Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Reugny

Dossier IA37004777 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Aspects géographiques

Située à 23 km au nord-est de Tours, et à 12 km de Vouvray, chef-lieu de canton, la commune de Reugny compte 1 601 habitants (données INSEE de 2010) et couvre une superficie de 29,72 km², soit une densité de population de 54 hab/km².Vue de l'église et du bourg depuis le chemin dit de la Rouère.Vue de l'église et du bourg depuis le chemin dit de la Rouère.

La commune est traversée du nord au sud par la Brenne qui a creusé le plateau pour créer une vallée d'une largeur d'environ 500 m. Les versants de la vallée constituent des coteaux pentus comme en témoigne la toponymie (L'Abîme du coteau, La Côte, Le Haut Puy).

Une vallée secondaire creusée par le Mélotin rejoint celle de la Brenne. Le bourg s'est développé à l'intersection de ces deux vallées, en direction du nord et du sud (le long de l'actuelle route départementale 46 reliant Vouvray à Château-Renault) et vers l'ouest (vallée de Mélotin, le long de la route menant à Monnaie). L'augmentation de population à partir des années 1970 a conduit au développement de lotissements sur le plateau au sud-ouest du bourg.

Au plan géologique, la vallée de la Brenne est marquée par la présence du Turonien supérieur au sud et la craie au nord. Le plateau est quant à lui recouvert de limons, qui cachent les sables miocènes.

L'altitude est comprise entre 62 m (La Grande Prée) et 132 m (Forêt Bélier).

Les zones boisées, qui occupent près de 20% du territoire communal, sont situées à l'ouest (Forêt Bélier) au sud (Bois de la Côte) et à l'est (Bois Huaud, Bois du Croûle). Le vin blanc (A.O.C. Vouvray) est produit principalement sur les pentes des coteaux et les hauteurs de la vallée du Mélotin.

Paysage viticole près de La Perdriellerie.Paysage viticole près de La Perdriellerie.

L'axe principal est la route départementale 46 reliant Vouvray à Château-Renault qui traverse la commune sur un axe sud-nord et un axe secondaire, la Départementale 5, qui traverse la commune d'est en ouest. La commune est également traversée par la ligne TGV Tours-Vendôme-Paris Montparnasse au sud-est et par l'autoroute A10 au nord-ouest.

Aspects historiques

Les rares vestiges archéologiques découverts sur la commune datant uniquement de l'Antiquité, il semble que la présence d'une occupation humaine de ce territoire ne soit pas antérieure à cette période. Un vase en poterie sigillée (détruit peu de temps après sa découverte) a été trouvé au lieu-dit Maupertuis vers 1840. Une urne funéraire en verre, à anses en feuilles de céleri coudées à angle aigu, datée entre 50 et 250, fut découverte à l'entrée du bourg lors de travaux de construction d'une maison en 1969. Aucune trace d'habitat gallo-romain n'a été signalée à Reugny, même si la présence d'un puits ancien à Sêtre entretient la tradition d'une villa antique disparue à cet emplacement, et que le nom de la commune viendrait du latin Runiacus (domaine de Runius). La voie antique reliant Tours à Saunay, en passant par Vernou et Chançay, traverse Reugny le long de la rive gauche de la Brenne. La présence d'habitats troglodytiques indique cependant une occupation ancienne.

Le nom du village apparaît pour la première fois en 1104 dans une charte de l'abbaye de Marmoutier sous la forme de Ruiniacum, puis sous le nom de Ruini en 1209, avant de devenir Ruygné à partir du 13e siècle, et Reugny La Vallière ou Reugny à la fin de l'époque moderne.

Reugny, qui formait une châtellenie dépendante du château de Tours à foi et hommage lige, appartenait en 1101 à un chevalier prénommé Vital. Reugny fait partie du domaine royal à la fin du 15e siècle. En 1477, Louis XI l'échange auprès de Guillaume de Harcourt, contre la terre de Gaillefontaine en Normandie, mais Reugny retourne dans le domaine royal sous Charles VIII. En 1591, Jean le Blanc, écuyer, seigneur de La Vallière, achète la terre de Reugny. C'est lui qui fait détruire le château médiéval situé dans le bourg qui aurait accueilli Louis XI en 1480, dont il ne reste aujourd'hui qu'un pan de mur, au profit de sa résidence de La Vallière, située à l'est de la Brenne.

Château de La Vallière.Château de La Vallière.

La terre de Reugny reste dans la famille de La Baume le Blanc jusqu'à la Révolution.

L'église, placée sous le vocable de saint Médard, date des 11e-12e siècles, mais elle a été profondément modifiée et agrandie aux 15e, 16e et 19e siècles.

Les foires signalées dès 1503 avaient lieu le 8 juin (saint Médard) et le 29 septembre (saint Michel).

Par ordonnance royale du 3 septembre 1817, Reugny cède à Chançay un territoire d'environ 6 ha comprenant Bréviande, et Vernou cède à Reugny un territoire de 20 ha environ comprenant Le Chalentier. De nouvelles modifications territoriales entre ces trois communes ont eu lieu en 1953, suite à des changements de voies de communication. Le cadastre napoléonien date de 1819. Le cours d'eau du Mélotin passant dans le bourg a été partiellement détourné et couvert dans la seconde moitié du 19e siècle. Reugny a été l'un des premiers villages d'Indre-et-Loire à bénéficier de l'électricité, avant 1914, grâce à une turbine installée au moulin du Pont.

Le registre paroissial le plus ancien date de 1547. Sous l'Ancien Régime, le nombre de feux est d'environ 250. La population communale croît rapidement dans la première moitié du 19e siècle, passant de 1 050 habitants en 1790 à 1 324 en 1846. A partir de cette date, la population baisse progressivement pour atteindre 1 209 habitants en 1872, avant d'augmenter de nouveau. Entre 1886 et 1906 la population reste stable, s'approchant des 1 300 habitants. A partir de 1906, la population repart à la baisse pour atteindre son niveau le plus bas au milieu des années 1970 (878 habitants en 1975). La population augmente de nouveau depuis les années 1970 pour atteindre aujourd'hui 1 601 habitants (données INSEE de 2010).

Aires d'études Vallée de la Brenne
Adresse Commune : Reugny

Références documentaires

Documents figurés
  • Cartes postales de Touraine : Reugny. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 194).

  • Reugny, plan du cimetière. Non daté (première moitié du 19e siècle). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, E dépôt 194 M9).

  • Plan cadastral dit cadastre napoléonien, 1819. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 194).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • COUDERC, Jean-Mary, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1987.

  • GENDRON, Stéphane. L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire. Chemillé-sur-Indrois : Éditions Hugues de Chivré, 2012.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

  • TRICOT, Louis. Essai sur les origines de Reugny. Les Sables d'Olonne : Imprimerie Pinson, 1975, 30 pages.

Périodiques
  • Séance du 25 novembre 1971. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1971, t. 36, p. 348-349.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud