Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Triguères : jardins d'agrément du Grand Courtoiseau

Dossier IA45003272 réalisé en 2017

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Jardins du Grand Courtoiseau
Parties constituantes non étudiées serre, allée, allée cavalière, fontaine, bassin
Dénominations jardin d'agrément
Aire d'étude et canton Département du Loiret - Courtenay
Adresse Commune : Triguères
Lieu-dit : Adresse : chemin rural Courtoiseau
Cadastre : 2018 ZY 35 ; 36 ; 48 à 51 ; 53 ; 54 ; 170

Le manoir actuel est érigé à la fin du 17e siècle ou au cours du 18e siècle par les familles Hodoard et Billard de Lorière. Entre 1770 et 1775, Jeanne-Geneviève Billard de Lorière épouse Antoine-Louis Désiré Dupré de Saint-Maur, agronome. Ce dernier finit de transformer le manoir en demeure de plaisance et aménage probablement des jardins (allée de tilleuls et tunnel de buis). A la fin du 19e siècle, Auguste Cornu de la Fontaine de Coincy, grand voyageur et naturaliste, fait construire le jardin d’hiver du manoir, ainsi qu'une petite serre au fond d’une ancienne douve pour abriter les plantes tropicales qu’il rapporte de ses voyages. De nombreux végétaux du domaine remontent à cette époque, tels que des conifères et un Gymnocladus dioica.

Tout au long des 18e et 19e siècles, de nombreuses personnalités vivent ou sont accueillis sur le domaine (Hippolyte de Saint-Maur, Jean-Baptiste Augustin, Alfred-Léon Gérault-Richard, Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Aristide Briand, Aristide Bruant, Guillaume Apollinaire, Hervé Bazin, Félicien Marceau, Louis Pauwels, Jean d’Ormesson, François Nourissier, Emmanuel Robles, Michel Tournier, Michel de Saint-Pierre, Mouloudji). En 1989, Guy Herdhebaut et Jean-Hervé Dussordet reprennent la propriété. En l’absence de documents historiques, une restitution des jardins dans le respect de l’architecture des lieux est envisagée. Les travaux débutent par l’abattage de quelques arbres du parc, et l’élagage des tilleuls de l’allée au nord du manoir.

A partir de 1991, le dessin des jardins est confié au paysagiste Alain Richer et le choix des plantations est laissé aux propriétaires. De nouveaux aménagements sont réalisés entre 1992 et 2005. Les jardins ouvrent au public en 2001. En 2015, le domaine est racheté par de nouveaux propriétaires qui poursuivent l’entretien des jardins.

Période(s) Principale : limite 20e siècle 21e siècle , daté par source
Auteur(s) Auteur : Guy, auteur commanditaire, attribution par source
Auteur : Jean-Hervé, auteur commanditaire, attribution par source
Auteur : Alain, paysagiste, attribution par source
Personnalité : Cornu de la Fontaine de Coincy Auguste,
Auguste Cornu de la Fontaine de Coincy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
habitant célèbre, attribution par tradition orale
Personnalité : Bazin Hervé, habitant célèbre, attribution par tradition orale

Les jardins de 6 ha encadrent le manoir du Grand Courtoiseau situé au centre du domaine. Ils se succèdent sur un terrain en pente nord-sud. La propriété est entièrement close de murs, grillages et portails. L’entrée actuelle se fait à l’est mais l’ancienne séquence d’accès est visible (allée nord-sud qui traverse le domaine). Certains jardins ont un tracé régulier tandis que d’autres aménagements sont traités de façon paysagère. Le manoir et ses bâtiments sont ordonnés autour d’une cour rectangulaire ponctuée de rosiers grimpants et de cognassiers en pot. Le centre de la cour est agrémenté d’un bassin où fleurissent des nénuphars.

La visite débute par le jardin du Faune, qui doit son nom à la statue installée à l’extrémité de l’une de ses perspectives. L’aménagement se fait suivant deux axes perpendiculaires dont le plus long, nord-sud, aboutit à une demi-lune. Il est ponctué par un bassin en rocaille. Un Ginkgo biloba marque le fond de la perspective. Dans la partie rectangulaire située autour du bassin, les haies et les topiaires d’ifs accentuent les perspectives et forment différentes chambres de verdure de part et d’autre de l’axe principal.

