Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tour Garçonnet
    Tour Garçonnet Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    ) ; l'attestent les archives de la ville faisant état de terres qui procèdent du creusement de ses fondations qui
    Référence documentaire :
    universitaires de Rennes ; Tours : Presses universitaires François-Rabelais, 2014. THOMAS, Évelyne. Les énigmes de la tour "rasée" au château d'Amboise. Mémoires de la Société
    Description :
    -canonnières et des fenêtres-canonnières. La répartition des ouvertures délimite visuellement les espaces intérieurs. Les fentes et les ouvertures de tir, réparties dans les deux tiers inférieurs de la tour , les parements en brique apparente ont conservé, par endroit, leur aspect originel, bien plus soigné sol, prend place juste sous la terrasse de la tour : de plan pentagonal, elle conserve les vestiges d'une cheminée, d'ouvertures et d'un accès aux latrines. Actuellement, les niveaux des marches de la grande vis correspondent mal avec les niveaux de sol des ébrasements des ouvertures de tir qui ont été abaissés ; d'autre part, les fentes de jour sont disposées de manière aberrante de telle sorte qu'elles , sans doute après avoir piqueté les maçonneries, il découvrit des « traces d'escalier carré » et modifia cage d'escalier permet de montrer que l'architecte a ainsi restitué les angles d'une cage d'origine de plan carré (4 m de côté). Les modifications, qu'il qualifie de « modernes », inscrivent donc le plan
    Texte libre :
    En 1468, une mention particulièrement explicite précise qu'il faut « ouster les terriers qui de « tour rasée » dans les procès-verbaux (ADIL, C 655). Dans son état d'origine, la tour possédait en effet deux niveaux supplémentaires dont nous connaissons les dispositions grâce aux « Vues erronée - nous y reviendrons -, seuls les relevés de Gabriel Ruprich-Robert permettent d'appréhender les , l'architecte figure en gris les maçonneries d'origine, en bleu celles qui sont modernes et en rouge celles l'on en croit les vestiges de l'encadrement d'une de ces portes qui est en pierre de taille de tuffeau Ruprich-Robert prévoit de remplacer les baies par des archères et de supprimer les encoches pour les barres de blocage qui étaient ménagées dans les joues de l'ébrasement, jugeant ces encoches comme nous présentent les clichés anciens, le plan circulaire de la pièce sous coupole et l'analyse des des niches anti-recul pour des barres de calage. L'architecte dut sans doute prendre pour modèle les
    Illustration :
    Vue de la grande vis occupant les deux-tiers inférieurs de la tour Garçonnet. IVR24_20083700325NUCA , coupe de la moitié supérieure de la tour selon les projets de restaurations. (Archives Nationales
1