Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tour du Brandon : édifice fortifié dit tour du Brandon

Dossier IA37005296 réalisé en 2011

Fiche

Appellations Tour du Brandon
Dénominations édifice fortifié
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Athée-sur-Cher
Lieu-dit : La Tour du Brandon
Cadastre : 1826 F2 533-535 ; 2011 ZX 64

La tour du Brandon formait le siège d'une châtellenie relevant de Montbazon dont le premier seigneur connu est Guillaume de Brandon, décédé avant 1205. Bâtie au 12e siècle, elle constitue l'ancienne tour maîtresse d'un château-fort qui fut selon certains auteurs détruit en partie par les Anglais au 14e siècle. Un aveu rendu au roi en 1583 par Louis de Rohan, duc de Montbazon, indique qu'à cette date le château-fort était déjà partiellement ruiné ; la tour, les fossés et les murs d'enceinte étaient encore debout. Actuellement il ne reste plus rien du baille ceint de murs, pourtant encore bien visible sur le plan cadastral de 1826. Les douves qui l'entouraient ont été comblées. Deux tourelles de plan carré encadraient une porte percée dans le mur ouest du baille. Elles sont également représentées en 1826 mais n'existent plus de nos jours. La différence d'appareil du couronnement maçonné en léger retrait et percé d'une meurtrière indique une mise en œuvre postérieure à la construction du 12e siècle, possiblement au 14e siècle ou au 15e siècle. L'accès s'effectuait vraisemblablement à l'origine par un dispositif mobile (échelle ?) qui permettait d'atteindre la porte située bien au-dessus du niveau du sol. On construisit ensuite au sud un escalier extérieur qui permettait d'accéder facilement à ce niveau de la tour. On ignore si cet escalier installé à une époque indéterminée est antérieur ou contemporain du percement de la porte actuelle, il a disparu de nos jours.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 14e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

C'est une tour circulaire d'environ 20 mètres de haut et 8 mètres de diamètre intérieur, construite en moellons de meulière noyés dans un mortier très dur. Élevée d'un rez-de-chaussée et de deux étages non voûtés, elle était couronnée par un chemin de ronde qui n'existe plus. Des souterrains en partie comblés passent sous la tour qui a été entièrement consolidée au cours du 20e siècle. Tous les planchers ont disparu. Dans la partie supérieure, des trous de boulins régulièrement espacés sur toute la circonférence suggèrent la présence d'un hourd disparu.

Murs calcaire moellon

Plans plan centré
Étages sous-sol
États conservations inégal suivant les parties
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1936/12/16

Références documentaires

Bibliographie
  • CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1880.

  • CHEVALIER, Casimir (abbé). Promenades pittoresque en Touraine ; la vallée du Cher de Tours à Chenonceau. Tours : A. Mame et fils, s.d. [19e siècle].

  • RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Tours : J. Maillocheau, 1930. 661 p.

    p.166-167
Périodiques
  • SOURDEVAL, Charles de. Promenade archéologique. Le Castellum de Larçay, l'acqueduc d'Athée, la tour des Brandons, Courçay et Cormery. Mémoires de la Société archéologique de Touraine, XI, 1859. p. 221-231.

    p. 227-228
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.