Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Villiers : château de Villiers

Dossier IA37005186 réalisé en 2009

Fiche

Dénominations château
Aire d'étude et canton Canton de Bléré
Adresse Commune : Luzillé
Lieu-dit : Villiers
Cadastre : 1823 A2 814-818 ; 2009 WS 2

Villiers constituait un fief dont le premier seigneur connu, François Dubois, est cité en 1666 et en 1683. Une chapelle est mentionnée en 1776 mais on ignore son emplacement. Le domaine figure sur la carte de Cassini. Les bâtiments qui le composent aujourd'hui consistent en une ferme et un corps de logis. Les bâtiments les plus anciens subsistant sont : une partie de l'ancien logis du 17e siècle avec lucarne à fronton cintré aujourd'hui déclassé en bâtiment lié à l'exploitation ; les vestiges d'un puits circulaire de la même époque qui s'adossait à l'origine à un mur de clôture, près de l'étang ; un pigeonnier à boulins en terre cuite. Au milieu du 18e siècle, Villiers appartient à Jacques Lhomme de la Pinsonnière (mort en 1813) qui porte les mêmes noms et prénoms que son ancêtre seigneur de Civray-sur-Cher. De 1813 à 1843, Alexis Lhomme de la Pinsonnière, neveu du précédent, est propriétaire. Villiers est revendu en 1847 puis en 1853 date à laquelle le château est dit "nouvellement construit" dans un acte de vente. L'architecte n'est pas connu. La façade nord du grand corps de logis présente une ressemblance avec le château de Civray. Côté sud, une tour polygonale hors-oeuvre a été construite en même temps que le rez-de-chaussée a été élargi grâce à la construction de deux ailes de part et d'autre de la tour. En 1853, Léonard Félix de Guichêne est propriétaire de Villiers. En 1887, le parc clôturé de murs comprenait onze hectares, auxquels s'ajoutaient sept hectares de bois et pelouses. Actuellement et depuis 1989, Villiers est une exploitation agricole.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : milieu 19e siècle
Principale

Le château et la ferme de Villiers constituent un ensemble de bâtiments de différentes époques. Par commodité, est appelé "château" le long corps de logis orienté est-ouest, élevé d'un étage carré et surmonté d'un étage de comble. L'édifice est construit en pierre de taille de tuffeau et couvert d'un toit à longs pans et croupes couvert en ardoise. A l'origine, deux petits pavillons de plan carré encadraient le corps de logis à l'est et à l'ouest ; celui situé à l'est a été agrandi pour en faire un logis plus spacieux. La façade nord, symétrique, comprend cinq travées. Au centre, la porte et la baie de l'étage, en légère saillie, forment un semblant d'avant-corps, sommé d'un fronton triangulaire. Quatre lucarnes à frontons triangulaires éclairent le comble. La façade sud est traitée différemment : une tour d'escalier polygonale hors œuvre se dresse en son milieu et abrite l'escalier en charpente qui dessert tout le bâtiment. De part et d'autre de la tour, s'étendent deux ailes comprenant trois baies au rez-de-chaussée, séparées par trois pilastres doriques. A l'étage, seulement deux baies éclairent les pièces situées de part et d'autre de la tour. Un bâtiment perpendiculaire est accolé à l'est du château et abrite les vestiges du logis primitif couvert en tuile plate dont subsistent une cheminée double, une lucarne à fronton courbe et une cave voûtée en berceau. Une grange lui est accolée au sud. Au nord-est, subsistent les piliers d'un portail en pierre de taille. Juste à côté, se dresse un colombier en moellons comprenant à l'étage plusieurs rangées de boulins en céramique. En face, se trouve un hangar prolongé d'une écurie, le tout couvert en ardoise. Au sud, une vaste grange en pierre de taille avec une croupe au sud est couverte en tuile plate ; elle n'est pas figurée, chose curieuse, sur le plan cadastral le plus récent. Au centre de la cour subsistent les vestiges d'un puits circulaire en pierre de taille. Un petit étang dont les bords sont partiellement maçonnés occupe le sud de la cour. A l'ouest, plusieurs bâtiments d'exploitation sont accolés du nord au sud.

Murs pierre de taille
Toit ardoise, tuile plate
Plans plan symétrique
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées, élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans
toit polygonal
croupe
Escaliers escalier intérieur : escalier tournant, en charpente
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • MONTOUX, André. Vieux logis de Touraine. Cinquième série, 1982. Chambray-lès-Tours : C.L.D, 1982.

    p. 155
(c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général - Lainé Martine
Martine Lainé

Chercheur Inventaire général du patrimoine culturel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.