Situé au sud de la demi-lune d’ifs taillés, un autre jardin présente des massifs en courbes et en rondeurs et opère une transition avec le parc paysager au sud du manoir. La terrasse à l’arrière de la demeure est agrémentée d’une glycine et de cognassiers en pot. Des plates-bandes plantées d’hémérocalles et d’agapanthes séparent la terrasse de la grande pelouse. Des arbres de collection choisis pour leur floraison, leur feuillage ou leur écorce y sont visibles, ainsi qu’un if taillé en cylindre.

Le jardin installé dans les anciennes douves à l’est du manoir s’inspire des jardins d’eau de la Renaissance italienne. Une fontaine murale placée au fond du jardin alimente en eau une succession de trois bassins en forme de losange sur une légère pente nord-sud. Les abords sont plantés d’hostas, fougères, Gunnera, Ligularia, azalées, mahonias, rosiers et fusains. À l’ouest du manoir, une série de sentiers sinueux mènent à un sous-bois ombragé agrémenté d’une fontaine et d’un tunnel de buis plantés au 18e siècle. Le jardin exotique, aménagé dans la douve ouest, est accolé au manoir. Il a été créé en souvenir d’Auguste Cornu de La Fontaine de Coincy, botaniste et ancien propriétaire. La serre qu’il a installée est toujours visible. Le Jardin au Loup doit son nom à la fontaine placée au centre d’une allée de briques longue et étroite. Elle est bordée d’ifs taillés à l’est qui forment des contreforts appuyés au mur. Une collection d’érables japonais présentée de part et d’autre d’un sentier bordé d’hydrangeas et de vivaces fait le lien avec le jardin du Puits, espace engazonné et clos par une haie taillée. Celle-ci marque une séparation avec la partie nord du domaine et plus particulièrement le jardin des Antiques. Ce dernier doit son nom aux deux statues du 19e siècle, copies d’antiques, un gladiateur et un discobole, qui se font face de part et d’autre d’une vaste pelouse. Des tracés géométriques réalisés par des tontes de différentes hauteurs rythment la pelouse et ménagent des allées marquées par des sculptures et des vasques jusqu’à un groupe de sorbiers du Tibet. Un verger planté en alignements réguliers se développe de l’autre côté de l’allée de tilleuls. Un potager dessiné selon un plan en croix a été aménagé au sud-est du verger.

Plans jardin mixte
Élévations extérieures jardin en pente
Jardins arbre isolé, groupe d'arbres, topiaire, pelouse
Techniques sculpture
Représentations loup, homme

Le jardin possède le label "Jardin remarquable" depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections
Précisions sur la protection

La plate-forme et les murs, les façades et toitures de l'ensemble des bâtiments qui sont édifiés autour de la cour centrale sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du 19 juillet 2001.

Références documentaires

Bibliographie
  • FOULON, Anne, TOURNOUX, Catherine. Pré-inventaire des parcs et jardins d’intérêt historique, botanique et paysager du centre : Le Grand Courtoiseau. Association des Parcs et Jardins en Région Centre, Union Régionale des Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement. Visite en avril et réalisation en juillet 1997. [dossier APJRC].

  • GAUMONT, Robert. Châteaux et Manoirs de l’Orléanais. Seconde édition. Chambray-lès-Tours : Éditions C.L.D., 1997.

  • BAR, Marie, COMBAZ-DEVILLE, Pascal, SIMON, Xavier. Plan de gestion du domaine du Grand Courtoiseau. ENGREF, Formation des Ingénieurs Forestiers. 1999.

  • DESTERNES, Xavière. Inventaire des parcs et jardins en région centre : Triguères, Jardins du Grand Courtoiseau. Août 2007. [dossier APJRC].

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire - Quentin Michèle
Michèle Quentin

Déléguée de l'association Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Potillion Charlène
Charlène Potillion

Chargée d'études (Association parcs et jardins de la Région Centre-Val de Loire)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.