Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Neuville-sur-Brenne

Dossier IA37004918 réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Aspects géographiques

L'église et la place du monument aux morts.L'église et la place du monument aux morts.Située à 34 km au nord-est de Tours et à 4 km de Château-Renault, chef-lieu de canton, la commune de Neuville-sur-Brenne compte 875 habitants (données INSEE de 2012) et couvre une superficie de 6,90 km², soit une densité de population de 127 hab/km².

La commune est traversée du nord au sud par la Brenne, qui sert de limite entre la commune et celles d'Authon, Le Boulay et Château-Renault. La vallée de la Brenne y est étroite et sinueuse.

Les sols sont composés d'argiles éocènes recouvrant les argiles à silex (est), d'argiles à silex (ouest) et de sables helvétiens continentaux recouvrant les argiles éocènes et les argiles à silex (sud-ouest).

L'altitude est comprise entre 145 mètres (La Billauderie) et 92 mètres (Préchêne). Les zones boisées sont très réduites, et se cantonnent aux pentes des coteaux de la vallée de la Brenne. Les terres agricoles sont utilisées pour l'élevage (herbage et productions fourragères) et pour la culture céréalière.

Les axes routiers principaux sont la départementale 43 reliant Neuville-sur-Brenne à Château-Renault, qui traverse la commune du nord au sud, et la nationale 10, qui traverse la commune du nord-est au sud-ouest. La commune est traversée par la ligne SNCF Tours-Vendôme.

L'augmentation de population à partir des années 1970 a conduit au développement de lotissements au sud du bourg, constituant une "extension urbanistique" de Château-Renault sur la commune.

Aspects historiques

Plan géométral de la terre, fief et seigneurie de Notre Dame de Neuville, dressé par Louis Pardessus arpenteur géomètre en mars 1740. Détail du bourg de Neuville. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 291). Plan géométral de la terre, fief et seigneurie de Notre Dame de Neuville, dressé par Louis Pardessus arpenteur géomètre en mars 1740. Détail du bourg de Neuville. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 291).

De rares vestiges archéologiques (silex datant du Néolithique) ont été découverts sur la commune. Les fouilles réalisées en 2006 par l'INRAP, à l'occasion du lotissement du lieu-dit Le Pavillon, ont permis d'étudier les vestiges d'un établissement rural gaulois et gallo-romain composé d'un enclos et de bâtiments construits sur poteaux et la découverte de céramiques de la période gauloise (La Tène final) et d'objets de la période gallo-romaine : coupe en verre (fin du Ier-début du IIe siècle), céramiques (Ier-IIIe siècles) et clé en bronze (IIe-IIIe siècles).

Le nom de Neuville apparaît sous la forme de Nova Villa dans un texte de 1102. On trouve ensuite la forme Nuefville (1272), Neufville (1577) puis Neuville (fin 16e siècle). La commune prend son nom actuel de Neuville-sur-Brenne en 1987.

A la fin du 11e siècle, Neuville appartient aux seigneurs de Château-Renault, qui cèdent le domaine à l'abbaye de Marmoutier en 1102. Les moines de Marmoutier y font construire un prieuré et une chapelle prieurale, devenue église paroissiale. Le prieuré a totalement disparu et a fait place à une maison construite en 1865 (seule une cave voûtée à croisée d'ogives, à clés de voûte ornées de lierres et de trèfles, a été conservée).

La taille modeste de la commune conduit à ce que soit proposé son rattachement à celle de Château-Renault, elle-même réduite, mais le projet est rejeté en 1813. Le premier cadastre date de 1835. En 1885, le projet d'agrandissement du cimetière de Château-Renault conduit à l'annexion de 65 ares situés sur la commune de Neuville. Le 1er janvier 1969, la commune perd, au profit de Château-Renault, un territoire de 16 ha où est construite une zone industrielle. Depuis cette date, le territoire communal n'a pas été modifié, mais l'urbanisation en périphérie de Château-Renault s’étend sur la commune.

Château de Valbrenne.Château de Valbrenne. Sous l'Ancien Régime, le nombre de feux est d’environ 48. Au cours du 19e siècle la population connaît d’importantes variations (272 habitants en 1800, 205 en 1820, 262 en 1846, 230 en 1861, 304 en 1891) mais reste globalement stable (seulement 32 habitants). Dans la première moitié du 20e siècle la population diminue puis se stabilise autour de 250 habitants environ.

Depuis la fin des années 1960, la population connait une forte augmentation passant de 231 habitants (1968), à 250 (1975), puis 368 (1982) et enfin 875 (2012), soit une augmentation de 279% en moins de cinquante ans.

Dans le bourg, les rares édifices présents sur le plan cadastral napoléonien ont fait l'objet de modifications dans la seconde moitié du 19e siècle et au 20e siècle.

Aires d'études Vallée de la Brenne
Adresse Commune : Neuville-sur-Brenne

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte postale, début du 20e siècle. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 169).

  • Plan géométral de la terre, fief et seigneurie de Notre-Dame de Neuville/Louis Pardessus. 1740. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 291).

  • Neuville-sur-Brenne, extrait du plan cadastral dit napoléonien, section B (bourg). 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 169).

  • Neuville-sur-Brenne, tableau d'assemblage du plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 169).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • COUDERC, Jean-Mary, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1987.

  • COUVIN, Fabrice. Un établissement rural gaulois et gallo-romain à Neuville-sur-Brenne. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, t. 53, 2007, pp. 61-67.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud