Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de La Croix-du-Perche

Dossier IA28000038 réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

HISTORIQUE

Le territoire communal est traversé à l’époque romaine par une ancienne voie, dite Chemin de César, reliant le Dunois à Nogent-le-Rotrou et coïncidant avec la route départementale 110. A proximité de cette voie, le Comte de Kerdréan y a également observé en 1889 "[...] les vestiges très apparents d’anciens retranchements, avec leurs douves profondes, leurs talus escarpés [...]" attestant une occupation ancienne (lieu indéterminé).

D’après Édouard Lefèvre, les environs de l’étang de Gaillard étaient, au Haut Moyen Âge, l’emplacement du "Château-Gaillard", une forteresse contenant le bourg primitif de la Croix-du-Perche dont l’enceinte circulaire est toujours lisible. En 1495, "[...] la motte et la place de la maison-fort de Gaillard, entourée de bois et d’étangs profonds remplis de poisson d’une excellente qualité [...]" sont encore en place.

Au 12e siècle, les moines de l’abbaye de Tiron fondent une paroisse et un prieuré dont il subsiste l’ancienne chapelle prieurale (devenue par la suite église paroissiale Saint-Martin) et les caves du logis prieural (devenu presbytère puis maisons).

Église paroissiale Saint-Martin (ancienne chapelle prieurale).Église paroissiale Saint-Martin (ancienne chapelle prieurale).Cave de l'ancien logis prieural.Cave de l'ancien logis prieural.

En 1250, la paroisse porte le nom de Crux in Pertico d’après les titres de la fabrique et inventaire manuscrit du 18e siècle dépouillés par Lucien Merlet. Ce nom remonterait à l’arrivée de saint Bernard de Tiron et de ses disciples, au 12e siècle, qui, pour marquer l’implantation de leur monastère dans la région (plus précisément à Tiron), auraient érigé une imposante croix.

La Croix-du-Perche est connue pour une bataille qui opposa en 1589 les troupes royales du Comte de Soissons, menées par le capitaine Fontenay de la Resnière, aux troupes de Mayenne, le chef des ligueurs (58 morts, 28 blessés et 40 prisonniers côté ligueurs ; 4 morts et 8 blessés pour les troupes royales). Cet épisode est raconté par un contemporain de l’évènement, Rémond, notaire à Frazé de 1586 à 1626. Dans l’ancienne chapelle prieurale, des fresques murales (non visibles car couvertes d’un badigeon) ont été peintes en 1591, aux frais des moines de Tiron, pour commémorer cette bataille.

Sous l’Ancien Régime, le territoire de La Croix-du-Perche est sous l’emprise de plusieurs domaines : ecclésiastique (les moines de Tiron puis ceux de Notre-Dame de Bonne Nouvelle d’Orléans qui exercent leur influence sur un secteur important autour du bourg) et seigneuriaux (seigneurie de Chassant, paroisse limitrophe au nord-est ; seigneurie de Frazé, paroisse limitrophe au sud-est). L’examen du baillage de La Croix-du-Perche (Archives départementales d’Eure-et-Loir, B 3090 - 3091) montre l’appartenance ou la dépendance de nombreuses fermes à ces deux seigneuries.

A l’époque contemporaine, deux domaines agricoles se forment autour de l’étang de Gaillard et à l’extrémité est de la commune sur plus de 300 ha autour de La Pihourdière, Les Charmois, Chevilleau et Le Coudray.

Maison de maître à Gaillard (carte postale, vers 1900).Maison de maître à Gaillard (carte postale, vers 1900). Demeure de la Pihourdière.Demeure de la Pihourdière.

Ils sont tenus par des notables, la famille Silvy dans le premier cas, la famille Chellet de Kerdréan dans le second, qui font construire des demeures cossues dans les styles en vigueur à cette période (néo-gothique, néo-classique).

Parmi les trois moulins à eau présents sur la commune, deux possèdent d’importants vestiges dont un, celui de Gaillard, qui pouvait encore fonctionner dans les années 1990, est dans un bon état de conservation.

