Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune d'Argenvilliers
    Présentation de la commune d'Argenvilliers Argenvilliers
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    Tableau d'assemblage du cadastre napoléonien de la commune d'Argenvilliers. 1811. (Archives Plan de la commune dressé en 1868/Philidor Pichot, instituteur. (Archives départementales d'Eure-et Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Archives départementales d´Eure-et-Loir, E 2. Tome 23, canton de Nogent-le-Rotrou, pp. 1-30. Les Extrait de la carte de Cassini : commune d'Argenvilliers. Troisième quart du 18e siècle. (IGN , Carte de Cassini Nord). Archives départementales d'Eure-et-Loir, B 2152. Adjudication des lieux d'Oursières, La Bretonnière Plan de la maison servant de mairie et d'école. Plan dressé par l'instituteur Pichot en 1868 . (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 5 Fi 4). Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 077. Église : devis, mémoires. 1837-1938.
    Titre courant :
    Présentation de la commune d'Argenvilliers
    Annexe :
    documents d’archives) accompagnent les dossiers. Une synthèse de ce travail (feuillet de 4 pages A5 L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune d'Argenvilliers a été réalisé ) présente de manière succincte le patrimoine bâti communal.
    Texte libre :
    paroisse est mentionnée pour la première fois en 1125 sous le toponyme de Hargentviler. Son nom actuel n'apparaît qu'en 1516, dans le cartulaire de l'abbaye de Thiron. Relevant de la châtellenie de Nogent, elle est léguée en 1775 par la comtesse d'Aubépine, dame de Nogent, au seigneur de Beaumont, Philippe Guéau de Réverseaux. Au 18e siècle, Argenvilliers compte trois seigneuries : celle de La Cognardière (ayant fait partie du legs de la comtesse), celle d'Oursières et celle de La Panse. Ancien fief de la châtellenie de Montdoucet, ce dernier lieu-dit n'existe plus aujourd'hui, il ne resterait qu'une motte féodale (non vue lors de l'étude) attestant de la présence d'un château. Sur le plan religieux, la paroisse d'Argenvilliers dépend du diocèse de Chartres (archidiaconé de Chartres, doyenné du Perche). DESCRIPTION Localisée dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune d'Argenvilliers (canton de Nogent-le -Rotrou, communauté de communes du Perche), à caractère rural, s'étend sur une superficie de 1835 hectares
    Illustration :
    Tableau d'assemblage du cadastre de 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3565 Plan de la commune dressé en 1868 par l'instituteur Philidor Pichot. (Archives départementales Plan de localisation des édifices repérés (non étudiés) et sélectionnés (étudiés Extrait de la carte de Cassini (troisième quart du 18e siècle). IVR24_20092800094NUCA Rue de la Contesse de Mons (carte postale ancienne, premier quart du 20e siècle Monument aux morts de la guerre de 14-18. IVR24_20092800024NUCA Bourg, maison de maître dite 'la Grande Maison'. IVR24_20092800048NUCA
  • Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons
    Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons Argenvilliers - Bourg - 19 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 65 1992 G 8, 9 501
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    En 1871, la commune compte 712 habitants dont 167 enfants. L'unique salle de classe doit, à l'époque, accueillir 102 élèves des deux sexes. L'école ne dispose alors ni de cour, ni de latrines. M . Marchandon, maire de la commune, fait don à la municipalité d'une ferme - probablement construite au premier quart du 19e siècle - qu'il possède au bourg pour en faire l'école publique primaire de filles . L'architecte nogentais Arthur-Joseph Proust dresse les plans de réaménagement de la ferme en maison d'école de maisons et une maison école. Le conseil municipal acquiert les deux maisons en 1883 et mandate l'agent conformément aux plans de l'agent voyer. Suite à la construction en 1912 de l'annexe à la mairie-école destinée à accueillir l'école de filles, l'ensemble des bâtiments est vendu puis converti en trois
    Référence documentaire :
    Extrait du plan de l'école de filles. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). Détail extrait du plan de l'école de filles. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). Plan des bâtiments de l'école de filles. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). Projet de réaménagement de l'école de filles, plan du réaménagement projeté/ dressé par l'agent voyer en 1883. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080). Projet de réaménagement d'une ferme en école de filles, détail du plan des bâtiments projetés. Plan dressé par l'architecte Proust en 1873. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080). Projet de réaménagement d'une ferme en école de filles. Plan dressé par l'architecte Proust en 1873 . (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080). Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080. Écoles : travaux, devis, plans. 1839-1909.
