Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher) : Le Cube (Jean Mauret et Jean-Paul Philippon)

Dossier IM18001580 réalisé en 2016
Dénominations verrière
Aire d'étude et canton France
Adresse Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Adresse : Place de l'Église

En 1987, l'artiste-peintre Elaine Massy conçoit et coordonne une exposition alliant vitrail et architecture. Par la rencontre et le travail conjugués d'un maître-verrier et d'un architecte, il s'agit de créer trois volumes simples en grandes dimensions : une pyramide (le verrier Gilles Rousvoal et l'architecte Christian Schouvey), une sphère (le verrier Jean-Dominique Fleury et l'architecte Gabriel de Hoÿm de Marien) et un cube (le verrier Jean Mauret et l'architecte Jean-Paul Philippon).

Les œuvres sont élaborées et produites de la fin 1987 à juin 1988 puis sont présentées lors de la deuxième Biennale du Vitrail à Tournus (Centre international d’études romanes, réfectoire des moines de l’abbaye Saint-Philibert) du 3 juillet au 20 septembre 1988, puis à Narbonne dans la Salle des Consuls du Palais des Archevêques, durant le quatrième trimestre 1988, et enfin à Bruère-Allichamps (abbatiale de l'abbaye de Noirlac), du 8 juillet au 6 août 1989.

Dans l'avant-propos du catalogue de l'exposition, François Mathey affirme la nouveauté et la pertinence de la démarche singulière des trois équipes de verriers/architectes. Il écrit : "Mon propos (...) prendra sa juste mesure, plus tard, bien plus tard, quand on découvrira que la démonstration était un évènement dans l'histoire de l'art. C'était à Tournus, au réfectoire des moines, en 1988."

Ces expositions terminées, chacun des trois volumes est acheminé vers l'atelier du maitre-verrier correspondant. Le Cube est de nouveau présenté en 1996 lors d'une exposition personnelle de Jean Mauret dans la grande galerie du château de Lignières. Le Cube est actuellement démonté et conservé à l'atelier de Jean Mauret.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle , daté par source
Dates 1988, daté par source
Stade de création pièce originale de vitrail
Lieu d'exécution Commune : Saint-Hilaire-en-Lignières
Édifice ou site : Atelier de Jean Mauret
Auteur(s) Auteur : Mauret Jean,
Jean Mauret (1944 - )

Artiste verrier.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier
Auteur : Philippon Jean-Paul, architecte

Le Cube élaboré par Jean Mauret et Jean-Paul Philippon mesure extérieurement 4,5 x 4,5 x 4,5 mètres. Il enferme un second cube plus petit (3 x 3 x 3 m) dans lequel on peut pénétrer. L'espace intermédiaire entre les deux volumes imbriqués (environ 80 cm) permet d'éclairer les deux parois, vers l'extérieur et vers l'intérieur.

Vu de l'extérieur, le Cube présente sur chaque face des alignements de petits carrés lumineux colorés. Il est orienté comme une église et on y entre par deux portes placées côté ouest, au moyen de cinq marches (80 cm de hauteur au total).

L'intérieur est très lumineux. Le plafond et trois des quatre faces verticales, sont scandés de plusieurs dizaines de petits carrés de verre. Le sol est quant à lui éclairé de 9 carrés de verre. Les faces nord et sud présentent une "porte" (qui ne s'ouvre pas) en vitrail. La "porte" ouest, en vitrail elle aussi, est fixée au sol et placée à environ 80 cm de l'entrée. Côté est, la face est traitée en négatif par rapport aux trois autres : la quasi-totalité de sa surface se compose d'un vitrail dans lequel a été inclue une "porte" en bois percée de carrés. Le dessin de ce grand vitrail (3 x 3 mètres) restitue les petits carrés des autres faces.

Les quatre portes symbolisent les quatre éléments : l'eau (vert, côté est), la terre (noir, côté ouest), le feu (orange, côté sud) et l'air (blanc bleu, côté nord). Dans chacune d'elles, une petite ouverture carrée a été pratiquée pour permettre de jeter un œil vers l'extérieur. Là, le regard se porte sur des "sémaphores" constitués chacun d'un fragment de verre (triangle, carré ou rond) fixés à 2,30 m environ de hauteur sur des supports métalliques. Ces petits éléments orientent le Cube dans l'espace (ils marquent les quatre points cardinaux).

Les vitraux du Cube sont constitués de verres opalescents blancs et gris, de verres industriels, de verres noir, bleu, jaune, orange et vert (beaucoup de ces verres sont plaqués). Jean Mauret a eu recours à la technique de la gravure (touches) et du jaune d'argent. Il n'y a pas de grisaille. On observe également la présence de trous et l'emploi de plombs de différentes largeurs. La composition des vitraux reprend le principe des alignements de carrés visibles sur toutes les faces (externes et internes) du Cube.

Ce principe d'alignement de carrés sera de nouveau choisi pour les verrières créées en 1993 dans l'église de Meilhards (Corrèze). On peut également rapprocher le fond des vitraux du Cube à deux vitraux d'essais réalisés en 1987 dans le cadre de l'exposition "100 artistes pour Tyr" (Institut de France à Paris).

Catégories vitrail
Matériaux verre
plomb
Précision dimensions

h=450. la=450. pr=450. Dimensions approximatives.

Inscriptions & marques
États conservations oeuvre démontée
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait du texte écrit par Pascal Amphoux "Deux puissance trois", 1988

    "Charade. Mon premier aime le détournement, l'assemblage, le trait tremblé, le minuscule. Il est architecte, dit-on, métier lumineux s'il en est. Rationaliste, sa démarche est essentiellement sensible et bricoleuse : il pratique la confrontation des signes, ne dédaigne pas la maison naïve ou archétype, ni la réflexion sur l'élémentaire. L'histoire raconte qu'il sévit en son temps sous la voûte de la gare d'orsay. Nous l'appellerons Jean-Paul Philippon.

    Mon second aime la composition, l'éclat, la matière, la variation structurante. Il est, raconte une autre histoire, maître-verrier, métier de tradition qu'il hérite de plusieurs générations. Son œuvre d'épuration tend à l'orthogonalité et à la monochromie - c'est une recherche de la lumière pure, non de celle qui éclaire mais de celle qui irise, qui frise, qui s'estompe ou déborde. On dit qu'il vit en un haut-lieu du Cher, à Saint-Hilaire-en-Lignières. Appelons-le Jean Mauret.

    Mon tout naît de la rencontre des deux premiers. C'est l'espace élémentaire dans lequel on les a enfermés. C'est le lieu par excellence du face à face. Un concept, un référentiel, un jeu. Un mixte de raison et de poésie. On l'appelle le cube".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.

Bibliographie
  • AMPHOUX, Pascal. Deux Puissance trois. in : Vitrail architecture, deuxième biennale du vitrail contemporain. Tournus : juillet 1988.

    pp. 1-6
  • FOUCAULT, Marie. French contemporary. in : Professional Stained Glass, avril 1989.

    p. 6-11
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Mauret-Cribellier Valérie