Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Port dit port refuge du Bec du Cher

Dossier IA37005092 réalisé en 2010
Précision dénomination port refuge
Dénominations port
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Ballan-Miré
Hydrographies Loire la
Adresse Commune : Villandry
Lieu-dit : Bec du Cher

En mai 1819, des commerçants et des maîtres mariniers de Loire indiquent les différents endroits propres à abriter des bateaux par mauvais temps : ils citent notamment un "fossé" situé près de l'embouchure du Cher, large de six pieds et long de 200 toises environ (2 m x 390 m). Ils estiment qu'en creusant et en élargissant ce fossé à 18 pieds (5,80 m) il pourrait contenir 100 bateaux. Le fossé dont il est question ne peut pas désigner l'entrée du Vieux Cher (trop large) situé à proximité. Il correspond plutôt à un petit cours d'eau dit "ruisseau des Bois" (carte de la Loire du milieu du XIXe siècle) ou fossé Sainte-Anne (carte IGN) qui débouche dans le Cher à la confluence du Cher et de la Loire. L'ingénieur en chef Cormier confirme en août 1819 qu'un fossé situé près du Bec du Cher pourrait servir de refuge pour les bateaux qui fréquentent la Loire. L'idée est également reprise en 1821 dans un courrier du directeur général des Ponts-et-Chaussées Becquey adressé au préfet d'Indre-et-Loire : un endroit situé près de l'embouchure du Cher pourrait contenir vingt bateaux si on lui donnait douze mètres de largeur "dans le fond". Il est difficile de savoir si ces travaux d'amélioration ont été effectivement réalisés pour faciliter la mise à l'abri des bateaux. On peut penser que la rivière Cher a, quoi qu'il en soit, été utilisée ponctuellement comme port refuge.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle

Le port refuge du Bec du Cher était situé près de l'embouchure de la rivière du Cher.

Typologies port refuge : port situé à l'embouchure d'un affluent ou sur un bras secondaire, à l'abri du chenal d'écoulement du fleuve et utilisé comme refuge pour les bateaux lors des crues et des glaces. Au XIXe siècle, les ingénieurs désignent ces structures sous le terme de gare d'eau
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents figurés
  • Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/1000e, feuille 53, 103 x 64 cm, détail, milieu XIXe siècle. (archives départementales du Loiret, 12 Fi 7-28). (cf. illustration n° IVR24_20073700132NUCA).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie