Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Chisseaux

Dossier IA37005343 réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Aspects géographiques :

Située au nord-est du canton de Bléré, la commune est limitrophe au département de Loir-et-Cher et couvre une superficie de 11,83 km2. Limitée au sud par le Cher sur 2 km, Chisseaux s'étend sur 5 km du nord au sud. Les ruisseaux de Morue et de la Charvière s'écoulent du nord-nord-est au sud et se jettent dans le Cher. Celui de la Charvière a formé une vallée encaissée et boisée ; sa source alimente l'étang du même nom. Le plateau qui domine la vallée du Cher a une hauteur moyenne de 110 m et culmine à 131m au centre du territoire communal. Au plan géologique, le coteau a été entaillé dans les craies du Turonien supérieur, de même que la vallée de la Charvière. A l'ouest, il est surmonté par la craie de Villedieu. Le plateau est constitué d'argiles à silex et, au nord, de sables miocènes. La vallée du Cher, étroite à l'est et qui s'élargit vers Chenonceaux, concentre les axes de circulation. La voie ferrée et la route départementale s'y côtoient, parallèlement à la rivière. L'habitat s'étend d'est en ouest de chaque côté de cette route ; au nord, il est adossé au coteau creusé de nombreuses cavités troglodytiques. La plupart des habitations sont regroupées dans le quart sud de la commune, où le bourg s'est implanté à la fois dans la vallée et à mi-pente du coteau, au nord de l'actuelle route départementale. Deux écarts : la Bardoire et la Drolinière se situent dans la partie centrale du territoire communal et quelques écarts occupés par des fermes s'y rencontrent également : la Buissonnière, la Bécasserie, la Duponterie, le Cormier, la Coudre, la Mailloterie, Bennechien. Au nord, au lieu-dit Touvent, l'ancienne propriété des Ursulines n'existe plus. Toute la partie boisée située au nord de la commune est vide d'habitations. La culture de la vigne couvrait autrefois tout le coteau mais tend à se raréfier. Le massif forestier d'Amboise constitue une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et occupe la partie nord et centrale du territoire communal.

Aspects historiques :

Chisseaux est une des plus anciennes paroisses de Touraine où plusieurs vestiges gallo-romains ont été identifiés, notamment les restes d'un aqueduc. La voie romaine Tours-Bourges traverse le bourg. Un atelier monétaire mérovingien y a également été découvert. La tradition relate qu'une église, à l'origine de la création de la paroisse, aurait été construite vers 385 par saint Martin. On ne connait pas l'emplacement de cette église, aujourd'hui disparue. Deux souterrains-refuges médiévaux (sans précision de date) sont connus : l'un au Grand Noyer, creusé dans le coteau, l'autre sur le plateau au lieu-dit les Besnarderies. Au XVIe siècle, Chisseaux est une seigneurie qui appartient à Jacques Bérard puis à Antoine et Guillaume Bohier. Le fief est ensuite racheté par Adam de Hodon, seigneur de Cravant près de Chinon, et fut cédé en 1555 à Diane de Poitiers qui le réunit en 1557 à la châtellenie de Chenonceau. La Haute et la Basse Coudre constituaient des fiefs relevant de Montrichard, ainsi que la Rabellerie. La Pilette est un ancien fief relevant de Chissay (Chissé). Le Moulin Fort dépendait de Chenonceaux. Sur le Cher, un barrage éclusé a été construit en 1840 (voir étude Canaux en région Centre) en même temps que la gare qui desservait également Chenonceaux. La population de Chisseaux s'élevait à 84 feux en 1687 et à 123 un siècle plus tard, soit un peu plus de 540 habitants. En 1886, on dénombre 740 habitants, ce qui correspond à la plus forte population recensée dans la commune. La baisse démographique est ensuite continue jusqu'en 1931 (489 habitants). Entre 1975 et 1982, la commune a perdu presque 100 habitants (612 et 1975 et seulement 519 en 1982) mais en 2007, on dénombrait 621 habitants et 611 en 2016.

Aires d'études Canton de Bléré
Adresse Commune : Chisseaux

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de 1824 exécuté par M. Delaunay, géomètre de 1ère classe, sous la direction de M. Paulmier, directeur des contributions et de M. Fanost, ingénieur vérificateur. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P.

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1883. (3 vol.).

  • COUDERC, Jean-Marie. Dictionnaire des communes de Touraine. CLD, 1982.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique. Indre-et-Loire. Paris : éditions du CNRS, 1985.

Périodiques
  • CRIBELLIER, Christian (dir). Agglomérations secondaires antiques en région Centre-Val de Loire. 106 notices archéologiques de synthèse. Chisseaux "les Justices" par HERVE Christèle et CHIMIER Jean-Philippe. 63e supplément à la revue Archéologique du Centre de la France, 2016.

    p. 265-266
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.