Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune d'Athée-sur-Cher

Dossier IA37005273 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Aspects géographiques

Manoir de la Boissière.Manoir de la Boissière.Bordée au nord par le Cher sur plus de 6 km, la commune d'Athée-sur-Cher couvre 34,66 km2, ce qui en fait la plus vaste commune du plateau calcaire de la Champeigne tourangelle, et également l'une des plus vastes du département. L'altitude varie très peu, de 90 à 100 mètres, avant de s'infléchir vers la rivière où elle n'est plus que de 50 mètres environ. Très peu de cours d'eau irriguent la commune, le principal étant le ruisseau d'Athée qui se jette dans le Cher. Cette rivière, aménagée pour faciliter la navigation en période de basses eaux, possède deux biefs avec écluses : l'un à Vallet en limite de Bléré et de Dierre, l'autre en aval à Nitray. En l'absence de cours d'eau permanents, de très nombreux puits sont creusés un peu partout sur le plateau, comme cela s'observe également à Cigogné et à Sublaines. Le territoire, autrefois couvert de nombreux bois, en compte encore plusieurs (Taille des Naues, Taille Naveau, Tailles de Bussières) mais leur superficie a diminué. Avant le remembrement opéré dans les années 1960-1980, la polyculture-élevage dominait. Depuis, de vastes surfaces sont offertes à l'exploitation intensive des céréales, transformant le plateau en "petite Beauce". Cependant, une partie des bois a été conservée, de même que la pratique de l'élevage et la culture de la vigne n'ont pas totalement disparu. La proximité relative de Tours (21 km) et l'augmentation démographique ont conduit à la construction de nombreux pavillons qui modifient aujourd'hui notablement le paysage communal, en particulier celui du bourg où une centaine de pavillons ont été construits au "bourg-neuf", au nord-est de l'ancien. L’habitat est regroupé principalement au bourg qui tend à englober les anciens hameaux de Bono et de Gâtinelle à l’est, ainsi qu’au village de Baigneux en limite d’Azay-sur-Cher et au village de Chandon. Ce dernier est traversé par la route départementale n°83 qui franchit le Cher et permet de rejoindre Saint-Martin-le-Beau au nord. La moitié nord de la commune concentre la plupart des habitations, tandis que les hameaux et les exploitations en écart se rencontrent davantage dans la moitié sud désormais traversée depuis 2007 par l’autoroute A 85 Tours-Vierzon.

Aspects historiques

Château de Nitray.Château de Nitray.L'occupation humaine sur le plateau est attestée de façon continue dès le Paléolithique inférieur (Acheuléen). Des outils moustériens (Paléolithique moyen) ont été découverts aux alentours de la tour du Brandon ainsi que des silex néolithiques. Plusieurs sites ayant livré une industrie paléolithique ont également été recensés dans la partie sud-est de la commune, portant à une vingtaine le nombre de sites préhistoriques connus. Une voie romaine venant de Francueil et Bléré par la rive gauche du Cher a été repérée dès 1860. L'aqueduc de Fontenay qui part de Bléré alimentait Caesarodunum (Tours) ; à la Boissière (propriété privée) subsiste un tronçon d'une partie de la voûte, classé Monument historique, tandis qu'au village de Chandon les vestiges de trois piles permettant à l'aqueduc de franchir le vallon existent encore. Des villae ont repérées à la Boulaye, à la Taille des Bournais, au hameau de Nitray, à la tour du Brandon. Des constructions gallo-romaines ont été repérées aux lieux-dits "le Chêne blanc" et à "l'Alouettière" sur le tracé de l'autoroute Tours-Vierzon. Les premières mentions de la paroisse apparaissent au Xe siècle, sous le nom d'Atheis ou Athies, dérivé du terme pré-gaulois "Attegia" signifiant "les Huttes". Le hameau de Bono est mentionné sous la forme Belnou dans un acte daté de 943, ainsi que Montigné sous la forme Montigniacus. Au Moyen Âge, Athée constituait un fief relevant de Montbazon ayant le droit de moyenne et basse-justice. Dans la seconde moitié du XVe siècle, le fief d'Athée est réputé appartenir à Jean Dupuy, écuyer. Il entre en possession d'Antoine puis d'Henri Bohier, chevaliers (1535-1560) ; de Jacques et Philippe Sallier, écuyers (1617-1640) ; de René Daen, chevalier en 1669. Cette famille conserve le fief (qui est rattaché en 1781 à celui de la Chesnaie formant la châtellenie d'Athée-Chesnaie) jusqu'à la Révolution. Au XVIIIe siècle, la carte de Cassini mentionne Athée, tandis que le nom actuel d'Athée-sur-Cher ne date que de 1920. On pense que la vigne, largement cultivée jusqu'au milieu du XXe siècle, fut plantée au Moyen Age. Les premiers registres paroissiaux datent de 1610.

On comptait 318 feux en 1687 et 337 en 1787 ; 1214 habitants sont recensés en 1806 et la population s'accroît jusqu'à atteindre 1465 habitants en 1861. Le déclin démographique, entamé dès 1880, s'accentue vraiment à partir de 1900 et l'on ne compte plus que 1011 habitants en 1931. La reprise démographique s’amorce à partir de 1960, avec 1063 habitants en 1962, puis s'accroît rapidement. Le recensement de 1982 comptabilise 1506 habitants ; en 1999 la commune dépasse les 2000 habitants. Cet accroissement se poursuit actuellement, avec 2376 habitants en 2008 et 2707 habitants en 2019.

Aires d'études Canton de Bléré
Adresse Commune : Athée-sur-Cher

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, 1Q6. Procès-verbaux d'estimation de l'ensemble des biens nationaux situés dans les communes d'Amboise, Athée, etc... 1790-An III.

  • Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 008, M4. Érection d'un monument aux morts : devis, plan, liste des souscripteurs. 1920-21.

Documents figurés
  • Plan cadastral de 1826./exécuté par M. Briau, géomètre, sous la direction de M. Paumier, directeur des contributions et de M. Fanost, géomètre en chef. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P2/55).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878.

  • COUDERC, Jean-Marie (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. Tours : CLD, 1982.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

Périodiques
  • DUBOIS, Jacques. Découverte d'un nouveau tronçon de l'aqueduc gallo-romain de Fontenay. Bulletin de la société archéologique de Touraine, Tome XXXV, 1967-69, p. 272-277.

  • DUBOIS, Jacques. Archéologie aérienne : prospections de 1990, 1991 et 1992 en Touraine. Bulletin de la société archéologique de Touraine, Tome LXIII, année 1993, p. 825-845.

  • DUBOIS, Jacques. Archéologie aérienne : prospections de 1999 à 2003 en Touraine. Bulletin de la société archéologique de Touraine, 2004, Tome XL, p. 75-89.

  • DUBOIS, Jacques. Archéologie aérienne en Touraine (France). In: Revue archéologique de Picardie. Numéro spécial 17, 1999. Actes du colloque international d'archéologie aérienne Amiens, 15 - 18 octobre 1992. Hommage à Roger Agache pour 35 ans de prospections aériennes dans le Nord de la France.

    p. 359-366
  • SOURDEVAL, Charles de. Promenade archéologique. Le Castellum de Larçay, l'acqueduc d'Athée, la tour des Brandons, Courçay et Cormery. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, XI, 1859. p. 221-231.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.