détail, 1845. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives nationales, F 14 6550). (cf. illustration n° IVR24_20121800762NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. 0,005 m pm, détail, 1845. Par Mutrécy-Maréchal (ingénieur). (archives nationales, F 14 6550). (cf. illustration n° IVR24_20121800761NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/5000e, 61,5 x 43 cm. (archives départementales du Cher, 3 S 387). (cf. illustration n° IVR24_20121800950NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 0,005 m pm, 42 x 31,5 cm. Par Joly (ingénieur). (archives départementales du Cher, 3 S 387). (cf. illustration n° IVR24_20121800949NUCA).

  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1400 toises, détail, 1727-1730. Par Matthieu (ingénieur). (école nationale des Ponts-et-Chaussées, Folio 4969). (cf. illustration n° IVR24_20121800742NUCA).

  • Encre sur papier, Ech. de 50 toises, 1771. (archives nationales, F 14 1200). (cf. illustration n° IVR24_20121800740NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie