Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019)

Dossier IA28000170 réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Aires d'études Parc naturel régional du Perche
Adresse Commune : Margon

Le territoire de Margon aurait été occupé dès le Néolithique comme en témoignait un dolmen aujourd'hui disparu, autrefois situé au nord-est de la demeure de la Borde. A l'époque gallo-romaine, une voie traverse Margon du nord-est au sud-ouest suivant approximativement le tracé de la route départementale 918. Au 11e siècle, Margon est l'une des paroisses limitrophes du Perche dunois. Plusieurs interprétations sont avancées quant à l'origine de son nom. Le mot latin Margo désigne un bord, une borne, ce qui renverrait à sa situation en bordure de province. Le terme gaulois Marga fait référence à un lieu boueux, qui pourrait évoquer la confluence des rivières de la Cloche et de l'Huisne. Dès le début du 12e siècle, les premiers seigneurs cités sont Robert de Margone puis Geoffroy. En 1669, la seigneurie de Margon est réunie à celle de la Galaisière en Condé-sur-Huisne pour former un marquisat appartenant à Armand Charles Jean de Riants, comte de Rémalard et baron de Voré. A cette époque, les seigneurs de Margon, membres de la famille Radray, habitent le manoir dit de la Bourbonnaise construit en 1617 en face de l'église paroissiale à l'ouest et détruit en 1851 suite à un incendie. D'autres familles dominent le territoire de Margon sous l'Ancien Régime telles que les d'Amily au manoir de Champeaux (également réuni à la seigneurie de la Galaisière) et les Durant au manoir du Bois Jolly. La configuration de la commune peut surprendre car il n'y a pas réellement de centre bourg. Le vieux bourg juché sur son éperon rocheux comprend juste quelques maisons anciennes, l'église paroissiale, le presbytère et l'école. Les autres constructions se situent le long de route nationale 23 (avenue de Paris) et aux abords immédiats de la ville de Nogent-le-Rotrou. Depuis le début des années 1960, une profonde transformation s'est opérée dans la commune, en lien avec la proximité de la ville de Nogent-le-Rotrou. L'activité agricole a diminué au profit du travail en ville et les ouvriers viennent s'installer et construire leur résidence en périphérie de Nogent. Depuis la commune ne cesse de s'accroître. Selon les chiffres de recensement de la population de 1999 de l'INSEE, l'habitat construit avant 1948 représente 117 logements contre 391 entre 1949 et 1990, les périodes 1975 à 1981 et 1982 à 1989 étant les plus importantes en terme de nouvelles constructions.

Brunelles, Coudreceau et Margon fusionnent et deviennent Arcisses en 2019.

Située dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune de Margon (canton de Nogent-le-Rotrou, Communauté de communes du Perche), à caractère à la fois rural et périurbain, s'étend sur une superficie de 1 213 hectares et compte, au dernier recensement de 2008, 1 252 habitants. Le plateau céréalier qui la couvre - limité sur toute la frange nord-ouest par la large vallée de l'Huisne, au nord-est par le bois de Maurissure et à l'est par le bois des Perchets - est entaillé par la vallée de la Cloche, assez large également, qui la coupe en deux parties. La commune comprend dix-huit fermes isolées, deux domaines (Le Bois Jolly et Champeaux) et deux hameaux (Ozée et La Vallée). Plusieurs fermes, isolées à l'origine telle que La Fuye, sont aujourd'hui intégrées dans l'extension de la ville de Nogent-le-Rotrou. De nombreuses fermes ont changé d'affectation et ont été converties en maisons. Les éléments repérés ou sélectionnés se répartissent sur l'ensemble du territoire communal, à l'exception des franges est et ouest occupées par des bois ou en fond de vallée humide. Plusieurs fermes (Beauvais, Le Bourdigal, La Fuye, Les Gaudinières), deux manoirs (Le Bois Jolly et Champeaux), deux moulins (de Beaudelet et de La Vallée) ainsi que plusieurs maisons, l'église paroissiale et l'ancienne mairie-école demeurent des sites patrimoniaux importants à l'échelle communale.

Annexes

  • L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Margon a été réalisé en 2008.

    Cette étude a pour finalité d´identifier, de localiser et de documenter les éléments appartenant au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut le domaine de la fouille archéologique mais n´écarte pas des formes d´architecture en élévation exceptionnelles, comme, par exemple, les mégalithes ou les oeuvres originales d´architectes contemporains. Par ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la mesure où il donne des renseignements sur le bâti. L´inventaire a porté sur l'ensemble des édifices bâtis avant 1950. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou thématique (dossier collectif), au particulier. Les édifices uniques ou au contraire représentatifs, à valeur patrimoniale intrinsèque et revêtant un intérêt à l'échelon communal, sont traités dans un dossier individuel. La restitution des données découle de la méthode d'analyse. A chaque élément sélectionné correspond un dossier. Cependant, pour appréhender les familles d'édifices représentés en grand nombre (fermes, maisons), une sélection raisonnée d'unités à étudier est réalisée. Les caractères communs à chaque famille sont restitués dans le dossier collectif.

