Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune du Boulay

Dossier IA37004921 réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Aspects géographiques

Le Boulay, cadastre ancien, 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).Le Boulay, cadastre ancien, 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).Située à 34 km au nord-est de Tours et à 5 km de Château-Renault, chef-lieu de canton, la commune du Boulay compte 769 habitants (données INSEE de 2012) et couvre une superficie de 20,1 km², soit une densité de population de 38 hab/km². La commune est traversée au nord par la Glaise, qui s’étend d'ouest en est, et sert de frontière avec les communes de Monthodon et Authon, et à l'est par la Brenne, qui coule du nord vers le sud et sert de frontière avec la commune de Neuville-sur-Brenne. Quatre ruisseaux se jettent dans la Glaise, qui possède une vallée sinueuse et encaissée.

Les sols se composent d’argiles éocènes, d'argiles kaoliniques sableuses (est), de limons (sud) et de limons battants et de sables à graviers quartzeux de l'éocène (sud-est).

L'altitude est comprise entre 89 mètres (vallée de la Brenne) et 163 mètres (Mulochère).

Les zones boisées occupant environ 20% du territoire communal sont constituées principalement de bois et taillis : Bois de Fléteau, Bois du Boulay, Graffard, La Maçonnerie, Les Grands Pâtis, Les Foucauderies, et sur le coteau sud de la vallée de la Glaise. Les terres agricoles sont utilisées pour l'élevage (herbage et productions fourragères) et pour la culture céréalière.

Vue d'ensemble du bourg depuis le nord.Vue d'ensemble du bourg depuis le nord.Les axes routiers principaux sont la départementale 766 reliant Saint-Nicolas-des-Motets à Seiches-sur-le-Loir, qui marque au sud la frontière avec la commune de Villedômer, et la départementale 54 reliant Le Boulay à Couesmes.

L'augmentation de population à partir des années 1980 a conduit au développement de lotissements au sud et à l'ouest du bourg. La seconde moitié du 20e siècle s'accompagne également d'un développement de zones industrielles et artisanales à l'est de la commune, constituant une extension urbanistique de Château-Renault.

Aspects historiques

Aucun vestige archéologique n'ayant été trouvé sur le territoire communal, l'occupation humaine ne semble pas antérieure aux 11e-12e siècles.

Le nom du Boulay apparaît sous la forme de Booletum dans un cartulaire de Marmoutier en 1212. A la même époque on trouve également les formes latines Boellium et Boulaio et Le Boulay aux Nonnains (1290). L'origine du nom viendrait du latin betulus, et désignerait un lieu planté de bouleaux.

En 1147, le prieuré de religieuses bénédictines, construit en 1135 à Château-Renault par le comte de Blois, est transféré au Boulay. Quasiment abandonné au 16e siècle, ce prieuré est rétabli vers 1640 avant de disparaître au milieu du 18e siècle. L'ancienne église prieurale, transformée en église paroissiale au milieu du 18e siècle, a été fortement restaurée en 1875.

Vue aérienne de l'église depuis le sud-ouest. (Carte postale, collection privée).Vue aérienne de l'église depuis le sud-ouest. (Carte postale, collection privée).

Une maladrerie est citée en 1698.

Le premier cadastre date de 1835. La Basse Vallée du Boulay est rattachée à Château-Renault par la loi du 22 mai 1840. Par décret du 24 avril 1879, la ville de Château-Renault s'étend vers l'ouest, en annexant le quartier de la Grange qui dépendait du Boulay. Le 1er janvier 1969, la commune du Boulay perd un territoire de 46 ha où est édifiée une zone industrielle. Depuis cette date, le territoire communal n'a pas été modifié, mais l'urbanisation se poursuit en périphérie de la ville de Château-Renault sur la commune du Boulay.

Sous l'Ancien Régime, le nombre de feux est en moyenne de 148, mais connaît de fortes oscillations passant par exemple de 167 en 1687, à 118 en 1740. La population communale croît rapidement dans le premier tiers du 19e siècle, passant de 601 habitants en 1806 à 823 en 1836. Elle connaît ensuite une baisse très importante, passant de 823 habitants en 1836 à 504 en 1841. Cette chute brutale de 39% de la population s'explique par le rattachement de La Basse Vallée à Château-Renault. La population commence de nouveau à croître et atteint 795 habitants en 1876, avant de redescendre à 481 habitants en 1881. Cette nouvelle diminution de 39% s'explique par le rattachement du quartier de la Grange à Château-Renault. A partir de la fin du 19e siècle, la population reste globalement stable et atteint 484 habitants en 1954, avant de connaître une baisse importante dans le troisième quart du 20e siècle (398 habitants en 1975). A partir du début des années 1980, la population recommence à augmenter fortement : 419 habitants en 1982, 493 en 1999, 588 en 2006, 608 en 2008 et 769 en 2012, soit une augmentation de 83,5% en 30 ans.

Aires d'études Vallée de la Brenne
Adresse Commune : Le Boulay

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte postale. (Collection privée).

  • Cartes postales de Touraine : Le Boulay. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 10 Fi 030).

  • Le Boulay, plan de situation/Guillemain. 1905. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 O 030 40).

  • Le Boulay, tableau d'assemblage du plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).

  • Le Boulay, extrait du plan cadastral dit cadastre napoléonien. 1835. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P2 030).

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLE, J. X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Mayenne : Joseph Floch, 1977 (réédition).

  • COUDERC, Jean-Marie, AUDIN, Pierre, HUBERT, Martine. Dictionnaire des communes de Touraine. Chambray-les-Tours : C.L.D., 1987. 967 p.

  • GORRY, Jean-Michel. Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, Indre-et-Loire. Paris : CNRS, 1985.

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. 4e éd. Mayenne : Joseph Floch, 1968.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Pays Loire Touraine - Paucton Arnaud