Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de l'étude du patrimoine culturel et architectural de Nogent-le-Rotrou

Dossier IA28000296 réalisé en 2010

Définition du cadre chronologique et de l’aire d’étude

Présentation du site

Carte du relief de la vallée de l’Huisne.Carte du relief de la vallée de l’Huisne.Nogent-le-Rotrou accueille la sous-préfecture du département d’Eure-et-Loir. Implantée dans la vallée de l’Huisne, un affluent de la Sarthe, la ville se situe à 52 km au sud-ouest de Chartres (préfecture d’Eure-et-Loir), 58 km au nord-est du Mans (préfecture de la Sarthe) et 69 km au sud-est d’Alençon (préfecture de l’Orne). La commune de Nogent-le-Rotrou fait partie du Parc naturel régional du Perche. L’agglomération figure au cinquième rang des villes du département avec 10 130 habitants.

La commune est traversée par deux axes majeurs, se rencontrant au nord-est du centre-ville : la route allant du Mans à Chartres, et la route d’Alençon à Nogent-le-Rotrou. L’agglomération prend place dans la vallée de l’Huisne et sur les plateaux qui la bordent. Selon un diagnostic effectué en 2008, soixante-quinze pour cent des bâtiments civils de la commune sont postérieurs à la seconde moitié du 20e siècle. Ces logements sont concentrés dans des espaces dont l’urbanisation date de la seconde moitié du 19e siècle (pour le centre-ville) et de la seconde moitié du 20e siècle (plateaux), à l’image :

- des anciens prés situés au centre du quadrilatère qui limite le centre-ville ;

- des plateaux Saint-Jean et des Gauchetières qui dominent la vallée.

Carte de localisation des monuments historiques.Carte de localisation des monuments historiques.

La ville compte dix Monuments historiques, situés dans ou au contact du centre-ville.

A l’échelle départementale, Nogent se place derrière Châteaudun (58 monuments) et Chartres (58 monuments) en terme de nombre d’édifices protégés. La totalité du centre-ville est située dans les périmètres des abords qui entourent les Monuments historiques.

Situé dans le lit majeur de la vallée de l’Huisne, Nogent est limité au nord par le ruisseau des Viennes, au sud par les rivières de Rhône et de Jambette, et à l’est par le coteau du plateau Saint-Jean.

Carte de localisation du lit majeur de l’Huisne.Carte de localisation du lit majeur de l’Huisne. La ville est pour majeure partie située en zone inondable. La différence entre le niveau de la vallée et les plateaux qui la bordent varie entre 104 m. (au pont de Saint-Laurent) et 180 m. NGF.

Parmi les formations indiquées par le cadre géologique, nous retiendrons la craie blanche à silex, l’argile à meulière et les sables du Perche sur les plateaux qui bordent la vallée de l’Huisne. Ceux-ci conservent encore aujourd’hui plusieurs massifs forestiers, à l’image de la butte des Croisilles, des forêts des Perchets et la Pitarnière.

Aire d’étude et champ chronologique

L’inventaire mené à Nogent-le-Rotrou peut être rapproché d’un inventaire topographique. Traditionnellement, celui-ci consiste en un repérage d’édifices et d’œuvres mobilières représentatifs par leurs formes d’une époque, d’un type de fonction ou d’une esthétique permettant de mieux comprendre un territoire, ici celui de la ville. Néanmoins, il aurait été difficile de mener un tel travail en trois ans en parallèle d’un doctorat. Des restrictions ont donc été apportées, si un recensement exhaustif des édifices antérieurs au 19e siècle a été effectué, les objets mobiliers et œuvres architecturales postérieures à 1800 n’ont pas été traités.

Le champ chronologique de l’étude a ainsi été défini entre le 11e siècle et la fin du 18e siècle. L’inventaire « s’intéresse avant tout à ce qui existe, dans l’état et le lieu où les œuvres se trouvent au moment de l’enquête ».

La borne chronologique inférieure a ainsi été établie par rapport aux plus anciens édifices conservés à Nogent-le-Rotrou, soit le château Saint-Jean et l’Abbaye de Saint-Denis, tous deux datés du 11e siècle.