    Description :
    Située dans le bourg face au presbytère, cette ancienne ferme devenue école de filles comprend trois bâtiments. Le bâtiment principal est en rez-de-chaussée surmonté d'un comble à surcroît éclairé par trois lucarnes pendantes. Les deux autres bâtiments servaient d'écuries et de latrines. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies sont majoritairement en pierre de taille de calcaire, tout comme les chaînages d'angle. La brique est employée pour les
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 19 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 G 65 1992 G
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Titre courant :
    Bourg : ferme puis école publique primaire de filles, actuellement maisons
    Illustration :
    Projet de réaménagement d'une ferme en école de filles, plan dressé par l'architecte Proust en 1873 . (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080). IVR24_20092800213NUCA Projet de réaménagement d'une ferme en école de filles, plan dressé par l'architecte Proust en 1873 , détail du plan des bâtiments projetés. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 080 Projet de réaménagement de l'école de filles dressé par l'agent voyer en 1883, plan des bâtiments à réaménager. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). IVR24_20092800032NUCA Projet de réaménagement de l'école de filles dressé par l'agent voyer en 1883, plan et élévation du réaménagement projeté. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). IVR24_20092800034NUCA Projet de réaménagement de l'école de filles dressé par l'agent voyer en 1883, élévation des bâtiments à réaménager. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 80). IVR24_20092800033NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Pierre
    Bourg : église paroissiale Saint-Pierre Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G 51
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    moines clunisiens de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, elle est donnée aux bénédictins de l'abbaye de très conflictuels avec les curés de la paroisse. L'église est probablement construite au 15e ou au 16e siècle - en témoignent les baies de la nef, du choeur et de la tour-clocher en arc brisé et à remplage gothique. Le 17e siècle constitue une seconde phase importante de travaux : aménagement d'un portail d'accès à l'ouest par Monthéau (architecte ? ; plans dressés en 1684), percement ou reprise de la porte d'accès à la tour-clocher (avec pilastre et fronton triangulaire, de style classique), érection de trois retables à l'initiative du curé Mauduison, pose de la cloche qui porte la date de 1658. Plus tard en 1687 , le curé Mauclerc déplore, lors de travaux de restauration, que les religieux de Thiron aient « abattu et ruiné le rond-point ou pignon de pierre au-dessus de la sacristie [qui se trouvait derrière 1871, le curé Arsène Amiot charge l'architecte Heurteau, de Châteaudun, de dresser des plans pour
    Observation :
    L'église paroissiale Saint-Pierre a connu plusieurs campagnes de construction. Sa structure du 15e , semble être inachevée - pour preuve, le raccordement maladroit de la flèche en ardoise avec la maçonnerie
    Référence documentaire :
    Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Projet de restauration de l'église/architecte Heurteau. Plan, 1877. (Archives départementales Archives départementales d'Eure-et-Loir, G 809. Procès verbaux de visites faites par Nicolas Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Lormeau, chantre de Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, et Jacques Lormeau, curé de Notre-Dame de Nogent-le -Rotrou, tous deux doyens ruraux du Perche, dans les paroisses de leur doyenné, notamment Argenvilliers Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 077. Église : devis, mémoires. 1837-1938. BART des BOULAIS. Recueil des Antiquitéz du Perche, comtes et seigneurs de la dite province. Publié et annoté par H. Tournouër, Mortagne. Meaux : Pichard-Hayes et Daupeley-L., 1894 (fac-similé de l
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    De plan allongé, l'église paroissiale d'Argenvilliers comprend une nef unique, un choeur formé d'une travée droite et d'une abside, à pans coupés, ainsi qu'une tour-clocher de plan carré, accolée à formé d'un arc en plein cintre à double archivolte, et au nord par une porte en anse de panier à pierre. Elle abritait autrefois une chapelle dédiée à saint Côme et saint Damien, mais elle sert de nos jours de sacristie. Les murs sont en moellons de calcaire et de silex couverts d'un enduit à pierre vue , à l'exception de la base de la tour-clocher, construite en pierre de taille de calcaire. Les uniquement les murs du chœur) sont en pierre de taille de calcaire, plus rarement de grès. Les toits sont à couverts de voûtes d'ogives. La clef de voûte du chœur est ornée d'un ange portant les armoiries de la
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 44 1992 G
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Projet de restauration, plan dressé par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives départementales Projet de restauration, coupe du choeur dressée par l'architecte Heurteau en 1877. (Archives Tour-clocher, élévation ouest, détail de la porte. IVR24_20092800010NUCA Nef, élévation nord, détail de la porte. IVR24_20092800008NUCA Vue de l'élévation occidentale depuis l'ouest. IVR24_20092800007NUCA Vue de l'autel nord dédié à la Vierge. IVR24_20092800013NUCA Vue de l'autel sud dédié à saint Antoine. IVR24_20092800014NUCA Baie de la nef, côté nord. IVR24_20092800015NUCA Baie de la nef, côté sud. IVR24_20092800016NUCA
  • Oursières : château
    Oursières : château Argenvilliers - Oursières - isolé - Cadastre : 1811 H1 22 à 25 1987 ZV 23
