Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Villandry : jardin d'agrément du château

Dossier IA37005823 réalisé en 2016

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Jardins du château de Villandry
Parties constituantes non étudiées canal de jardin, pavillon de jardin, fontaine, bassin, terrain de jeu, tonnelle, mail, cour
Dénominations jardin d'agrément, jardin potager
Aire d'étude et canton Région Centre-Val de Loire - Joué-lès-Tours-Sud
Adresse Commune : Villandry
Adresse : 3 rue principale
Cadastre : 2016 AI 123 ; 259 à 265 ; 267 ; 274 ; 355 à 356 ; 358

En 1084, l’existence d’un château féodal appartenant à Geoffroy Le Roux, premier seigneur connu de Colombiers, ancien nom de Villandry, est attestée. Jean Le Breton, conseiller puis secrétaire de François Ier, achète le domaine en 1532. Il fait abattre le château féodal mais conserve le donjon du XIIe siècle, témoin en 1189 du traité dit « la Paix de Colombiers » entre Henri II Plantagenêt d’Angleterre et le roi de France Philippe-Auguste. Ambassadeur à Rome, il y puise son inspiration pour créer un ensemble de jardins en terrasses. Des fouilles archéologiques ont révélé la présence d’un potager décoratif à proximité immédiate du château à la Renaissance. En 1754, le marquis Michel-Ange de Castellane, ambassadeur du roi et nouveau propriétaire, fait effectuer d’importantes transformations sur le château mis au goût du jour. Les jardins et les abords sont également modifiés : le parc est agrandi, suite aux rachats de terres par le marquis en 1760, puis agencé dans un style régulier. Pièce d’eau en forme de miroir Louis XV, parterres, orangeries, terrasses et dépendances néoclassiques remplacent les parquets Renaissance. A compter de 1791, plusieurs propriétaires se succèdent, dont Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon Ier, jusqu’à ce que le domaine revienne à la famille Hainguerlot. En 1808, le premier cadastre dévoile un ensemble de cours, avant-cours et allées d’honneur, aujourd’hui disparues, précédant les jardins qui se déploient de manière régulière à l’ouest du château. A l’est, le belvédère est surmonté d’un enclos viticole dans lequel rayonnent les allées depuis un rond-point en étoile. Au cours du 19ème siècle, les jardins sont transformés en parc paysager ; les terrasses sont nivelées et les fossés sont comblés.

Abandonné en 1893, le domaine est acquis en 1906 par le docteur Joachim Carvallo, d’origine espagnole, et son épouse Anne Coleman, héritière de grands sidérurgistes américains. « Le parc [est] constitué à l’anglaise, en vallonnements et mamelonnements (…), planté de maintes espèces exotiques récemment importées : cèdres, pins, thuyas, magnolias, massés sur les revers de monticules artificiels. Le château lui-même [disparaît] au milieu d’une forêt d’arbres et de verdure. » Le couple lance un vaste programme de travaux et commence par restaurer le château dans un esprit Renaissance avant que Joachim Carvallo imagine et conçoive des jardins entre 1908 et 1918 en s'inspirant des XVIe et XVIIe siècles. Des vestiges de soubassements et de canalisations mis en parallèle avec le plan du cadastre napoléonien lui permettent de replacer le potager décoratif. Il restitue les salons d’ornement sur leurs terrasses initiales et, aidé dans sa tâche par le peintre Antonio Lozano et le paysagiste Javier de Winthuysen, créé le salon des croix et celui de l’amour. Le salon de la musique est entièrement conçu par Joachim Carvallo. Pour le jardin d’Eau, typique du XVIIIe siècle, il utilise les projets du Marquis de Castellane visibles sur le cadastre napoléonien. Le château et ses jardins ouvrent au public en 1920.

Les descendants de Joachim Carvallo poursuivent son œuvre avec par exemple, la création du jardin des Simples dans les années 1970. L’actuel propriétaire Henri Carvallo a fait restaurer le pavillon de l’audience (ou Castellane) au sud du château en 2005. De nouveaux jardins sont aménagés sur la grande terrasse sud-ouest entre 2007 et 2008. On y trouve trois chambres parmi lesquelles le jardin du Soleil inauguré en 2008, œuvre du paysagiste français Louis Benech qui s’est inspiré d’un dessin de Joachim Carvallo pour le tracé.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Auteur(s) Auteur : Carvallo Joachim, auteur commanditaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Lozano Antonio, peintre, attribution par travaux historiques
Auteur : de Winthuysen Javier,
Javier de Winthuysen

Peintre et paysagiste espagnol


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
paysagiste, peintre, attribution par travaux historiques
Auteur : Carvallo Henri, auteur commanditaire, attribution par source
Auteur : Benech Louis, architecte paysagiste, signature

