Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Thiron-Gardais

Dossier IA28000495 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Aires d'études Parc naturel régional du Perche
Adresse Commune : Thiron-Gardais

Aucun vestige archéologique antérieur au 12e siècle n'a été découvert sur le territoire communal. Il semble que les premiers occupants du site soient saint Bernard de Ponthieu et ses disciples qui y ont implanté leur monastère. Outre la construction des bâtiments et dépendances de l’abbaye, les moines ont façonné le paysage (et valorisé ce territoire initialement marécageux) en levant des digues, créant des retenues d’eau. L’abbaye est également à l’origine du développement du bourg, favorisant le commerce et l’artisanat. Les moines défrichent des terres et y implantent des fermes tenues par des paysans inféodés à l’abbaye. Plusieurs toponymes témoignent de ces défrichements : "la Gâtine" (terres dévastées), "les Brosses" (broussailles) ou "le Bois Brulé". D’autres fermes, en dehors de la paroisse de Thiron, dépendent de l’abbaye comme celles de Coudelée, le Bois-aux-Clercs et la Vallée.

Si la partie ouest du territoire communal dépendait de l’abbaye de Thiron, la partie est - la paroisse de Gardais - dépendait du chapitre cathédral de Chartres. L’ancien bourg de Gardais comprenait une église paroissiale, un presbytère, deux ou trois maisons ou fermes et une maison dite "la mairie". Cette dernière servait d’habitation au percepteur de la seigneurie. L’ancienne grange qui lui était accolée (au milieu du 19e siècle) - nommée "champarteresse" - servait de lieu de stockage pour les gerbes et le bois provenant du droit de Champart, une redevance en nature spécifique au Chapitre cathédral de Chartres. À la Révolution, la paroisse de Gardais est réunie à celle de Thiron et le conseil de fabrique de l'église de Gardais décide en 1806 de "vendre à démolir" l'ancienne église paroissiale. En 1813, les dernières pierres de l'église sont démontées.

La commune de Thiron-Gardais - chef-lieu de canton - est créée en 1790. En 1866, selon Pitard, elle dispose d’une mairie, d’écoles primaires, d’un bureau d’enregistrement et des domaines, d’une justice de paix (créée en 1808), d’un bureau de poste [aux lettres], d’un relais, de deux notariats, d’un cabinet d’huissier, de bureaux de perception et de bienfaisance. Le bourg se développe dans la seconde moitié du 19e siècle et au premier quart du 20e siècle, en lien avec l’arrivée du chemin de fer, à l’origine d’un nouveau quartier à fonction administrative et publique (gare, écoles, mairie, hôpital cantonal). A la même période, de nombreuses fermes voient une partie de leurs bâtiments se reconstruire ou s’agrandir. Tout au long du 20e siècle le bourg s’accroît avec la création de nouveaux lotissements au sud en lien avec le développement industriel du secteur.

Les deux moulins présents sur la commune possèdent d’importants vestiges dont l'un, Moulin Trouvé, est dans un bon état de conservation (roue et engrenages conservés). Au lieu-dit "la Tuillerie", se trouvait une ancienne tuilerie – briqueterie dont l’activité cesse au début du 20e siècle.

En 1856, la commune compte 621 habitants. Ce nombre diminue faiblement jusque dans les années 1950 (404 habitants en 1954) puis augmente fortement jusqu’en 2006 (1098 habitants).

Située au sud-est du Parc naturel régional du Perche, la commune de Thiron-Gardais (canton éponyme, Communauté de communes du Perche Thironais) couvre une superficie de 1 346 hectares et compte, au dernier recensement de 2011, 1084 habitants. Le plateau céréalier sur lequel elle se situe est occupé essentiellement par des champs cultivés, des bosquets et des étangs. La rivière de la Thironne le sillonne d’ouest en est. L'habitat est dispersé : la commune compte une trentaine de lieux-dits dont le bourg, trois hameaux (Coudelée, le Plessis et les Sècheraies) et plus de 25 fermes isolées et moulins. De nombreuses fermes ont changé de destination et ont été converties en maisons.

Plusieurs fermes (Le Bois Margot, la Bougarderie, la Chalopinière, Pinodier, le Plessis), le Moulin de la Gâtine, Moulin Trouvé et le Bourg (vestiges exceptionnels de l’abbaye de Thiron, anciennes auberges, etc.) demeurent des sites patrimoniaux importants à l’échelle communale et supra-communale.