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Une ferme est attestée au lieu-dit Oursières dès 1218, date à laquelle Guillaume de Gémages donne à l'abbaye des Clairets un setier de froment à prendre à sa métairie d'Oursières (ou Urseriis). De 1604 à 1620, les Mauduison, famille de conseillers du roi, entreprennent la construction d'un château à Oursières. Plus particulièrement, il s'agit de François-Jacques de Mauduison, trésorier de la collégiale Saint-Jean de Nogent, qui en est le principal commanditaire. Outre le château dont la cour est délimitée par une tour à l'ouest et le colombier au sud, la propriété s'étend sur une superficie de 300 hectares ´une nouvelle chapelle au lieu d´Oursières, fondée de 200 livres de rente sur les religieuses d ´Arcisses par dame Francine" le 1er septembre 1707. Aucune trace de cet édifice ne subsiste. Au 18e siècle , les Mauduison développent un élevage de chevaux et le château se dote d´une jumenterie. De la même héritiers émigrent, et l´on confisque les biens de Nicolas Charles de Mauduison. Sa femme, Marie-Antoinette
    Observation :
    De style classique, ce château constitue l'un des rares exemples d'architecture dite "tourangelle " du 17e siècle hors berceau qui lui vaut son inscription au titre de l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. Son originalité ainsi que l'ensemble qu'il constitue avec la jumenterie, les tours et colombiers et la ferme du château en font un élément patrimonial de premier ordre à l'échelle cantonale
    Référence documentaire :
    Extrait du plan de la commune dressé en 1868/Philidor Pichot (instituteur). (Archives Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, section H1. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Plan de localisation des bâtiments de la maison de maître et de la ferme du domaine. Archives départementales d'Eure-et-Loir, B 2152. Adjudication des lieux d'Oursières, La Bretonnière Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 165 - 3 P 167. Matrices cadastrales. p. 73-78 JOUSSELIN, Bruno, PIGRAY, Gérard. Nogent-le-Rotrou et son canton, tome 2. Tours : éditions
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    . - Plusieurs tours, dont deux de plan circulaire et une de plan carré, délimitent la propriété. Ceint de , trois tours (deux rondes, une carrée), une orangerie, une jumenterie, ainsi que la ferme du château , située au sud-est de l'ensemble (voir le dossier individuel : IA28000139). - De style classique, le château adopte un plan rectangulaire. Il comprend un corps de bâtiment central, encadré de deux pavillons . En rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré, il présente des façades principale et postérieure de taille de calcaire, encadré de deux piliers surmontés d'un fronton cintré. Cette travée est constituée de deux portes - une au rez-de-chaussée en anse de panier (porte d'entrée principale) et une à retours et repos) qui dessert l'étage carré. De plan carré, chaque pavillon est orné d'un fronton château. En rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré, ses façades sont rythmées par trois travées. Le perpendiculairement au château et appelé "la jumenterie" se compose d'une grange et d'écuries. En rez-de-chaussée
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] De Mauduison François-Jacques
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, section H 1. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3573 Extrait du plan de la commune dressé par l'instituteur Pichot en 1868. (Archives départementales Plan de localisation des bâtiments du château et de la ferme (fond : plan de cadastral de 1987 Vue de trois-quarts depuis l'est. IVR24_20092800107NUCA Détail de l'escalier du château. IVR24_20092800188NUCA La jumenterie, élévation nord-ouest, détail de la porte de l'écurie. IVR24_20092800189NUCA La jumenterie, vue de trois-quarts depuis l'est. IVR24_20092800111NUCA Glacière, détail de la porte d'entrée. IVR24_20092800186NUCA Portail, détail de la partie supérieure de la grille. IVR24_20092800115NUCA
  • Bourg : presbytère
    Bourg : presbytère Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992 G 52
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . Mais ce n'est qu'en 1860 que le conseil municipal choisit l'entrepreneur François-Boniface Boudet, de La commune ne possède pas de presbytère jusqu'à l'acquisition d'une maison située à proximité de l'église paroissiale, en 1842. En 1846, des premiers devis pour la restauration de l'édifice sont dressés
    Référence documentaire :
    Cadastre de 1811, commune d'Argenvilliers, assemblage des sections H1 et G. (Archives Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3564 à 3 P 3573. Plans cadastraux de 1811/M. le Baron Archives départementales d'Eure-et-Loir, 2 O 078. Presbytère : vente, devis, baux. 1842-1914.
    Description :
    Situé à proximité de l'église paroissiale, le presbytère comprend deux bâtiments disjoints organisés perpendiculairement. Le bâtiment principal se compose du logis, en rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré, accolé d'un appentis à usage de dépendance. La façade sud présente quatre travées. Les murs gouttereaux sont couronnés par une corniche en brique. Le second bâtiment, en rez-de-chaussée surmonté d'un comble, comprend des étables et écuries. Les murs sont en moellons de calcaire couverts d'un enduit sont majoritairement en pierre de taille de calcaire. Les toits sont à longs pans couverts en tuile
    Localisation :
    Argenvilliers - Bourg - 8 rue de la Comtesse de Mons - en village - Cadastre : 1811 H 1 46 1992
    Précision localisation :
    Communauté de communes du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1811, assemblage des sections H1 et G. (Archives départementales Vue de situation depuis le sud-est. IVR24_20092800058NUCA Vue de trois-quarts, depuis le sud-ouest. IVR24_20092800022NUCA
1