A partir du 19e siècle, Nogent-le-Rotrou change de visage ; la ville perd son caractère proto-industriel, canalise son réseau hydrographique, rationalise son réseau viaire et fait l’objet d’une urbanisation galopante. Cette transformation tend vers un effacement de la ville médiévale et moderne. La borne chronologique supérieure a ainsi été placée à la fin du 18e siècle.

Superposition du cadastre ancien (1811) sur le cadastre actuel (1990).Superposition du cadastre ancien (1811) sur le cadastre actuel (1990).

L’aire d’étude géographique a été définie en fonction de l’espace occupé par Nogent-le-Rotrou entre le 11e et le 18e siècle. En l’absence de document plus ancien, ce dernier a été déterminé par les limites de la ville et de son habitat aggloméré tels qu’ils figurent sur le cadastre dit napoléonien (1811) : soit le premier plan foncier exploitable. Ceci n’exclut pas le recours ponctuel à une aire géographique plus large, de manière à intégrer les réseaux viaires et hydrographiques ou les données géologiques nécessaires à l’étude de la provenance des matériaux de construction et de leur transport.

Aires d'études Nogent-le-Rotrou
Adresse Commune : Nogent-le-Rotrou

Références documentaires

Bibliographie
  • CAILLY, Claude. Le Perche proto-industriel : Mutations d'un espace proto-industriel. Le Perche aux XVIIIe-XIXe siècles. Fédération des amis du Perche, 1993, 2 Vols. (742p. et 326p.)

  • DES MURS, Marc Athanase Parfait Oeillet. Histoire des comtes du Perche de la famille des Rotrou de 943 à 1231. Genève : Slatkine-Megariotis Reprints, 1976. Reproduction photomécanique de l'édition de : Nogent-le-Rotrou, A. Gouverneur, 1856.

  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Abbaye royale de Notre-Dame des Clairets : histoire et cartulaire, 1202-1790. Vannes : Impr. de Lafolye, 1894.

  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895.

  • DE SOUANCE, Hector Guillier. Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou : [s.n.], 1916.

  • FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).

  • GOUVERNEUR, Aristide et DAUPELEY, Gustave. Documents sur Nogent-le-Rotrou. Nogent-le-Rotrou, 1996 (réédition de plusieurs articles de la fin du 19e siècle).

  • LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Reconstruction et vie au château. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la veille de la Révolution. Nogent-le-Rotrou : Musée-Château Saint-Jean, 2011.

  • LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais, de la Renaissance à la Révolution. Nogent-le-Rotrou : Musée-Château Saint-Jean, 2011. 96 p.

  • LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château Saint-Jean], 2004.

  • LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou à la fin du Moyen-Age. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château Saint-Jean], 2004.

  • ROZIER, Hadrien. Nogent-le-Rotrou du Moyen Âge au début de l’époque moderne approches architecturales et morphologiques. Thèse de doctorat : Histoire de l'art : Tours, Université François Rabelais, École doctorale « Sciences de l'Homme et de la Société », Centre d’études supérieures de la Renaissance : soutenue le 1er décembre 2017. (dir. SALAMAGNE, Alain).

  • SUREAU, Séverine. Les établissement hospitaliers de Nogent-le-Rotrou : La maladrerie Saint-Lazare et l'hôtel-Dieu, de leur fondation à 1588. Orléans, Mémoire de maîtrise : cycle d'Histoire médiévale, 2003.

  • THOMPSON, Kathleen. Les Rotrou, l’Angleterre et les images du pouvoir à la charnière du XIIIe siècle. In : MONTAGNE–CHAMBOLLE, Sophie (dir.), SIGURET, Philippe (dir.). Le pouvoir dans le Perche au temps des Rotrou. Rémalard : Fédération des amis du Perche, 2010.

Périodiques
  • LEPAREUR, Florence. Nogent-le-Rotrou de la seconde moitié du XIVe siècle à la fin du XVe siècle. Cahiers Percherons, n°147, 2001.

  • THOMPSON, Kathleen. Sept Textes pour une fondation, les premiers temps de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou et leurs écritures. Bibliothèque de l'école des chartes, 2002, tome 160, livraison 2. p. 641-666.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Rozier Hadrien