Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Collège d'enseignement technique, puis Lycée professionnel, actuellement Lycée des métiers Gaudier-Brzeska

Saint-Jean-de-Braye, Lycée Gaudier-Brzeska : décor mural, "L'Espoir"

Dossier IM45003378 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Dénominations revêtement mural
Titres L'Espoir
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire
Adresse Commune : Saint-Jean-de-Braye
Adresse : 40 avenue Denis-Papin

Le 11 juin 1965, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics émet un avis favorable à la nomination de Léon Toublanc pour la réalisation de la décoration au titre du 1% artistique du Collège d'enseignement technique de St-Jean-de-Braye. L'arrêté est signé le 7 juillet 1965 et la subvention est de 35 369 francs.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Dates 1965, porte la date
Auteur(s) Auteur : Toublanc Léon, créateur, signature

L’œuvre, située sur le pignon nord-est du bâtiment H, consiste en un panneau décoratif en ciment teinté dans la masse (exécuté sur mortier frais), mesurant environ 3 mètres de large et 10 mètres de haut. Il représente des figures humaines abstraites et schématisées sur le thème de l'espoir.

Catégories peinture murale
Matériaux ciment, polychrome
Mesures h : 10.0 mètre
la : 3.0 mètre
Iconographies être humain, groupe de figures
Inscriptions & marques signature, sur l'oeuvre
date, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Signature et date sur l’œuvre : Toublanc / 1965

États conservations bon état

Contexte initial de la commande artistique

maîtrise d'ouvrage Etat
Procédure de la commande un pour cent
Forme de la commande artistique directe
Statut de la propriété propriété de la région

Annexes

  • Explication technique de la réalisation de l'oeuvre par l'artiste (AN 19880466 art.48).

    En résumé, voici brièvement les trois principales opérations nécessaires à cette exécution qui sera un travail long et minutieux :

    1°) découpage du ciment selon les formes à colorer.

    2°) application dans ce véritable cloisonnage du mortier teinté dans la masse.

    3°) nouvelle coloration du mortier, mais en surface, pour donner plus d'éclat et de solidité. C'est l'opération la plus longue et la plus délicate, plusieurs applications étant nécessaires, ainsi que plusieurs lissages à la petite truelle souple, afin d'obtenir une matière dure et lisse comme une laque matte sur laquelle les poussières auront peu de prise et qui pourra supporter les mêmes avantages périodiques que les murs de l'édifice.

    D'autre part, comme on peut le voir sur l'esquisse déposée en même temps que le dossier, seules des terres seront employées comme pigments pour résister à la lumière solaire.

  • Description et analyse iconographique de l'oeuvre par l'artiste (AN 19880466 art.48).

    Projet de décoration murale du pignon nord-est du bâtiment de l'internat du CET de St-jean-de-Braye

    D'un aspect non figuratif, cette peinture monumentale tentera de donner une impression de jaillissement, rappelant d'assez loin une flamme. Et c'est cet aspect, prenant figure de symbole, qui résume l'idée première pour laquelle a été choisi comme titre "L'Espoir".

    Cette attente d'un bien désiré et entrevu comme probable est pris ici dans le sens de l'aspiration de l'homme à se dégager de la matière pour atteindre les régions où règne l'esprit.

    C'est en partant de ce thème et avec la prétention sans doute présomptueuse de vouloir l'exprimer dans sa signification la plus élevée, qu'ont été choisis des éléments figuratifs tentant de la rendre intelligible.

    Ceux-ci seront schématisés à l'extrême afin de ne pas gêner par une figuration inutile de détails l'image abstraite qui s'offre à première vue et qu'il faut conserver, parce que s'alliant mieux à l’architecture.

    Dans le bas de la composition, un homme est allongé dans une attitude inerte :

    entouré de blocs de pierre, il est uni au règne minéral dont son corps est constitué. Des couleurs sombres, tels le noir, le brun et le gris rappellent les Ténèbres de la matière.

    La forme humaine située immédiatement au-dessus, semble sortir du premier comme le règne végétal sort de terre. L'homme se redresse ainsi que la plante animée de vie.

    Une troisième figure faite de lignes ondulantes se dégage des deux premières - Siège des sensations et de tous les instincts, elle est très liée à une forme animale figurée à sa droite.

    Au-dessus et à gauche, la quatrième figure, enfermée dans des verticales, suggère l'état de l'évolution de l'homme en possession de la raison.

    Les formes schématisées à l'extrême de la cinquième forme humaine, siège de la conscience, des nobles et grandes intuitions, s'élance vers l'oiseau, symbole de pureté et de liberté.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales, 19880466 art. 48. Projet Toublanc pour le collège d'enseignement technique de Saint-Jean-de-Braye. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Quillivic Claude - Fouré Céline