Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Sacierges-Saint-Martin

Dossier IA36009711 réalisé en 2004

Fiche

Aires d'études Parc naturel régional de la Brenne
Adresse Commune : Sacierges-Saint-Martin

Les étymologistes du 19e siècle affirmaient que Sacierges provenait d'une forme latine « capsus servius » que l'on pourrait traduire par « parc cervier, parc aux cerfs ». Cette thèse se base sur le nom que porte l'endroit dans un texte de 1146 « capite cervico ». Par contre, dans un manuscrit du 11e siècle, on parle de la « capcergensis regio » dont le préfixe cap- semble renvoyer à caput (tête, extrémité). Les noms postérieurs se référeront ensuite à l'une ou l'autre forme. Capellanus de capcergia 1154, parrochia de capite cervi 1264, chassergiis 1648.

Sites de proctection parc naturel régional

Sacierges-Saint-Martin est une commune appartenant au Boischaut sud. Elle se compose de douze écarts plus ou moins importants, trois fermes isolées (dont l'une est en ruine) et un moulin sur la rivière Abloux. Les villages les plus importants sont le bourg, Chéniers, la Lande et la Minière. Un village est apparu à la fin du 19e siècle : la Croix de la Barre. Le village de Chéniers, plus important que le bourg de Sacierges, accueillait autrefois une école, des commerces, des entreprises et ateliers. Le relief et le paysage de bocage montrent que c'est une région d'élevage extensif, avec quelques cultures d'autosubsistance. Ceci se traduit par un bâti groupé en villages, des fermes-blocs de taille moyenne, sans véritable spécialisation des bâtiments. Quelques fermes se sont agrandies (dans le bourg ou à la Lande, la Minière par exemple) par la construction d'une maison d'habitation ou par l'ajout d'une grange au 19e siècle avec l'augmentation des moyens financiers des familles. Les fermes les plus importantes se situent donc au nord de la commune.Par contre, le village de Chéniers accueillait des ouvriers miniers, c'est pourquoi l'agriculture n'était presque exclusivement d'autosubsistance. L'architecture de la commune a été beaucoup transformée à la fin du 19e siècle et début du 20e (encadrements en pierre de taille, enduit tyrolien, murs rehaussés, tuile mécanique...).

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Rodon Estelle