Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Rairie : ferme

Dossier IA36010077 réalisé en 2015

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées logement, étable à chevaux, grange, toit à porcs, étable, cour
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Parc naturel régional de la Brenne - Tournon-Saint-Martin
Adresse Commune : Néons-sur-Creuse
Lieu-dit : La Rairie
Cadastre : 2015 A 476, 477 ; 1812 A 2048, 2049, 2050

Des bâtiments portés sur le plan cadastral de 1812 auraient été détruits entre 1850 (matrices cadastrales) et le premier quart du 20e siècle ; les derniers vestiges de la gentilhommière de la Rairie et de sa tour carrée indépendante auraient été détruits dans les années 1920. Le fief de la Rairie est connu au plus tard au début du 17e siècle (Plaux s.d. ; Sécheresse 2019). Le lieu-dit figure, en tant que chef-lieu de fief, sur la carte de Cassini (vers 1765).

La ferme a, en partie, été construite à partir du milieu du 19e siècle avec des matériaux récupérés sur les anciens bâtiments. Des blocs de calcaire se retrouvent en réemploi dans les murs du logement, de l’étable attenante et de la grange-étable.

Période(s) Secondaire : 15e siècle, 16e siècle, 17e siècle , (détruit)
Principale : 2e moitié 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Cette ferme à cour ouverte se compose de trois bâtiments principaux : un logement, une étable qui lui est contiguë et une grange-étable.

Orienté nord-ouest/sud-est, le logement est partiellement enduit, en rez-de-chaussée à petit surcroît et à toiture à longs pans en tuile plate. Ses accès sont en mur gouttereau. Certains de ses murs et ses encadrements de baies portent des matériaux en réemploi : pierres taillées, jambages chanfreinés de la porte haute en mur-pignon est, etc. Le mur-pignon est garde la trace d’une cheminée en brique.

L’étable, implantée en retour d’équerre du logement, est partiellement enduite et à accès en mur gouttereau. Son toit est en tuile plate. Elle abritait notamment une étable à chevaux. Un oculus (réemploi) perce son élévation est.

L'accès à la grange-étable, également partiellement enduite, s'effectue par le mur-pignon. La couverture, à longs pans et à pignons couverts, est en tuile plate. Elle se prolonge sur des murs gouttereaux "basses-gouttes". Le latéral ouest est occupé par une étable. La charpente du bâtiment reposent sur des poteaux. Deux blocs sculptés sont insérés en réemploi au dessus du linteau de l’entrée.

En face de l’entrée principale de la grange-étable se dresse un toit à porcs remanié.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile plate
Étages rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives municipales de Néons-sur-Creuse ; 1 G 4. Matrices cadastrales, tableaux d'augmentation et de diminution.

  • Collection privée. Histoire de Tournon-St-Martin et ses environs.

Documents figurés
  • Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury. Levée vers 1754-1766.

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Néons-sur-Creuse/par M. Alisard, géomètre du cadastre, sous la direction de M. Lepeintre, directeur des contributions, M. Dauvergne, ingénieur vérificateur. Terminé en 1812. (Archives départementales de l'Indre, 3 P 137).

Bibliographie
  • SECHERESSE, Jean (dir.). Chroniques historiques de Saint-Vincent de Néons. Néons-sur-Creuse : Comité Municipal d'Animation de Néons-sur-Creuse, 1994 (seconde édition augmentée en 2019 par l'Association touristique de Néons-sur-Creuse).

    p.41
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Parc naturel régional de la Brenne - Benarrous Renaud