D’une superficie de 6 ha, les jardins de Villandry sont entièrement clos par un mur d’enceinte et par les douves en eau du château. Le coteau boisé ferme les jardins à l’est au-dessus des terrasses. Deux mails plantés de tilleuls ménagent des promenades en hauteur pour observer les jardins et le château. Répartis sur trois niveaux, la première terrasse accueille le potager décoratif. Il se divise en neuf carrés accueillant une fontaine au centre et des motifs géométriques différents les uns des autres. Une galerie recouverte de vigne surplombe en partie le potager et le sépare des jardins d’ornement aménagés sur la deuxième terrasse. Cet ensemble comprend le jardin d’Amour, le jardin de Musique et le jardin des Simples. Le jardin d’Amour s’organise dans le prolongement du château et représente les différents états de l’amour : passionné, adultère, tragique et tendre. Le jardin de Musique domine le potager et s’organise en trois carrés ornés d’une fontaine carrée au centre. De hauts buis taillés enserrent des santolines et des lavandes, et représentent des instruments stylisés. Le jardin des Simples s’ordonne en trois cercles de taille croissante, coupés par un axe médian fédérateur, regroupant des plantes aromatiques, condimentaires et médicinales. Un labyrinthe de charmille copié sur un modèle de la Renaissance ménage une transition avec la terrasse supérieure. Étagée sur deux niveaux, la prairie trône sur tous les autres jardins. Elle est divisée en trois espaces comprenant une aire de jeux, un jardin de collection et le jardin du Soleil dessiné par Louis Benech. En contrebas de la prairie s’étend le jardin d’Eau. De part et d’autre d’un miroir d’eau entouré par un vertugadin, s’étalent quatre grands parterres entrecoupés d’allées qui convergent en leur centre sur un bassin circulaire.

Plans jardin régulier
Élévations extérieures jardin en terrasses, jardin en pente
Jardins bois de jardin, groupe d'arbres, labyrinthe de jardin, topiaire, parterre de carrés, parterre en broderie
Mesures :

Les jardins de Villandry possèdent le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Les jardins se sont également vu attribuer le label "Architecture contemporaine remarquable" pour leur style, que l'on peut qualifier de « néo-renaissance », et qui témoigne de la survivance de ce mouvement historiciste dans les années 1910. Créé en 2016, ce label est également décerné par le ministère de la Culture.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Sites de protection site inscrit
Protections classé MH, 1934/09/04
Précisions sur la protection

Les façades et toitures du bâtiment du concierge, des communs, de la basse-cour et des deux pavillons du 18ème siècle encadrant l'entrée du château, les façades et toitures du pavillon de l'Audience, les cours, jardins, terrasses et pièces d'eau sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 4 septembre 1934.

Références documentaires

Documents figurés
  • Cadastre napoléonien de 1808, section A1. (Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3P 6NUM10/272/002).

  • Plan du projet des jardins voulu par Joachim Carvallo / S. Blanchet, géomètre. Planche IV 2557. 1932. Échelle 1 :500. (Archives du château de Villandry).

Bibliographie
  • CLAVREUL, Denis. Les Jardins de Villandry. Paris : Gallimard, 2005. (Carrés de jardins).

  • CARVALLO, Henri. Le Château de Villandry et ses Jardins. Blois : Éditions Valoire-Estel, 2006.

  • DESTERNES, Xavière. Inventaire des parcs et jardins en région Centre : Villandry, Jardins du château de Villandry. APJRC. septembre 2007. [dossier].

  • LUCINGE, Françoise de. Premier Inventaire pour l’Association des parcs et jardins en région Centre : Villandry, Jardins du château de Villandry. Union Régionale des CAUE du Loir-et-Cher. Janvier 1993. [dossier].

  • NOURRY, Louis-Michel. Les Jardins de Villandry, la nature mise en ordre. Paris : Belin-Herscher, 2002. (Les Destinées du Patrimoine).

Périodiques
  • WOODBRIDGE, Kenneth. Doctor Carvallo and the absolute. The journal of the Garden History Society, volume 6, n°2, Londres, été 1978.

Multimedia
  • KRAEMER Céline, ERRECA, Jean-Baptiste. Mémoires du futur. Orléans : production APJRC, 2012. 1 film documentaire (13 min).

Liens web

(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général ; (c) Association parcs et jardins région Centre-Val de Loire - Potillion Charlène
Charlène Potillion

Chargée d'études (Association parcs et jardins de la Région Centre-Val de Loire)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Quentin Michèle
Michèle Quentin

Déléguée de l'association Parcs et Jardins en Région Centre-Val de Loire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.