Moulin de Gaillard.Moulin de Gaillard. Moulin de Gaillard : meules, trémies et escalier.Moulin de Gaillard : meules, trémies et escalier.

En 1866, la commune compte 483 habitants.

DESCRIPTION

Située au sud-est du Parc naturel régional du Perche, la commune de La Croix-du-Perche (canton de Thiron-Gardais, Communauté de communes du Perche Thironais) couvre une superficie de 1 250 hectares et compte, au dernier recensement de 2011, 204 habitants. Le plateau céréalier sur lequel elle se situe est occupé essentiellement par des champs cultivés et des bosquets. La rivière de la Foussarde le sillonne au sud. L'habitat est dispersé : la commune compte une trentaine de lieux-dits : le bourg, deux hameaux (Les Charonnières et Le Parcouvert) ainsi que plus de 25 fermes isolées et moulins. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en maisons.

Plusieurs fermes (Les Charmois, Les Charonnières, Chevilleau, Le Coudray, Gaillard, Les Grandes Guinières, La Léonie), le Moulin de Gaillard, la demeure de La Pihourdière et le Bourg (église paroissiale, maisons, ancienne mairie-école) demeurent des sites patrimoniaux importants à l’échelle communale et supra-communale.

Aires d'études Parc naturel régional du Perche
Adresse Commune : La Croix-du-Perche

Annexes

  • Cadre de l'étude

    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de La Croix-du-Perche a été réalisé en 2013, en reprenant un recensement de l’architecture ancienne effectué en 2010 par Laetitia Casses.

    Parmi les 95 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 19 ont été sélectionnés et ont fait l’objet d’un dossier individuel.

    203 illustrations et 27 références documentaires (dont 17 documents d’archives) accompagnent les dossiers individuels et collectif.

    Une synthèse de ce travail (feuillet de 8 pages A5) présente de manière succincte le patrimoine bâti communal.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 3090 - 3091. Baillage de La Croix-du-Perche.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série E : 1767. Baux des seigneurs de Chassant du Grand et du Petit Charmois. 1753.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 2 O 1126. Église paroissiale. 1829-1932.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 2 O 1127. Presbytère. 1822-1875.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 2 O 1128. Monument aux morts. 1922.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 2 O 1128. Translation du cimetière. 1874-1875.

  • Archives départementales d’Eure-et-Loir. 2 O 1129. Maison d’école et mairie. 1838-1932.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 2 O 1130. Puits et lavoirs communaux. 1925-1933.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 971 - 973. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 4 Z 142. Monument aux morts. 1922.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir. 4 Z 142. Église paroissiale. 1836-1845.

  • Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859.

Documents figurés
  • Plan de la commune de La Croix-du-Perche/auteur inconnu. Dressé en 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Fi 69).

  • Plan de l’ancienne école de La Croix-du-Perche. 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Fi 90).

  • La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non daté : deuxième moitié du 19e siècle. (Archives privées).

Bibliographie
  • FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

  • MERLET, Lucien. Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir comprenant les noms des lieux anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1861.

  • MÉTAIS, Charles. Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Tome 1. Chartres : Ch. Métais, 1908.

  • OLLAGNIER, Anne, JOLY, Dominique. Carte archéologique de la Gaule. L´Eure-et-Loir. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres : Ministère de la culture et de la francophonie : Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, 1995.

  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993 (fac-similé de l´édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

Périodiques
  • FEY, Nathalie. La Croix-du-Perche - L’église à rêves. Pays du Perche n° 10, Fédération des Amis du Perche, Décembre 2008 - Juin 2009, pp. 15-22.

  • KERDREAN, Comte de. Notice sur l’église de La Croix-du-Perche. Mémoires de la société archéologique d’Eure-et-Loir, tome IX, 1889, p. 365-370.

  • OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, n° 30, 3e trimestre 1991.

  • SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Cahiers Percherons, mars 1958, n° 5.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent - Casses Laetitia