Annexes

  • Cadre de l'étude

    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Thiron-Gardais a été réalisé en 2014.

    Parmi les 134 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 27 (soit 20%) sont sélectionnés et font l’objet d’un dossier individuel.

    392 illustrations et 37 références documentaires (dont 22 documents d’archives) accompagnent les dossiers.

    Une synthèse de ce travail (feuillet de 8 pages A5) est consultable en bas de cette page en lien web.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d’Eure-et-Loir, 2 O 3369. Église paroissiale.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3370. Presbytère.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 3371. Monument aux morts.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3372. Mairie.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3373. École de garçons.

  • Archives départementales d’Eure-et-Loir, 2 O 3374. Écoles.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3375. École de filles.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3377. Télégraphe.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 2 O 3379. Lavoir et puits communal.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 2846 - 2850. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 7524. Plan du cadastre de 1814 de l'ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers (section B2).

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 7824. Plan du cadastre de 1814.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 5 S 242. Chemin de fer (commune de Saint-Denis-d’Authou).

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 5 S 243. Chemin de fer.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 4 Z 174. Église paroissiale.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 4 Z 174. Maison d’école.

  • Archives départementales d´Eure-et-Loir, 4 Z 174. Presbytère.

  • Archives nationales, N/III/Eure-et-Loir/4/1. Plans des bâtiments et enclos de Thiron et projets de transformation, 11 plans, 17e siècle.

Documents figurés
  • Plan de la mairie-école de garçons dressé en 1868 (auteur inconnu). (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Fi 292).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : 5 Fi 292
  • Plan géométrique de la seigneurie de Gardais par Canuël en 1759. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2075).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : G 2075
  • Plan géométrique de la ferme et bois de Coudelée. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, G 2076).

    Archives départementales d'Eure-et-Loir : G 2076
  • Plan de l’église de Thiron, dressé par l’agent voyer Joseph Valet en 1852. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 1 O 509).

Bibliographie
  • COMPÈRE, Marie-Madeleine, JULIA, Dominique. Les collèges français. Répertoire France du Nord et de l’Ouest : 16e - 18e siècles. Paris : INRP - CRNS, 1988.

  • FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.

  • FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).

  • GUILLEMIN, Denis. Thiron, abbaye médiévale. Fédération des amis du Perche, Montrouge : Imprimerie Typofilm, 1999 (Présence du Perche), 128 p.

  • LECOMTE, Jacky. Le Perche de gare en gare. (Collection Mémoire en Images). Saint-Cyr-sur-Loire : Éditions Alan Sutton, 2002. 128p.

    p.83-90
  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes et hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

  • MAILLARD, Florent. Synthèse communale sur le patrimoine bâti de Thiron-Gardais. PNR Perche, 2014, 8 p.

    http://fr.calameo.com/read/002490474bd760097a07f?trackersource=library

  • MERLET, Lucien. Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir comprenant les noms des lieux anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1861.

  • MÉTAIS, Charles. Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Tome 1. Chartres : Ch. Métais, 1908.

  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993 (fac-similé de l´édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

  • SCHEFFER, Marie-Eve. La grange de l’abbaye de Thiron-Gardais. Fascicule réalisé par l’INRAP et le SRA Centre suite à l'étude d'archéologie préventive, 8 p.

Périodiques
  • CARBONNIER, Youri. L’abbaye et le collège de Tiron au XVIIe siècle : état et projets au début de l’époque mauriste. Cahiers Percherons, 1999 - 2.

  • GUILLAUMIN-CRESPON, Geneviève. Une école royale militaire de province : Tiron. Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, 1er Trim. 2002, n°72.

  • LAGET, Pierre-Louis. L’échec d’une politique cohérente de maillage régulier du territoire par un réseau de petits hôpitaux au XIXe siècle in Revue de la Société Française d’Histoire des Hôpitaux, n° 138, 2010, p. 44-57.

  • OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société archéologique d’Eure-et-Loir, n° 30, 3e trimestre 1991.

  • SIMONI-AUREMBOU, Marie-Rose. L’alphabet du quotidien, petite chronique du canton de Thiron au 19e siècle. (d’après les écrits d’Arsène Vincent [1831 – 1881]). Cahiers Percherons n°69-70, 1982, 60 p.

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Maillard Florent