    Parmi les 65 éléments bâtis recensés (toutes catégories confondues), 18 sont sélectionnés et font l'objet d'un dossier individuel.

    194 illustrations et 28 références documentaires (dont 10 documents d'archives) accompagnent les dossiers.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 3510. Échange entre le chapitre de Saint-Jean et Jean d'Amilly, seigneur de la Galaisière, par lequel ledit chapitre abandonne la maison appelée "l'Aistre-du-Masson", paroisse de Margon, contre deux rentes de 30 sous, l'une sur la maison du Lion d'or devant les halles de Nogent et l'autre sur le moulin le Comte.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 356. Église paroissiale : plan et élévation. 1852.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2178. Église paroissiale : dépenses communales pour l'entretien. 1872-1931.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2181. Mairie-école : devis, plans, travaux. 1876-1909.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2182. Lavoir communal d'Ozée.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 1809 à 3 P 1811. Matrices cadastrales.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir. 3 P 4763 à 3 P 4771. Plans cadastraux de 1811. par Terrier, ingénieur vérificateur ; Barberi, géomètre de 1ère classe ; Sortais, maire.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Règlement d'eau de la rivière de la Cloche, plans géométriques. 1834-1856.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 84. Restaurations des ponts et passerelles sur la rivière de la Cloche : devis, plans. 1909.

  • Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 289. Moulin de la Vallée : devis et plans. 1857-1892.

Documents figurés
  • Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (2 sur 3). /Florent Maillard. (Parc naturel régional du Perche).

  • Agrandissement du cimetière, plan partiel de Margon./Agent Voyer. 1881. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 2180).

  • Plan cadastral napoléonien, commune de Margon, tableau d'assemblage. 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4763).

  • Carte de Cassini nord. Extrait de la carte de Cassini, 3e quart du 18e siècle. (IGN, Institut national de l'information géographique et forestière).

  • Tableau synthétique des dossiers 'ensemble' dans la commune de Margon./Florent Maillard. (Parc naturel régional du Perche).

  • Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (3 sur 3)./Florent Maillard. (Parc naturel régional du Perche).

  • Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Margon (1 sur 3). Florent Maillard. (Parc naturel régional du Perche).

  • Tableau synthétique des édifices sélectionnés dans la commune de Margon. /Florent Maillard. (Parc naturel régional du Perche).

Bibliographie
  • FAUQUET, George. La fin d'une légende percheronne. La Bourbonnaise de Margon, Nogent-le-Rotrou. 1902. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, Brochure art. 26-2).

  • FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994, 125 p.

  • LEFEVRE, Édouard. Dictionnaire géographique des communes, hameaux, fermes, moulins, châteaux, maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d'Eure-et-Loir, 2002. (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).

  • Les noms des lieux-dits en Eure-et-Loir. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, E 2).

    p. 89-111
  • MERLET, Lucien. Dictionnaire topographique du département d'Eure-et-Loir comprenant les noms des lieux anciens et modernes. Paris : Imprimerie impériale, 1861.

    p. 112
  • MÉTAIS, Charles. Églises et chapelles du diocèse de Chartres. Ch. Métais Éditeur, 1908, tome I.

    p. 40-42.
  • OLLAGNIER, Anne, JOLY, Dominique. Carte archéologique de la Gaule. L'Eure-et-Loir. Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Fondation Maison des sciences et de l'homme. Candé : Imprimerie Lefrancq, 1995.

    p. 286-287.
  • PITARD, J.-F. Fragments historiques sur le Perche, statistique par commune et par ordre alphabétique. Paris : Res Universis, 1993, 466 p. (fac-similé de l'édition de Mortagne : Dampeley frères, 1866).

    p. 261-263
  • PROVOST, Gilles. Maison des champs du Perche nogentais, 1450-1560. Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de Jean Guillaume : Université François Rabelais : Tours : 1992.

  • SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche. Meaucé : Fédération des amis du Perche, Arts graphiques du Perche, 1991. 150 p.

  • JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton. Tome II. Saint-Cyr-sur-Loire : Allan Sutton, 2011. (Mémoires en images).

    p.93-108
  • FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire, 2001. (fac-similé de l'édition de 1838).

    pp.196-206
Périodiques
  • Dolmen de Margon - Canton de Nogent-le-Rotrou. Dans Bulletin de la société préhistorique française. Tome 47, mars - avril 1950. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, Brochure art. 26-1).

  • Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la société archéologique d'Eure-et-Loir, n° 93, 4e trim. 1982, p. 14.

  • MORIN, Alain. La légende de la Bourbonnaise d'après le manuscrit de la comtesse de Pizieux. Cahiers percherons, 1996, n° 96-2, 32 p.

  • SIGURET, Philippe. Les manoirs du canton de Nocé. Manoirs et châteaux du canton de Rémalard. Cahiers percherons, Juillet 1958, n° 6, p. 33.

  • SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le Perche nogentais. Cahiers percherons, septembre 1958, n°7.

    p. 28-29
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional du Perche - Casses Laetitia - Maillard Florent