Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Villedômer

Dossier IA37004792 réalisé en 2013

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Voir

  • Bourg : école, mairie (édifice détruit)

Aspects géographiques

Située à 25 km au nord-est de Tours et à 7 km de Château-Renault, chef-lieu de canton, la commune de Villedômer couvre une superficie de 35 km² et compte 1 391 habitants (données INSEE de 2013), soit une densité de population de 40 hab/km².

Du nord au sud, la Brenne sert de limite entre la commune et celle d'Auzouer-en-Touraine, sur la quasi-totalité de son parcours. La commune est également traversée par le Madelon, rivière qui prend sa source à Saint-Laurent-en-Gâtines et rejoint la Brenne à l'est du bourg de Villedômer. La vallée de la Brenne est large de plusieurs centaines de mètres, contrairement à la vallée du Madelon très encaissée. Plusieurs ruisseaux sont également présents : ruisseau de l'Archevêque, ruisseau de Gâtines, ruisseau Besnard.

Étang de l'Arche.Étang de l'Arche.

Les terres alluviales sont concentrées dans les vallées de la Brenne, du Madelon, de Besnard, de Gâtines et de l'Archevêque. Les terres argilo-calcaires et le calcaire sont surtout présents dans la vallée du Madelon où affleure le tuffeau jaune du Turonien supérieur. Les terres silico-argileuses sont situées sur les coteaux et les terres argilo-siliceuses sur les plateaux.

L'altitude est comprise entre 75 mètres (au Moulin de Bas Couleur) et 153 mètres (La Boutefilière).

Les zones boisées sont importantes et occupent environ 20% du territoire communal : Bois de Gâtines, Bois Tondereau, taillis de Chedray, coteaux boisés de la vallée du Madelon, La Boisnière. Les terres agricoles sont occupées par la culture céréalière, et l'herbage utilisé pour l'élevage.

Paysage agricole près de La Marcechère.Paysage agricole près de La Marcechère.

La viticulture, présente autrefois, a totalement disparu.

Les axes routiers principaux sont la nationale 10 qui traverse la commune sur un axe sud-ouest/nord-est, la route départementale 73 reliant Saint-Nicolas-des-Motets à Nouzilly traversant la commune d'est en ouest, et la départementale 273 reliant Villedômer à Château-Renault. La commune est également traversée par la ligne SNCF Tours-Vendôme.

L'augmentation de population à partir des années 1970 a conduit au développement de lotissements sur le plateau, au nord-ouest du bourg.

Aspects historiques

Les vestiges archéologiques les plus anciens remontent au Néolithique : des silex polis ont été découverts au lieu-dit Beauregard et un mégalithe était présent à Bois Canon (détruit en 1939). Des tuiles à rebords de la période gallo-romaine ont été retrouvées à La Charbonnière et au Chedray. Deux souterrains refuges médiévaux sont situés à La Grand Vallée et à l'ouest du bourg et des caves troglodytiques sont également présentes (vallées du Madelon et de Besnard).Habitats troglodytiques, route de Crotelles.Habitats troglodytiques, route de Crotelles.

Les fouilles réalisées en 2010 par l'INRAP, à l'occasion du réaménagement de la place des Martyrs de la Résistance, ont permis de mettre au jour des tombes allant du 11e au 19e siècle, des éléments céramiques datés des 10e-12e siècles et 15e-17e siècles, des moules à cloche du 19e siècle et les vestiges de l'ancien presbytère (détruit en 1894).

Le village est mentionné dès la fin du 9e siècle sous le nom de Villa Domerii, dans un diplôme de Charles III le Gros daté de 886. En 1335, un cartulaire de l'archevêché de Tours indique la forme Villedômer. Les deux orthographes Villedômer ou Villedômé sont indifféremment utilisées jusqu'au 18e siècle.

En 886, Charles III le Gros donne la châtellenie de Villedômer, relevant de Château-Renault, au chapitre de Tours. L'église est édifiée au 11e siècle. La présence d'une abbaye (abbaye de Gâtines) à partir du 12e siècle s'est accompagnée de défrichements des terres.

Abbaye de Gâtines.Abbaye de Gâtines.

Une foire était organisée le 1er septembre, jour de la saint Gilles, un des patrons de l'église avec saint Vincent.

Par ordonnance royale du 11 juin 1832, Villedômer cède à Château-Renault 30 ares près du moulin de Launay, puis 4 ares supplémentaires par décision du Conseil général d'Indre-et-Loire du 30 août 1871. Le premier cadastre date de 1835.

Sous l'Ancien Régime, le nombre de feux est d'environ 200. La population croît entre 1790 et 1846, passant de 861 à 1 115 habitants, avant de redescendre à 1 003 habitants en 1861. Les travaux de construction de la ligne de chemin de fer Brétigny-La Membrolle ayant attiré beaucoup d'ouvriers, la population connaît une forte augmentation pour atteindre 1 204 habitants en 1866 avant de retrouver son niveau antérieur (946 habitants) en 1872. L'apogée est atteint en 1891 avec 1 212 habitants. La population baisse fortement au 20e siècle pour arriver à 769 habitants en 1968. Depuis cette date, la population a pratiquement doublé pour atteindre aujourd'hui 1 392 habitants (données INSEE de 2012).

Aires d'études Vallée de la Brenne
Adresse Commune : Villedômer

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte postale. (Collection privée).

  • Plans, élévations, documents divers. (Archives communales de Villedômer).

  • Villedômer, carte géologique de la commune. Échelle 1:10000e. 1900. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0379).

  • Villedômer, carte hypsométrique de la commune. Échelle 1:10000e. 1900. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0380).

  • Villedômer, carte agricole de la commune. Échelle 1:10000e. 1900. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 7 Fi 0386).

  • Plan du fief de La Grassardière et du fief de Villedômer dépendant du chapitre de la cathédrale Saint-Gatien. Non daté (18e siècle). (Archives départementales d'Indre-et-Loire, G 83).

  • Villedômer, tableau d'assemblage du plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 276).

  • Villedômer. Extrait du plan cadastral dit cadastre napoléonien, section D. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 276).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • COUDERC, Jean-Mary, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1987.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

  • SALE, Philippe (dir.). L'église, le cimetière et le presbytère, rapport de fouilles d'évaluation. Inrap, 2010. cf. notice présentant le rapport : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0118099

Périodiques
  • AUDIN, Pierre. Les vestiges archéologiques en vallée de la Brenne. Rivières Tourangelles, La Brenne (sous-affluent de la Loire). Société d’Étude de la Rivière Indre et ses Affluents (SERIA), n°2, 2001, p. 53-62.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud